Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19 au Liban

Cinq décès durant les dernières 24 heures

Le Dr Firas Abiad critique le relâchement des mesures sanitaires depuis juin.

Cinq décès durant les dernières 24 heures

Un soignant prenant en charge une patiente à l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le 23 juillet 2021. Photo AFP

Le Liban, qui pourrait faire face à une nouvelle crise sanitaire en septembre, a enregistré 751 nouveaux cas et cinq décès au cours de ces dernières 24 heures, selon le bilan du ministère de la Santé publié lundi. Parmi ces nouveaux cas, 21 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth depuis l'étranger. Ces chiffres portent à 572.401 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.948 décès. Les taux d'hospitalisation et de positivité des tests PCR n'ont pas été fournis dans le bilan d'aujourd'hui, le pays observant un jour férié pour l'Hégire.

Le ministère de la Santé a toutefois précisé dans son rapport que 26,4% des personnes éligibles ont reçu depuis mi-février une première dose, et 21,2% les deux nécessaires pour atteindre l'immunité la plus complète possible avec les vaccins Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm.

A la suite de la recrudescence de la pandémie, le président de la commission parlementaire de la Santé, le député Assem Araji a mis en garde dimanche contre "la possibilité accrue d'une crise sanitaire en septembre".

Firas Abiad critique le relâchement des mesures

"Il n'était pas difficile de prédire que le relâchement des mesures contre le coronavirus en juin, malgré la propagation mondiale de nouveaux variants du virus et les bas taux de vaccination au Liban, allait mener à la courbe que nous voyons", a constaté le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad. Il faisait référence à une courbe réalisée par notre confrère Omar Tamo, journaliste à L'Orient Today, qui montre une montée en flèche de la pandémie dans le pays. 


"On justifie toujours l'allègement des mesures comme étant un mal nécessaire pour raviver l'économie. Mais il semble que les conséquences de cette décision, notamment la perte de vies, n'aient pas été prises en compte et les hôpitaux ont été laissés seuls pour lutter contre la pandémie", a regretté le médecin. 

Il a fallu moins d’un mois pour que le Liban, en pleine crise socio-économique, passe de la phase 1 de l’épidémie, par laquelle les foyers de Covid-19 sont bien identifiés, à la phase 3, caractérisée par une transmission communautaire. La propagation rapide du contagieux variant Delta a poussé les autorités et les professionnels de santé à durcir les mesures prises pour contenir la pandémie, en exigeant notamment un pass sanitaire dans les lieux publics. La vaccination obligatoire a également été recommandée pour tous les fonctionnaires et toutes les personnes travaillant dans les hôpitaux, cliniques, dispensaires, orphelinats, centres de soins de santé, maisons de retraite, centres prenant en charge les personnes à besoins spécifiques, institutions pédagogiques, universités, banques, centres commerciaux et commerces de produits alimentaires. De plus, toutes les entreprises commerciales doivent prendre les mesures nécessaires pour travailler dans un environnement exempt du coronavirus. Pour ce faire, les clients âgés de plus de 16 ans sont tenus de présenter un pass de vaccination ou un test IgG prouvant leur contamination au coronavirus au cours des trois derniers mois. Ces documents doivent être munis d’un code QR. Si le client ne possède pas l'un des ces deux documents, il devra effectuer un test antigénique rapide à l’entrée de l’établissement aux frais de celui-ci. Par ailleurs, le port du masque est obligatoire dans tous les lieux publics. Ces mesures, notamment le pass sanitaire, ne sont pas vraiment appliquées sur le terrain en l'absence de contrôles stricts, ce qui laisse présager d'une poursuite de la propagation du coronavirus dans le pays.


Le Liban, qui pourrait faire face à une nouvelle crise sanitaire en septembre, a enregistré 751 nouveaux cas et cinq décès au cours de ces dernières 24 heures, selon le bilan du ministère de la Santé publié lundi. Parmi ces nouveaux cas, 21 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth depuis l'étranger. Ces chiffres portent à 572.401 le nombre de cas cumulés...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut