Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Les autorités lancent le "pass sanitaire", 597 nouveaux cas

31,8 % seulement des personnes éligibles ont reçu les deux doses de vaccin nécessaires pour être immunisées.

Les autorités lancent le

Un soignant libanais prenant la température d’un homme à l’hôpital universitaire Rafic Hariri de Beyrouth, le 20 mars 2020. Photo d'archives AFP

Alors que les autorités ont lancé ce lundi le système de "pass sanitaire" pour autoriser l'entrée dans les lieux touristiques et restaurants, pour faire face à la propagation rapide du variant Delta au Liban, 597 nouveaux cas et trois décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan quotidien publié lundi par le ministère de la Santé. Parmi ces nouveaux cas, 52 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth depuis l'étranger. Ces chiffres portent à 563.124 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.912 décès et 537.451 guérisons. Sur les cas toujours actifs, 302 sont hospitalisés dont 114 en soins intensifs. Le taux de positivité au virus par rapport au nombre de tests effectués poursuit également sa hausse et passe à 5,9 %.

Le ministère du Tourisme avait annoncé que le pass sanitaire deviendrait obligatoire dès ce lundi dans les lieux touristiques, c'est-à-dire dans "les établissements touristiques, les hôtels, les restaurants, les cafés, les bars, les stations balnéaires, ainsi que toutes les institutions qui dépendent du ministère". Ces établissements ne peuvent désormais recevoir que les personnes disposant d'un document prouvant leur vaccination (pour les plus de 16 ans), soit d'une attestation d'un test IgG comprenant un code QR qui prouve qu'elles sont immunisées, soit du résultat négatif d'un test antigénique". Par ailleurs, "tous les employés du secteur touristique doivent se faire vacciner ou effectuer un test PCR toutes les 72 heures", avait annoncé le ministère.

Cette décision a été prise malgré la lenteur de la vaccination dans le pays, entamée mi-février. 31,8 % seulement des personnes éligibles ont reçu les deux doses nécessaires pour être immunisées. Ceci pourrait expliquer pourquoi il a fallu moins d’un mois pour que le Liban passe de la phase 1 de l’épidémie, dans le cadre de laquelle les foyers de Covid-19 sont bien identifiés, à la phase 3, caractérisée par une transmission communautaire.

La crise financière que traverse le pays, les pénuries de mazout et de médicaments ainsi que l’exode massif du corps infirmier pèsent lourd sur le secteur hospitalier qui risque de ne pas pouvoir faire face à une nouvelle pression au cas où les hospitalisations augmentent fortement. 


Alors que les autorités ont lancé ce lundi le système de "pass sanitaire" pour autoriser l'entrée dans les lieux touristiques et restaurants, pour faire face à la propagation rapide du variant Delta au Liban, 597 nouveaux cas et trois décès ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures, selon le bilan quotidien publié lundi par le ministère de la Santé. Parmi ces nouveaux...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut