Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

La conquête par l’absurde

Maintenant que le Hezbollah a fait table rase de tout ce qui faisait le Liban, y compris de ses personnalités les plus en vues, et qu’il ne reste plus rien, comme au temps de Gengis Khan qui rasait tout derrière lui pour y installer un nouvel ordre mongol, il peut commencer à remplacer les manques par les produits fabriqués chez l’ennemi iranien et combler les lacunes sociales et économiques qu’il a largement contribuées à créer (enseignement et santé par le déficit du personnel qui a été poussé à l’immigration, banques,…).

Nasrallah et ses complices aounistes ont systématiquement planifié et organisé la chute du Liban. Chacune de leurs actions ces dernières années a été minutieusement planifiée entre non seulement le tandem chiite, mais avec la complicité du mouvement aouniste, pour arriver à faire main basse sur le pays.

Ils ont magistralement appliqué la stratégie de conquête par l’absurde : détruire tous les fondements qui font une société jusqu’à l’effondrement total et prétendre la rebâtir en apportant et offrant aux rescapés ce dont ils ont un besoin urgent à tel point que ces malheureux ne soient plus en mesure de le refuser.

C’est exactement ce qu’a fait le 16 août 2021 Hassan Nasrallah avec son annonce grandiloquente, se présentant en libérateur et homme d’État responsable de la vie et du bien-être de ses sujets et révélant l’arrivée de bateaux iraniens remplis de mazout et d’essence. Il fait rentrer par le port ce qu’il a fait sortir par la frontière syrienne, avec la complicité des aounistes.

Tous les « actes économiques » du Hezbollah et du CPL durant ces dernières années vont dans ce sens. La coordination entre la milice terroriste et le gang aouniste fut parfaite et extrêmement bien menée.

Même le report indéfini des discussions sur les frontières maritimes et terrestres vont dans ce sens. Rien ne doit permettre au Liban de retrouver une certaine stabilité, même au prix de quelques sacrifices, avec Israël.Le Hezbollah préfère reporter à l’infini la possibilité de commencer le forage maritime pour nous obliger à devenir dépendants des hydrocarbures iraniens comme cela est en train de se produire pour les produits pharmaceutiques et bientôt les produits agricoles et industriels car ces deux secteurs sont en train d’être ruinés par le trafic du mazout en Syrie.

Nasrallah va toujours donner à la milice iranienne une raison d’exister car le chaos est la voie de sa domination.

Le tir imprévisible des fusées Grad au début du mois d’août 2021 va aussi dans ce sens.

La guerre de 2006 va dans ce sens.

Nasrallah réitérera des provocations calculées à la frontière israélienne à chaque fois qu’il y aura un risque de stabilisation du pays.

Il est payé pour cela. Il n’existe qu’en fonction de cela.

Aucune possibilité de travailler ou de planifier quoi que ce soit avec le Hezbollah. C’est un organe des gardiens de la révolution iranienne.

Mikati et Hariri se leurrent et nous entraînent dans des solutions qui redonnent vie à nos problèmes.

Tout accord avec les représentants iraniens qui ont écrasé le Liban est une traîtrise de plus et les représentants sunnites sont à fond dans le piège.

Le monde arabe n’arrête pas de le leur rappeler et eux n’arrêtent pas de ne pas le comprendre.

Le Hezbollah et l’Iran ont fait des efforts soutenus toutes ces années pour isoler le Liban politiquement (surenchères répétitives de Nasrallah et Bassil contre les pays arabes et même contre le monde par la désastreuse politique étrangère dirigée par des aounistes) et économiquement (par l’hémorragie organisée scientifiquement des produits subventionnés) etc. pour mieux s’approprier le pays.

C’est ce qu’ils ont réalisé avec l’aide de leur allié Gebran Bassil.

Des informations circulent sur des arrivées d’Iraniens dans le but d’un changement social. Je ne sais encore s’il faut leur donner du crédit. Mais l’on peut dire que la politique de repeuplement est largement menée par Bachar en Syrie à l’encontre de millions de Syriens (à majorité sunnites) déplacés ou réfugiés au Liban et en dehors de la Syrie, alors que Bachar s’évertue à essayer de les empêcher de rentrer dans leurs foyers. D’autre part, ce n’est pas la première fois que des autorités libanaises utilisent la vente de dizaines de milliers de passeports (aux Syriens) pour influencer les élections et remplir leur compte bancaire.

Enfin, la longue guerre d’élimination contre le peuple libanais a entraîné des dizaines de milliers de migrations douloureuses. Des dizaines de milliers de vies bouleversées qui s’ajoutent à celles déjà détruites dans les guerres provoquées pour créer un climat de désarroi pour modifier la répartition démographique et accroître l’émigration. La guerre d’élimination avait commencé en 1989 et se poursuit sous nos yeux. Un grand aouniste l’avait amorcée et un grand traître chiite a repris la relève. La guerre d’élimination de Aoun en 1989 a détruit Achrafieh et ses environs. L’explosion du 4 août 2020 a été encore plus dévastatrice. Nasrallah a copié Aoun mais à la manière iranienne : cent fois plus destructrice.

L’émigration des Libanais, ou encore le désir d’émigration, a atteint un tel niveau avec la crise grandissante provoquée par le tandem CPL/Hezbollah qu’elle nous rappelle, toute proportion gardée, celle des Syriens dans les pays limitrophes.

Avec la cascade de crises, d’explosions, d’incidents à caractère milicien, et d’assassinats, il se forme petit à petit une majorité chiite pro-iranienne et la venue par groupes importants de chiites d’Iran comble le vide induit par l’immigration des Libanais déçus, ruinés, exténués, découragés ou plus dramatiquement touchés dans leur chair.

Il restera aussi les aounistes affaiblis mais heureux d’être les seconds au pouvoir sous la domination iranienne.

Voilà le Liban futur si tous les partis et les groupes souverainistes ne créent pas un vrai front anti-Hezbollah le plus rapidement possible, comme le front antisyrien en 2005.

Seul un Congrès tel que Kornet Chahwane ou le Bristol, ou n’importe quelle formule similaire, pourrait mobiliser le peuple et relancer la guerre médiatique et sociale contre le mouvement de terreur provoqué par l’alliance des pasdaran libanais et des aounistes.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Maintenant que le Hezbollah a fait table rase de tout ce qui faisait le Liban, y compris de ses personnalités les plus en vues, et qu’il ne reste plus rien, comme au temps de Gengis Khan qui rasait tout derrière lui pour y installer un nouvel ordre mongol, il peut commencer à remplacer les manques par les produits fabriqués chez l’ennemi iranien et combler les lacunes sociales et...

commentaires (1)

Malheureusement trop vrai!

Danielle Sara

19 h 44, le 26 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Malheureusement trop vrai!

    Danielle Sara

    19 h 44, le 26 août 2021

Retour en haut