Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Vote de confiance

Sethrida Geagea : Les FL n'accorderont pas leur confiance au gouvernement mais l'appellent à organiser les législatives

Sethrida Geagea : Les FL n'accorderont pas leur confiance au gouvernement mais l'appellent à organiser les législatives

La députée des Forces libanaises (FL), Sethrida Geagea. Photo ANI

La députée des Forces libanaises (FL) Sethrida Geagea, dirigées par son mari Samir Geagea, a annoncé lundi que sa formation n'accordera pas la confiance au gouvernement de Nagib Mikati, et a appelé le cabinet à organiser les élections législatives prévues en 2022, afin de "changer la majorité au pouvoir qui a déjà prouvé son échec et acheminé (le pays) vers une série de crises".

"Nous ne donnerons pas notre confiance au gouvernement", a affirmé Mme Geagea, lors de la séance parlementaire consacrée au vote de confiance."Nous féliciterons le gouvernement s'il agit bien et nous le critiquerons pour chaque erreur et manquement qu'il commettra", a prévenu l'élue de Becharré.

"Ce qui nous importe, ce sont les législatives, parce qu'elles constituent la meilleure chance pour changer la majorité au pouvoir, qui a déjà prouvé son échec et nous a acheminés vers une série de crises", a souligné Mme Geagea. La députée a, en effet, appelé "le gouvernement des missions difficiles", "de la dernière chance" et qui est chargé de "l'arrêt de l'effondrement" dans le pays à veiller sur l'organisation des législatives prévues en 2022. "Nous parions sur le changement à travers les législatives", a-t-elle affirmé.  Sethrida Geagea a par ailleurs noté que "les circonstances exceptionnelles nécessitent des approches exceptionnelles", notant qu'"il n'y a plus de temps à perdre".

Le gouvernement de Nagib Mikati a été formé le 10 septembre, après treize mois de blocage. Avant lui, Saad Hariri et Moustapha Adib avaient jeté l'éponge sans avoir pu former de cabinet. Entre temps, le pays poursuit sa descente aux enfers et plus de 75% de la population vit désormais sous le seuil de pauvreté.

Depuis le début du soulèvement populaire en octobre 2019, une large frange des Libanais souhaite changer la classe dirigeante qu'ils accusent de corruption et de mauvaise gestion ayant mené le pays à l'état catastrophique dans lequel il se trouve. Si les FL se placent dans l'opposition et disent soutenir la révolte populaire, nombreux sont ceux qui accusent la formation de Samir Geagea de vouloir surfer sur la vague de la révolte.


La députée des Forces libanaises (FL) Sethrida Geagea, dirigées par son mari Samir Geagea, a annoncé lundi que sa formation n'accordera pas la confiance au gouvernement de Nagib Mikati, et a appelé le cabinet à organiser les élections législatives prévues en 2022, afin de "changer la majorité au pouvoir qui a déjà prouvé son échec et acheminé (le pays) vers une série de...