Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Désaccord sur un éventuel bouclage en septembre, 1.558 cas en 24h

Quatre personnes sont décédées. 

Désaccord sur un éventuel bouclage en septembre, 1.558 cas en 24h

Une soignante prenant la température d'une patiente à l'entrée d'un centre de vaccination au Liban, en juin 2021. Photo Houssam Chbaro

Le Liban, qui pourrait être à nouveau bouclé en septembre en raison d'un regain de la pandémie de coronavirus dans le pays, a enregistré 1.558 nouveaux cas et quatre décès au cours de ces dernières 24 heures, selon le bilan du ministère de la Santé publié mardi. Parmi ces nouveaux cas, 45 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth depuis l'étranger. Ces chiffres portent à 573.959 le nombre de contaminations cumulées depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.952 décès et 539.859 rémissions. Sur les cas toujours actifs, 395 sont hospitalisés dont 165 admis en soins intensifs. Le taux de positivité au virus par rapport au nombre de tests effectués est passé à 7,2 %. 

Le ministère de la Santé a en outre précisé dans son rapport que 26,5 % des personnes éligibles ont reçu depuis mi-février une première dose, et 21,3 % les deux nécessaires pour atteindre l'immunité la plus complète possible avec les vaccins Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm.

Bouclage en septembre ?

A la suite de la recrudescence de la pandémie, des voix discordantes s'élèvent quant à la nécessité d'un nouveau confinement. Le ministre sortant de la Santé Hamad Hassan a envisagé un nouveau bouclage du pays en septembre si le taux d'occupation en soins intensifs atteignait les 70%. Le président de la commission parlementaire de la Santé, le député Assem Araji, n'est pas toutefois de cet avis. Lors d'un entretien à la radio Voix du Liban, il a affirmé qu'une fermeture du pays "n'était pas envisagée dans le futur proche". M. Araji avait pourtant mis en garde dimanche contre "la possibilité accrue d'une crise sanitaire en septembre". "Nous n'avons pas tant peur du coronavirus que de l'incapacité du système de santé à mener plusieurs batailles de front, notamment face aux pénuries de médicaments et d'équipements médicaux, face aussi à l'effondrement de la livre libanaise et à l'émigration du corps soignant", a affirmé le député.

Il a fallu moins d’un mois pour que le Liban, en pleine crise socio-économique, passe de la phase 1 de l’épidémie, par laquelle les foyers de Covid-19 sont bien identifiés, à la phase 4, caractérisée par une transmission communautaire. La propagation rapide du contagieux variant Delta a poussé les autorités et les professionnels de santé à durcir les mesures prises pour contenir la pandémie, en exigeant notamment un pass sanitaire dans les lieux publics. La vaccination obligatoire a également été recommandée pour tous les fonctionnaires et toutes les personnes travaillant dans les établissements de soins de santé, orphelinats, maisons de retraite, institutions pédagogiques, universités, banques, centres commerciaux et commerces de produits alimentaires. De plus, toutes les entreprises commerciales doivent prendre les mesures nécessaires pour travailler dans un environnement exempt du coronavirus. Pour ce faire, les clients âgés de plus de 16 ans sont tenus de présenter un pass de vaccination ou un test positif au coronavirus datant de moins de trois mois,  munis d’un code QR. Sinon, le client devra effectuer un test antigénique rapide à l’entrée de l’établissement aux frais de celui-ci. Enfin, le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics. Ces mesures, notamment le pass sanitaire, ne sont pas vraiment appliquées sur le terrain en l'absence de contrôles stricts, ce qui laisse présager une poursuite de la propagation du coronavirus dans le pays.


Le Liban, qui pourrait être à nouveau bouclé en septembre en raison d'un regain de la pandémie de coronavirus dans le pays, a enregistré 1.558 nouveaux cas et quatre décès au cours de ces dernières 24 heures, selon le bilan du ministère de la Santé publié mardi. Parmi ces nouveaux cas, 45 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth depuis l'étranger. Ces chiffres...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut