Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Le gouvernement Mikati, un "faux espoir" : des activistes de l'opposition pessimistes

"Ce gouvernement est supposé mener des réformes, or comment pourrait-il le faire quand ce sont toujours les mêmes corrompus au pouvoir, qui sont à l’origine de la crise actuelle ?", s'interroge une activiste de Beirut Madinati. 

Le gouvernement Mikati, un

Des manifestants rassemblés sur la place des Martyrs de Beyrouth, lors du soulèvement populaire d'octobre 2019. Photo d'archives AFP / PATRICK BAZ

Le pessimisme semblait de mise vendredi dans l'opposition issue du soulèvement populaire du 17-Octobre, après l'annonce de la formation du nouveau cabinet de Nagib Mikati, après treize mois de vide gouvernemental.

Camille Mourani, activiste de l’opposition issue du 17-Octobre, à L'Orient-Le Jour : "Ce gouvernement a été formé exactement de la même manière que les précédents, suivant la logique du partage de gâteau. Je ne vois pas comment il pourrait résoudre la crise ou apporter quoi que ce soit de nouveau. Je comprends que certains y voient un signe positif, mais il ne faudrait pas être très optimiste, pour moi c’est un faux espoir".

Nada Sehnaoui, de Beirut Madinati, à L'OLJ : "Ce gouvernement est supposé mener des réformes, or comment pourrait-il le faire quand ce sont toujours les mêmes corrompus au pouvoir, qui sont à l’origine de la crise actuelle ? Ils ne pourront prendre que des mesures cosmétiques à mon avis. Et même s’il y a, dans cette nouvelle équipe, des noms respectables, il faut voir aux mains de qui se trouve la décision politique. Dans un tel gouvernement, ces personnes-là ne pourront rien réaliser". 

Ziad el-Sayegh, directeur exécutif du Civic Influence Hub, à L'OLJ : "Quels sont les critères suivant lesquels ce gouvernement a été formé ? Le débat n’a jamais porté sur le programme du gouvernement mais sur la répartition des parts, et on est loin du cabinet de spécialistes indépendants qui était promis. La déclaration du Premier ministre Nagib Mikati à Baabda aujourd’hui n’augure rien de bon : pourquoi un Premier ministre se contente-t-il de décrire une situation que nous connaissons tous au lieu de nous annoncer ce qu’il compte faire ? A mon avis, la formation de ce gouvernement n’a pas respecté l’esprit de la Constitution, il existe une partie qui a gelé la naissance de cette équipe durant treize mois jusqu’à modifier l’équilibre des forces en sa faveur, et c’est le Hezbollah. Voilà pourquoi la décision ne sera pas aux mains de ce gouvernement, mais ailleurs".

Naji Abou Khalil, coordinateur politique du Bloc national, à L'OLJ : "Nous avons très peu d’espoir que les choses changent vu la manière dont ce gouvernement a été formé et le clientélisme qui continue de l’emporter sur l’intérêt national. Nous ne pouvons parier sur un gouvernement qui a attendu un feu vert régional et international pour voir le jour. Ce qui est scandaleux, c’est que l’effondrement s’est nettement aggravé durant la période de formation du gouvernement. Nous allons surveiller de près les actions du cabinet censées résoudre les problèmes de la vie quotidienne, mais notre principal combat à venir reste celui des élections législatives du 8 mai prochain, une échéance dont nous devons à tout prix empêcher le report, car c’est là que réside le réel changement".

Mohammad Bzeih, activiste politique du 17-Octobre, membre du Parti communiste libanais (PCL), à L'OLJ : "Non seulement ce gouvernement n’apporte rien de nouveau, mais il fait partie intégrante, à notre sens, d’un plan qui visait, depuis la démission du précédent, à accélérer l’effondrement économique du pays, afin de faire assumer à la population et aux petits déposants le poids des pertes économiques et financières, et d’en dispenser les banques et les cartels. Preuve en est, les premières déclarations de Nagib Mikati sur la levée des subventions considérée comme inévitable. Nous pensons que les pressions de toutes sortes sur la population libanaise vont augmenter". 

Lucien Bourjeily, réalisateur et activiste, sur Twitter : "Un nouveau gouvernement de quote-parts a été formé aujourd'hui. Présidé par Nagib Mikati, le grand corrompu, et dont les membres sont soit également corrompus, affiliés à des corrompus ou travaillant dans l'intérêt de corrompus. Tous sans exception sont impliqués (dans la corruption, ndlr)."

Le général Khalil Hélou (à la retraite), président du conseil de « Convention Lebanon » : "Je suis convaincu que ce gouvernement est une nécessité, malgré toutes les réticences que je pourrais avoir à l’encontre de toute équipe formée dans les circonstances actuelles. Seul un gouvernement peut freiner la dégringolade, car toute aide étrangère en est tributaire. On est certes loin du cabinet de mission que les Français exigeaient, eux-mêmes n’ayant plus d’autre exigence que la formation de n’importe quel gouvernement, ce qui prouve l’entente avec l’Iran. Pour ce qui est de la politique générale de cette formation, je crois qu’elle ne sera pas très différente du passé. Mais quelle autre perspective aurions-nous pu espérer alors que le Hezbollah contrôle les deux-tiers du Parlement avec ses alliés, un monde arabe qui n’exerce aucune pression pour créer un contrepoids, un monde occidental qui a d’autres priorités et des groupes de la contestation qui n’ont pas pu s’imposer ?"

Treize mois après la démission du cabinet de Hassane Diab, et près de sept semaines après la désignation de Nagib Mikati en tant que Premier ministre, ce dernier a enfin mis sur pied, vendredi, son équipe longuement attendue alors que le pays ploie sous le poids de la plus grave crise de son histoire moderne. Le cabinet est composé de 24 ministres, répartis à parts égales entre chrétiens et musulmans et au sein duquel aucune partie ne détient le tiers de blocage. La formation d'un nouveau gouvernement était la condition sine qua non imposée par la communauté internationale, et notamment l'Union européenne (UE), pour débloquer les aides internationales et relancer les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI). Les législatives, les municipales et la présidentielle fixées en 2022 sont attendues et perçues par les Libanais comme un premier tremplin vers le changement auquel ils aspirent.


Le pessimisme semblait de mise vendredi dans l'opposition issue du soulèvement populaire du 17-Octobre, après l'annonce de la formation du nouveau cabinet de Nagib Mikati, après treize mois de vide gouvernemental.Camille Mourani, activiste de l’opposition issue du 17-Octobre, à L'Orient-Le Jour : "Ce gouvernement a été formé exactement de la même manière que les précédents,...

commentaires (9)

Je me demande si.... Après le mandat de ce nouveau gouvernement le patriarche sera d'accord de se référer quand il s'agit des affaires chrétienno-maronites, directement à khmaneii et d'outrepasser le pape tout simplement...mmmm I wonder...

Wlek Sanferlou

23 h 56, le 10 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Je me demande si.... Après le mandat de ce nouveau gouvernement le patriarche sera d'accord de se référer quand il s'agit des affaires chrétienno-maronites, directement à khmaneii et d'outrepasser le pape tout simplement...mmmm I wonder...

    Wlek Sanferlou

    23 h 56, le 10 septembre 2021

  • Avant de soigner la maladie, il faut panser les plaies ouvertes, rétablir l'électricité, avoir accès aux comptes bancaires, aux médicaments, à l'électricité, à la nourriture... Laissons une chance à cette équipe avant de tout critiquer.

    Politiquement incorrect(e)

    20 h 30, le 10 septembre 2021

  • Un gouvernement est toujours mieux que le néant. Tous les organismes internationaux, et les responsables qui multipliaient leurs visites, insistaient pour voir un gouvernement en fonction avec qui traiter. Surtout, avec l'état de paupérisation de la population, devenue une urgence, il faut penser à tout ce qui peut aider à sauver une situation devenue mortelle.

    Esber

    18 h 48, le 10 septembre 2021

  • PEUPLE LIBANAIS, DE L,OBSCURITE ET DES TENEBRES NE PEUT JAMAIS JAILLIR LA LUMIERE.L,OBSCURITE ET LES TENEBRES PRETENDENT SAUVER AVEC LEURS RAYONS NOIRS LE PAYS. SANS VOTRE SOULEVEMENT GENERAL ET GIGANTESQUE QUE CIMENTERAIENT LA PAUVRETE, LA FAIM, LE VOL DE VOS ECONOMIES ET L,INSECURITE DU LENDEMAIN POUR VOUS ET VOS FAMILLES LA LUMIERE DE LA VIE ET LA JOIE DU PAYS NE RETOURNERAIENT GUERE. C,EST VOTRE TOUR D.IMPOSER PAR VOTRE FORCE, NON MILITAIRE, MAIS ENORME QUAND MEME LA DEMOCRATIE REELLE ET LA LIBERTE ET LES REFORMES QUE VOUS VOULEZ IMPOSER A VOUS MEMES ET NON QUE DES CLIQUES MAFIEUSES, DU SOMMET LE PLUS HAUT DE L,ECHELLE ET JUSQU,AU DERNIER ECHELON NOUS IMPOSENT DEPUIS DES DECENIES ET QUE DANS LES DEUX DERNIERES LA TRINITE DIABOLIQUE DU MAL, BIEN CONNUE DE VOUS TOUS, AVEC BELZEBUTH LE BARBU ET SES DEUX LIEUTENANTS DIABOLIQUES LES DEUX BELIERS DE L,APOCALYPSE DE LA BERGERIE DE RAI ONT TOTALEMENT DETRUIT LE PAYS ET NOUS ONT RENDU PRATIQUEMENT DES MENDIANTS A L,ECHELLE NATIONALE MAIS PERSONNELLE AUSSI. ALLEZ, DE L,AVANT... THAOURA ! KELLON YE3NE KELLON ! NETTOYEZ LES ETABLES DES PANURGES OU ANES, MULETS ET BETES MOUTONS, S,IL EN RESTE ENCORE, BROUTENT L,AVOINE ET BRAIENT ET BELENT. PHENEX NE RESSUSCITERA DE SES CENDRES QUE PAR LA FORCE DE SON PEUPLE !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    18 h 36, le 10 septembre 2021

  • Mais quelle horreur !!! Et on rebelote… mais quel dommage .. nous allons droit vers une mainmise Iranosyrienne sur le Liban …. Attendez avant de crier victoire … même les indicateurs économique ne suivent pas après une chute du $ il recommence à remonter c’est vous dire …

    Bery tus

    17 h 59, le 10 septembre 2021

  • De toute façon l'europe comme les états unis vont faire avec les voyous ...

    Zeidan

    17 h 57, le 10 septembre 2021

  • Un grand ministre des Affaires Etrangères à la barre , la conciliation et la médiation sur la sellette , c'est le visionnaire de la géopolitique et de la REALPOLITIK ...on appaludit . Bravo pour la nomination de Abdallah Bouhabib .

    Chucri Abboud

    17 h 38, le 10 septembre 2021

  • Que tous ces soit disant activistes se la ferment un peu et laissent un peu de temps à M. Mikati qui semble sincère et dévoué. Il faut être fou d’accepter d’être Premier Ministre actuellement au Liban, il aurait pu se contenter de continuer de s’occuper de ses affaires florissantes. Laissons lui donc un peu de temps pour le voir à l’acte. Déjà il a réussi à former un gouvernement malgré tous les requins de politiciens

    Censuré par l’OLJ

    17 h 32, le 10 septembre 2021

  • Oui d’accord, et qu’avez accompli comme tâche pour leur bloquer la route et les empêcher de revenir à leurs postes comme si le 17 octobre et le 4 août n’avaient jamais eu lieu? HEIN? Vous avez été incapables de vous mettre d’accord sur un seul sujet qui est de sauver ce pays, alors on ne la ramène pas, suffit les paroles en l’air et les faux semblants. Vous avez déclaré forfait sans livrer bataille et nous voilà gouvernés par les mêmes fossoyeurs qui ont détruit le pays.

    Sissi zayyat

    17 h 03, le 10 septembre 2021

Retour en haut