Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Des nœuds apparaissent, d’autres resurgissent

Des nœuds apparaissent, d’autres resurgissent

Michel Aoun a affirmé hier que ses contacts avec le Premier ministre désigné n’ont pas été interrompus. Photo d’archives Dalati et Nohra

Alors qu’on s’attendait à ce que les efforts menés par le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, en vue de débloquer la crise gouvernementale commencent à porter leurs fruits cette semaine, plusieurs obstacles semblent encore loin d’être surmontés. Pire, de nouvelles entraves auraient surgi. Cette situation (de déjà-vu) pousse certains observateurs à aller jusqu’à estimer que les compteurs sont remis à zéro.

De sources concordantes, on apprend ainsi que les tractations en cours portent surtout sur la confiance parlementaire que pourrait obtenir le cabinet de Nagib Mikati, notamment de la part du groupe du Liban fort, dont le Courant patriotique libre est la principale composante. Si les aounistes n’en finissent pas d’affirmer qu’ils ne souhaitent pas participer au prochain gouvernement, encore moins aux négociations visant à le mettre sur pied, on apprenait hier que Moustapha Solh, gendre du frère du Premier ministre désigné, Taha Mikati, poursuivait sa mission de bons offices entre le chef du gouvernement désigné et le leader du CPL, Gebran Bassil, en vue de résoudre ce problème.

Les efforts se poursuivent aussi pour aplanir l’obstacle du ministère de l’Économie, un portefeuille que Michel Aoun a accepté d’abandonner au profit du Premier ministre désigné. Mais une personnalité au courant des derniers développements croit savoir que la présidence voudrait avoir un droit de regard sur la personnalité à qui sera confiée ce ministère, qui devrait prendre part aux négociations avec le Fonds monétaire international, mais aussi sur celle qui prendra l’Intérieur et qui sera chargée d’organiser les législatives prévues en mai 2022.

Autre nœud à défaire, celui de la nomination d’un des deux ministres chrétiens flottants. Selon notre chroniqueur politique Mounir Rabih, une entente serait conclue autour d’un de ces deux postes. Abbas Ibrahim aurait présenté au président Aoun une liste de noms proposés par Nagib Mikati afin qu’il en choisisse deux. M. Aoun aurait choisi un nom qui ne relèverait d’aucun camp, mais a refusé de choisir le second de cette liste. À travers la nomination de ces ministres chrétiens, le camp présidentiel est accusé de chercher à s’assurer le tiers de blocage au sein du cabinet, ce que Nagib Mikati refuse catégoriquement. Hier, et dans une nouvelle tentative de se défendre de tout blocage du processus, le chef de l’État, Michel Aoun, a démenti, dans des propos relayés par le site web al-Intichar, toute volonté de détenir la minorité de blocage. M. Aoun a, en outre, affirmé qu’il avait « tout fait pour faciliter » la formation du gouvernement et que ses contacts ne se sont pas interrompus avec le chef du gouvernement désigné (…).

Les Finances… à nouveau ?

Dans le prolongement des prises de position du chef de l’État, Hikmat Dib, député CPL de Baabda, a ouvert le feu sur M. Mikati, l’accusant de retarder la naissance du gouvernement en attendant la levée des subventions, notamment sur les carburants, prévue prochainement. Dans une interview accordée hier à la chaîne al-Jadeed, M. Dib a déclaré : « Nous nous dirigeons vers une levée totale des subventions. Et c’est l’une des raisons du retard mis à former le cabinet, le Premier ministre désigné, Nagib Mikati, ne voulant pas assumer une décision si impopulaire », a-t-il lancé.

Lire aussi

Aoun assure "tout faire pour faciliter" la formation du gouvernement

Le parlementaire est par ailleurs revenu sur la question de la nomination de Youssef Khalil, directeur du département des opérations financières à la Banque du Liban (appuyé par le chef du législatif, Nabih Berry), au portefeuille régalien des Finances. Selon lui, « M. Khalil n’est pas accepté parce qu’il est responsable des politiques bancaires et des ingénieries financières » adoptées depuis plusieurs années par le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, devenu persona non grata pour le chef de l’État. Hikmat Dib a par ailleurs évoqué le principe de la rotation des portefeuilles, estimant qu’il devrait s’appliquer à tout le monde. Il s’agit là d’une pique en direction de Nabih Berry qui avait réussi à faire barrage aux tentatives de Michel Aoun d’appliquer ce principe aux portefeuilles régaliens. Le leader d’Amal a ainsi réussi à garder entre ses mains les Finances, sauf que le bras de fer risque de reprendre de plus belle si l’on doit considérer les propos de Hikmat Dib comme une remise de cette question sur le tapis.

Ces blocages ont suscité la colère du chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt. S’adressant, sans les nommer, à M. Aoun et son camp, le leader druze a écrit sur son compte Twitter : « La meilleure solution, c’est que vous gouverniez, au lieu de cette scène de théâtre de concertations quotidiennes et ce flot d’analyses fatigantes dans les médias. Les talibans ont formé un gouvernement (en Afghanistan, mardi). Soyez comme eux (…) vous qui prétendez tout savoir, selon votre logique qui refuse tout pluralisme. »


Alors qu’on s’attendait à ce que les efforts menés par le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, en vue de débloquer la crise gouvernementale commencent à porter leurs fruits cette semaine, plusieurs obstacles semblent encore loin d’être surmontés. Pire, de nouvelles entraves auraient surgi. Cette situation (de déjà-vu) pousse certains observateurs à aller jusqu’à...

commentaires (13)

OLJ, VOUS AVEZ FAILLI A VOS OBLIGATIONS DE PUBLIER MA LIBRE EXPRESSION D,AUJOURD,HUI PLEINE DE VERITES SUR LA DIABOLIQUE TRINITE DU MAL QUI A DETRUIT LE PAYS. SOYEZ AU MOINS HONNETES ET PUBLIER CE MESSAGE.

SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

21 h 08, le 09 septembre 2021

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • OLJ, VOUS AVEZ FAILLI A VOS OBLIGATIONS DE PUBLIER MA LIBRE EXPRESSION D,AUJOURD,HUI PLEINE DE VERITES SUR LA DIABOLIQUE TRINITE DU MAL QUI A DETRUIT LE PAYS. SOYEZ AU MOINS HONNETES ET PUBLIER CE MESSAGE.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    21 h 08, le 09 septembre 2021

  • Pour nous insuffler l'énergie, l'espoir et l'élan nécessaires pour tenir bon, regardons constamment la photo en-tête de cet article...elle irradie tellement d'optimisme, de joie, de force et de volonté...n'est-ce pas ?!?! - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 32, le 09 septembre 2021

  • UN CORONAVIRUS DE NOEUDS DIABOLIQUES QUE MANIPULE ET SEME CELUI QUI NOUS A PROMIS L,ENFER.

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    14 h 08, le 09 septembre 2021

  • "… Des nœuds apparaissent, d’autres resurgissent …" - d’où l’expression "têtes de noeuds"…

    Gros Gnon

    13 h 39, le 09 septembre 2021

  • La tactique qu'il utilise celui là : Il annonce à cors et à cris que c'est positif et tout va bien dans le bon sens...Il est optimiste pour les médias ...(Alors qu'en réalité c'est le contraire et qu'il met des batons dans les roues). Puis, lorsque, évidemment, le premier ministre désigné n'arrive pas à trouver une solution à cause des conditions posées par le locataire du palais? Ce dernier joue à l'éffarouché..."OHH nous étions sur le point de réussir ...Mais EVIDEMMENT c'est la faute des AUTRES qui font obstruction et ont fait en sorte que le NEGATIF revienne" ...Vilains les autres évidemment et gentil "mon gendre et moi, les bisounours"...BEURK C'est tout ce qu'on peut dire. En vous remerciant pour la publication.

    radiosatellite.online

    13 h 10, le 09 septembre 2021

  • Les Talibans ont promis un gouvernement inclusif et ont fini par nommer tous leurs sbires pour ne laisser aucune possibilité à leur pays de s’émanciper ni de prospérer en le verrouillant de toute part. Aoun prétend vouloir un gouvernement inclusif et bloque le pays tant que tous les ministres choisis ne seront pas exclusivement de son bord tout comme Berry et HN. Nous n’aurons jamais de gouvernement et tant mieux. Nous avons donné quant à la l’exclusivité dans ce pays, et le désastre dans lequel ils ont mis notre pays le prouve. Pour avoir un gouvernement il va falloir exclure l’idée de nommer des ministres affiliés aux vendus en premier lieu et tout se déroulera comme les citoyens le souhaitent. Aucun ministère régalien ne doit leur être offert et ce, quelque soit le prix. Recommencez à zéro et revoyez la copie initiale erronée depuis le premier instant où Hariri à accorder les ministères demandés par l’axe du mal sans broncher et a ouvert la porte aux marchandages. Le gouvernement qui doit naître doit représenter les citoyens de ce pays et non les partis qui l’ont détruit.

    Sissi zayyat

    11 h 44, le 09 septembre 2021

  • Pas d’illusions ! pas de blablabla… Aoun/CPL/ Bassil ne veulent pas de gouvernement avant 2022 quoi qu’ils disent. Si c’était un accouchement, au bout de treize mois, il serait mort-né. Le trio de l’opposition d’un quelconque gouvernement, prépare déjà ses battons dans les roues et, ses objections à toute proposition positive qui, puissent les discréditer sur leur gestion des cinq années passées. Aoun/CPL/Basil préparent le lit d’une république Islamique sans le savoir et/ou en feignant l’ignorer ; Dans les deux cas, ça serait une haute trahison contre l’Etat et le peuple Libanais. Mr Mikati va droit dans le mur, tout comme Messieurs Hariri et Adib avant lui. Quelques soit son éventuel successeur, les suivra naturellement jusqu’en 2022. De toute façon depuis l’arrivée de ce trio d’incapables, rien ne fonctionnait plus. Ils arrosaient les crédules, de rêves inaccessibles dont ils étaient conscients qu’ils n’atteindraient jamais. Par ses caprices, et son changement d’humeur, Aoun a réussi la difficile prouesse de se mettre à dos tout le monde le Peuple compris. Malheureusement ce n’est que le triste constat de la réalité.

    Le Point du Jour.

    11 h 15, le 09 septembre 2021

  • AUTANT DIRE QUE NOUS REVENONS AU POINT ZERO, AU 1ER CARRE DE L'ACCORD DE DOHA, OU DADDY S'EST VU OFFRIR SE CONTORSIONNER A SA GUISE AVEC LA CONSTITUTION DU LIBAN

    Gaby SIOUFI

    09 h 25, le 09 septembre 2021

  • «Le vieux monde se meurt, le nouveau est lent à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres». (Antonio Gramsci)

    Michel Trad

    09 h 19, le 09 septembre 2021

  • Le feu vert du hezbollah et de son commanditaire, l’Iran pour la naissance du gouvernement n’a pas encore ete donne. Donc pas de gouvernement. Aoun est le paravent, chargé de faire l’obstruction de façade. Le probleme est plus profond qu’un partage de parts entre des politiciens corrompus et criminels. Le Liban de nos ancetres risque de disparaitre a jamais! Seul un miracle le sauvera

    Goraieb Nada

    08 h 08, le 09 septembre 2021

  • Groupe parlementaire du Liban Fort …..j’ai failli renverser mon café ! Heureusement que les aounistes ont transformé notre pays en pays fort, qu’est ce sue ça serait s’il avait été faible ? Les aounistes, comme à leur habitude, font du populisme et de la démagogie sauf que ceux ci deviennent de plus en plus bon marché

    Liberté de Penser

    07 h 46, le 09 septembre 2021

  • Nous ne voyons qu'un seul gros noeud constitué de matières périmées depuis longtemps, relié à un autre petit noeud hautement nocif pour le Liban. Jetons-les vite au fond d'un tiroir pour sauver notre pays qu'ils détruisent par leur égoïsme et leur orgueuil ! - Irène Saïd

    Irene Said

    07 h 39, le 09 septembre 2021

  • "… Les talibans ont formé un gouvernement (en Afghanistan, mardi). Soyez comme eux …" - voilà qu’on en est à comparer les talibans et l’état Liban…

    Gros Gnon

    05 h 43, le 09 septembre 2021

Retour en haut