Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Washington veut aider à approvisionner le Liban en électricité à partir de la Jordanie

Des négociations sont en cours avec la Banque mondiale pour financer cette initiative. 

Washington veut aider à approvisionner le Liban en électricité à partir de la Jordanie

Des câbles électriques dans une rue de Tyr, au Liban-Sud. Photo REUTERS / AZIZ TAHER

L'administration américaine a approuvé un projet qui permettrait d'approvisionner le Liban en électricité en provenance de Jordanie et mène actuellement les négociations nécessaires au financement de cette initiative avec la Banque mondiale, a confié jeudi l'ambassadrice des États-Unis Dorothy Shea au chef de l'État libanais Michel Aoun. 

Cette annonce intervient quelques heures après les propos tenus par le chef du Hezbollah, bête noire de Washington tout comme l'Iran, selon lesquelles un navire transportant du mazout iranien prendrait incessamment la mer en direction du Liban. L’Iran détient les quatrièmes réserves mondiales de pétrole, mais ses exportations sont sous embargo américain, ce qui rend toute transaction commerciale irréaliste. En achetant du pétrole iranien, sans exemption octroyée en amont par Washington, Beyrouth s’exposerait donc à des sanctions.

Selon un communiqué publié par le bureau de presse du palais de Baabda, l'ambassadrice Shea est entrée en contact avec le chef de l'État pour lui faire part de la décision de l'administration américaine de "faire parvenir de l'électricité au Liban en provenance de Jordanie, via la Syrie", en fournissant à Amman du gaz égyptien lui permettant de produire ce supplément de courant. "Des négociations sont en cours avec la Banque mondiale pour couvrir le paiement" de ce gaz et les réparations nécessaires sur les gazoducs et les lignes électriques concernées par ces opérations, selon l'ambassadrice. Le projet de Washington prévoit également de faciliter des importations de gaz d'Égypte vers le Liban-Nord. 

Lire aussi

Black-out sur le Liban : le coup de grâce pour les entreprises et les commerces

"Le président Aoun a remercié Mme Shea pour les efforts déployés en vue d'accomplir ce projet qui "est dans l'intérêt de tous les Libanais dans la crise socio-économique actuelle", précise le communiqué du palais présidentiel.

"Solutions durables"
Dans un entretien à la chaîne al-Arabiya, Dorothy Shea a pour sa part affirmé qu'elle essayait de trouver "des solutions pour le peuple libanais" et travailler sur cette initiative depuis plusieurs semaines. Dans ce cadre elle a mené des discussions avec les gouvernements égyptien, jordanien et libanais ainsi qu'avec la Banque mondiale. "Nous essayons de parvenir à des solutions durables pour répondre aux besoins du Liban en carburant et énergie". Elle a ajouté que les États-Unis sont "frustrés" de la situation qui prévaut au Liban. La diplomate a par ailleurs indiqué avoir contacté la Maison Blanche et le Trésor US afin de résoudre la question des transferts d'électricité via la Syrie, soumise à des sanctions américaines dans le cadre de la Loi César. "Il y a une volonté que cela fonctionne. Certains aspects logistiques devront être résolus, mais je pense que tout pourra se mettre en place plutôt facilement", a-t-elle souligné.

Concernant les importations de fuel iranien annoncées plus tôt par le chef du parti chiite, Mme Shea a estimé que Beyrouth "n'a pas besoin de pétroliers iraniens" et que de nombreux navires-citernes se trouvent actuellement au large du pays, dans l'attente de décharger leurs produits. Mais au final "le Liban peut faire ce qu'il veut", a-t-elle lancé. L'ambassadrice a encore souligné que personne ne viendrait se plaindre si "on arrive à faire parvenir du diesel à un hôpital qui en a besoin", estimant toutefois que les Libanais méritent "que les importateurs de carburant distribuent équitablement leurs stocks. Pouvez-vous compter sur le Hezbollah pour cela ?".

Le Liban, qui souffre depuis des années de pénurie chronique d'électricité, est plongé dans un black-out quasiment total depuis plusieurs semaines, le fournisseur public Électricité du Liban ayant réduit au strict minimum sa production en raison du manque de liquidités. De leur côté, les propriétaires de générateurs privés, qui assurent normalement l'approvisionnement en courant pendant le rationnement, ont été obligés de limiter leur production, sur fond de pénurie sévère de mazout dans le pays. Cette pénurie s'est aggravée la semaine dernière lorsque la Banque du Liban (BDL) avait annoncé le 11 août qu'elle ne pouvait plus subventionner au taux actuel les importations et que ce mécanisme serait donc arrêté. Une suppression définitive des subventions impliquerait une hausse de plus de 300% des prix des carburants. Le Parlement doit se réunir vendredi pour aborder cette questions.


L'administration américaine a approuvé un projet qui permettrait d'approvisionner le Liban en électricité en provenance de Jordanie et mène actuellement les négociations nécessaires au financement de cette initiative avec la Banque mondiale, a confié jeudi l'ambassadrice des États-Unis Dorothy Shea au chef de l'État libanais Michel Aoun. Cette annonce intervient quelques heures...

commentaires (10)

on / ils le meritent bien que les usa se foutent de leurs sales gueules de ploucs qui se prennent pour de la grosse qq chose. ainsi du gaz en provenance d'egypte dont assad devra autorise le transit-a condition de pouvoir l'utiliser- qqs ptites annees seulement- ET, ET UNE tte petite 2 eme CONDITION Y EST ATTACHEE: que DES LIBANAIS -car bcp d'autres le font deja - S'AGENOUILLENT ET BAISENT LE CUL DE ASSAD. facile a remplir ces 2 conditions. hein Mme SHEA ? ns aurions merite mieux malgre tout. quand j;ecris nous je parle des seuls citoyens bien sur.

Gaby SIOUFI

14 h 36, le 20 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • on / ils le meritent bien que les usa se foutent de leurs sales gueules de ploucs qui se prennent pour de la grosse qq chose. ainsi du gaz en provenance d'egypte dont assad devra autorise le transit-a condition de pouvoir l'utiliser- qqs ptites annees seulement- ET, ET UNE tte petite 2 eme CONDITION Y EST ATTACHEE: que DES LIBANAIS -car bcp d'autres le font deja - S'AGENOUILLENT ET BAISENT LE CUL DE ASSAD. facile a remplir ces 2 conditions. hein Mme SHEA ? ns aurions merite mieux malgre tout. quand j;ecris nous je parle des seuls citoyens bien sur.

    Gaby SIOUFI

    14 h 36, le 20 août 2021

  • Tout est subventionné au Liban et apres on s'étonne que la BDL s'écroule et on tire toute azimuts sur M. Salamé ! Il paraitrait que même le café est subventionné . On en apprend tous les jours ! Les libanais ont eux meme une grande responsabilité dans la déchéance du pays ! Quand tout etait rose c'etait l'insouciance comme le fable de La Fontaine : La cigale et la fourmis ....

    nabil zorkot

    12 h 31, le 20 août 2021

  • AMERICA de la Deuxième Guerre Mondiale , de la guerre de Corée , du Vietnam (à partir du massacre de My- Lai ), du Cambodge ,de l’Afghanistan , de l’Irak , de la Somalie , du Yémen a toujours eu UNE seule réponse à la question d’un de leur soldat : Sommes-nous censés tuer les femmes et les enfants ? REPONSE Standard HENRY KISSINGER : Kill Everything that Moves … C’est tout ce qu’ils ont su faire .. Après vos débâcles et leurs conséquences ( vous Lisez et Voyez ) aujourd’hui Mrs. L’Ambassadrice il nous faut : Honnêteté et Transparence ( Do U know ? )

    aliosha

    11 h 46, le 20 août 2021

  • les américains veulent aider le Liban?! grosse blague,non? oui....à aider surtout Israël a parfaire son génocide.

    Marie Claude

    09 h 36, le 20 août 2021

  • Incroyable. Les Americains veulent aider notre peuple alors que nos politiciens ne veulent que apparaitre "bien" devant leur constituents sans rien faire!

    Le Liban d'abord

    08 h 30, le 20 août 2021

  • Vraiment genial toutes les options d alimentation en electricite du LIBAN passe ou par l IRAN ou par la SYRIE….?!

    HABIBI FRANCAIS

    08 h 18, le 20 août 2021

  • Je suis surpris par le chiffre de 300% d’augmentation si les subventions venaient à être supprimées. En effet, une comparaison des prix du carburant à la pompe montre un prix presque égal de l’essence au Liban et au Canada ou je vis, après avoir mis de côté toute taxes sur l’essence (Canada) et fluctuations récentes du taux de change (Liban). Le pris “net” est de USD 0.73/l au Canada et USD 0.75/l au Liban. Le chiffre avancé impliquerait les points suivants: 1) le pourcentage de subvention actuel est de plus de 75% et 2) les grossistes et détaillants libanais de carburant se partagent une marge opératoire de plus de 75%. Qu’en est-il? De Montréal, AC

    Micheline

    21 h 30, le 19 août 2021

  • Pas très sain comme situation mais c'est mieux que de se faire racketer et prendre en otage par des voyous et leur valetaille.

    Je partage mon avis

    19 h 38, le 19 août 2021

  • Et puis après, quand aurons-nous des centrales qui pourront fournir l’electricite a ce petit pays en faisant abstraction des lois sectaires et la corruption qui entravent tout? N'était-ce pas Bassil qui avait lance, confirme et adopte l'idée des bateaux centrales turques? 42 milliards de dollars plus tard...

    CW

    19 h 37, le 19 août 2021

  • Un grand Merci pour les Etats unis et leur ambassadrice Mme Shea , vous avez du coeur et de la gentillesse envers les Libanais, plus que leurs propres politiciens MERCI.

    Ziad

    19 h 23, le 19 août 2021

Retour en haut