Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Enquête sur les explosions au port de Beyrouth

L'audition de l'ancien ministre Fenianos reportée au 16 septembre

L'audition de l'ancien ministre Fenianos reportée au 16 septembre

l'ancien ministre des Travaux publics et des Transports Youssef Fenianos. Photo d'archives ANI

L'interrogatoire de l'ancien ministre des Travaux publics et des Transports Youssef Fenianos par le juge d'instruction Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur la double explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth, a été reporté au 16 septembre, afin d'étudier deux recours pour "vice de forme" présentés par ses avocats, alors que l'enquête piétine depuis un an en raison des ingérences de la classe politique.

Selon les avocats, la prérogative de poursuivre en justice l'ex-ministre revient à la Haute-Cour chargée de juger les présidents et les ministres et non pas au juge d'instruction près la Cour de justice. En outre, le recours en appel de la décision de l'Ordre des avocats du Nord, qui avait accordé une autorisation pour poursuivre M. Fenianos devant la Cour d'appel du Nord, suspend automatiquement l'enquête, en attendant la décision concernant cet appel, d'après eux.

De nombreux responsables poursuivis par le juge d'instruction près la Cour de justice, à l'instar de M. Fenianos, refusent toujours de comparaître, et les diverses composantes de la classe dirigeante, qui ont rejeté une enquête internationale, sont accusées de tout faire pour torpiller l'enquête. M. Bitar a, en effet, été confronté à une levée des boucliers après avoir demandé la levée de l'immunité parlementaire de plusieurs responsables "en vue de les inculper et d'engager des poursuites pour éventuelle intention d'homicide", "négligence et manquements".

En plus du général Abbas Ibrahim, directeur de la Sûreté générale, des poursuites ont été lancées à l'encontre des députés Ghazi Zeaïter, Ali el-Khalil et Nouhad Machnouk, M. Fenianos, l'ex-commandant en chef de l'armée Jean Kahwagi, un ancien chef des renseignements de l'armée, Camille Daher, plusieurs officiers et le chef de la Sécurité de l’État Tony Saliba.

Le juge Bitar avait émis en août un mandat d'amener à l'encontre du Premier ministre sortant Hassane Diab, poursuivi pour négligence dans ce drame, mais celui-ci a refusé de comparaître devant le magistrat, soutenu en cela par les figures de la communauté sunnite à laquelle il appartient. Le juge a fixé au 20 septembre la date d'une nouvelle audience et chargé les forces de sécurité de l'interpeller. Le juge avait également lancé un mandat d'arrêt contre un membre du Conseil supérieur des douanes,  Hani Hajj Chéhadé, après avoir interrogé le prévenu pendant six heures consécutives.

Plus d'un an après la double explosion de plusieurs centaines de tonnes de nitrate d'ammonium qui a fait 214 morts et plus de 6.500 blessés, dévastant des quartiers entiers de la capitale, l'enquête locale n'a toujours pas donné de résultats.


L'interrogatoire de l'ancien ministre des Travaux publics et des Transports Youssef Fenianos par le juge d'instruction Tarek Bitar, en charge de l'enquête sur la double explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth, a été reporté au 16 septembre, afin d'étudier deux recours pour "vice de forme" présentés par ses avocats, alors que l'enquête piétine depuis un an en raison des...