Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Le variant Delta "représente désormais 100% des contaminations", le pass sanitaire bientôt obligatoire

Plus de 900 cas et trois décès en 24h. 

Le variant Delta

Des soignants bougent un lit tandis que des patients attendent sur des bancs dans le hall de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, le 23 juillet 2021. Photo d'archives AFP

La tendance d'une recrudescence des cas de coronavirus se confirme de jour en jour au Liban, au moment où les autorités tentent de mettre en place de nouvelles restrictions, comme le pass sanitaire, pour faire face au variant Delta qui représente dorénavant la quasi-totalité des cas actifs dans le pays. Durant les dernières 24h, 923 nouveaux cas et trois décès ont été enregistrés, selon le bilan quotidien publié vendredi en soirée par le ministère de la Santé. Parmi ces nouveaux cas, 41 ont été détectés parmi des voyageurs arrivés à Beyrouth de l'étranger. Ces chiffres portent à 560.396 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.903 décès et 536.963 guérisons. Sur les cas toujours actifs, 279 sont hospitalisés dont 103 en soins intensifs. Le taux de positivité au virus par rapport au nombre de tests effectués poursuit également sa hausse et passe à 5,6 %. 

La situation de la pandémie au Liban est d'autant plus inquiétante que la crise financière, doublée de la pénurie du mazout et des médicaments et l’exode massif du corps infirmier, pèse lourd sur le secteur hospitalier qui risque de ne pas pouvoir faire face à une nouvelle pression au cas où les hospitalisations augmentaient fortement. 

"100%" des contaminations dues au variant Delta
Dans ce contexte de crise, et avec la propagation rapide dans le pays du variant indien, connu sous le nom Delta, les professionnels de santé essaient de durcir les mesures prises pour contenir la pandémie. Nabil Rizkallah, chargé des statistiques au sein de la commission nationale pour le suivi du Covid-19, a ainsi affirmé vendredi que "le variant Delta représente désormais 100% des contaminations au Liban". "Les raisons principales pour lesquelles le nombre de contaminations a augmenté dernièrement sont le non respect des mesures de prévention et la rapidité de propagation du variant", a-t-il déploré, lors d'un entretien à la chaîne locale LBCI. L'expert a également noté qu'une fermeture du pays n'est pas envisagée en raison de la crise économique qu'il traverse, précisant toutefois que "des mesures seront prises sur le terrain".

Pass sanitaire bientôt obligatoire
Dans le cadre de ces mesures, le ministère du Tourisme a annoncé vendredi que le pass sanitaire sera dorénavant obligatoire dans les lieux touristiques dès la semaine prochaine. Il suit ainsi une recommandation formulée en début de semaine par la commission nationale en charge du suivi de la pandémie. Le ministère a ainsi annoncé que "les institutions touristiques, les hôtels, les restaurants, les cafés, les bars, les stations balnéaires ainsi que toutes les institutions qui dépendent du ministère doivent travailler dans un environnement sain dépourvu de coronavirus". Suite à cette décision, ces établissements pourront uniquement recevoir, dès la semaine prochaine, les personnes disposant d'un pass sanitaire prouvant leur vaccination (pour les plus de 16 ans), soit d'une attestation d'un test IgG contenant un code QR qui prouve qu'elles sont immunisées, soit du résultat négatif d'un test antigénique". Par ailleurs, "tous les employés du secteur touristique doivent se faire vacciner ou effectuer un test PCR toutes les 72 heures", a annoncé le ministère, précisant que ces mesures commenceront à être appliquées dans deux semaines pour ces employés. Le ministère a enfin rappelé "la nécessité de porter le masque dans les endroits publics et de respecter les mesures de prévention déjà émises au préalable", soulignant que la police touristique se chargera de faire le suivi de l'application de ces mesures dès la semaine prochaine.

Entre-temps, le rythme de la vaccination, débutée en février dans le pays reste lent. Ainsi, seulement 25,8 % des personnes éligibles ont déjà reçu une première dose et 18,2 % les deux doses nécessaires pour être immunisées. Ceci pourrait expliquer pourquoi il a fallu moins d’un mois pour que le Liban passe de la phase 1 de l’épidémie, dans le cadre de laquelle les foyers de Covid-19 sont bien identifiés, à la phase 3, caractérisée par une transmission communautaire.


La tendance d'une recrudescence des cas de coronavirus se confirme de jour en jour au Liban, au moment où les autorités tentent de mettre en place de nouvelles restrictions, comme le pass sanitaire, pour faire face au variant Delta qui représente dorénavant la quasi-totalité des cas actifs dans le pays. Durant les dernières 24h, 923 nouveaux cas et trois décès ont été enregistrés,...

commentaires (3)

Le vaccin est obligatoire. Il n’est pas permis que les imbéciles qui le refusent soient hospitalisés. Cela diminuera leur nombre.

Akote De Laplak

14 h 36, le 01 août 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le vaccin est obligatoire. Il n’est pas permis que les imbéciles qui le refusent soient hospitalisés. Cela diminuera leur nombre.

    Akote De Laplak

    14 h 36, le 01 août 2021

  • Ils se sont engouffrės dans la supercherie mondiale et mondialisėe du pass sanitaire, qu'attendre d'autre de ces criminels?

    Je partage mon avis

    18 h 44, le 30 juillet 2021

  • Seul en effet un vaccin obligatoire pour tous pourra sauver le pays qui manque de tout .

    Antoine Sabbagha

    18 h 40, le 30 juillet 2021

Retour en haut