Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Médias

L’Orient-Le Jour et Nidaa el-Watan démissionnent du conseil de l’ordre de la presse


Le directeur exécutif de L’Orient-Le Jour Michel Hélou et le rédacteur en chef de notre confrère arabophone, Nidaa el-Watan, ainsi que Zeina Awad, PDG du magazine el-Afkar, ont présenté mardi leur démission du conseil de l’ordre de la presse, consécutivement au communiqué dans lequel celui-ci accusait lundi le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar, chargé de l’enquête dans l’affaire de la double explosion meurtrière au port de Beyrouth, le 4 août 2020, d’être « politisé » et de « suivre un plan préétabli (…) ». Le communiqué a en outre reproché indirectement au magistrat les poursuites qu’il a engagées contre un certain nombre de responsables politiques et de sécurité, estimant qu’ « un manquement aux devoirs de la fonction n’est pas un crime parce qu’une négligence n’est pas voulue jusqu’à preuve du contraire »

La décision de Michel Hélou s’explique notamment par le fait que le communiqué a été publié au nom de l’ordre sans consultations préalables avec ses membres et que le contenu est en contradiction avec la politique que suit L’Orient-Le Jour, qui se place en première ligne de l’action menée pour que toute la vérité soit faite sur la gigantesque déflagration qui a pulvérisé plusieurs quartiers de la capitale et endeuillé de nombreuses familles, alors que les responsables mis en cause par le magistrat essaient par tous les moyens de se dérober à la justice. « Le communiqué publié le 2 août par l’ordre de la presse est inacceptable dans un État moderne qui croit en l’autonomie de la Justice. Étant donné que l’ordre de la presse n’a pas pour mission de s’immiscer dans une enquête judiciaire en cours et devrait s’opposer à ceux qui se cachent derrière les immunités politiques (pour ne pas comparaître devant le magistrat), je vous prie d’accepter ma démission du conseil de l’ordre et de tenir compte du fait qu’elle entre en vigueur immédiatement », a écrit le directeur exécutif de L'Orient-Le Jour, dans sa lettre au conseil de l’ordre.

A son tour, Béchara Charbel a expliqué dans un communiqué avoir voulu « protester contre le communiqué de l’ordre, qui est en contradiction avec ses convictions », surtout qu’il « n’a pas été consulté au préalable au sujet de sa teneur ».

Dans un communiqué conjoint, le syndicat alternatif de la presse et l’ONG Maharat ont vivement critiqué le fond et la forme du texte publié lundi par l’ordre de la presse, lui reprochant « un manque flagrant de professionnalisme, un contenu trompeur et diffamatoire à l’encontre du juge d’instruction, surtout qu’il tend à innocenter les responsables poursuivis dans le cadre de cette affaire ». Rappelant que de nombreux médias ont été gravement endommagés lors de l’explosion, le syndicat et Maharat ont demandé aux membres du conseil de l’ordre de prendre position « sans ambiguïté » par rapport au communiqué publié en leur nom.



Le directeur exécutif de L’Orient-Le Jour Michel Hélou et le rédacteur en chef de notre confrère arabophone, Nidaa el-Watan, ainsi que Zeina Awad, PDG du magazine el-Afkar, ont présenté mardi leur démission du conseil de l’ordre de la presse, consécutivement au communiqué dans lequel celui-ci accusait lundi le juge d’instruction près la Cour de justice, Tarek Bitar,...