Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Les autorités recommandent le pass sanitaire et la vaccination obligatoire dans certains secteurs

1.224 contaminations et deux décès en 24h. 

Les autorités recommandent le pass sanitaire et la vaccination obligatoire dans certains secteurs

Des patients alités, le 23 juillet 2021 à l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth. Photo d'archives AFP

Alors que le Liban est repassé à la phase 3 de la pandémie de coronavirus, marquée par la transmission communautaire, la commission nationale chargée du suivi de la lutte contre le virus a émis mercredi de nouvelles recommandations pour tenter  de freiner la progression du Covid-19, les autorités craignant une nouvelle catastrophe sanitaire en raison d'un secteur hospitalier au bord du gouffre dans un pays en grave crise.

Vaccination obligatoire et pass sanitaire

Les responsables qui se sont réunis mardi ont ainsi préconisé une vaccination obligatoire de tous les fonctionnaires et des personnes travaillant dans les hôpitaux, cliniques, dispensaires, maisons de retraite et orphelinats, établissements d'enseignement et universités, banques, centre commerciaux et commerces alimentaires. Ils ont demandé qu'un système de pass sanitaire soit mis en place à l'entrée des "établissements", obligeant leurs employés et clients de plus de 16 ans à présenter soit un test antigénique, un test PCR ou un certificat de vaccination. La commission ne spécifie pas toutefois les établissements concernés par ce pass sanitaire.

La commission a par ailleurs demandé au ministère de la Santé d'assurer un meilleur dépistage dans tout le pays afin de repérer les cas positifs. A la direction générale de l'Aviation civile, la commission a demandé que les voyageurs arrivant d'Irak, de Turquie et de Chypre soient soumis à un isolement de 3 nuits et 4 jours dans un hôtel à leur arrivée à Beyrouth, à l'exception de ceux ayant reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid. Elle a aussi réclamé à l'Aviation civile que le nombre de vols hebdomadaires en provenance de ces pays ainsi que d'Éthiopie soit réduit. Ces trois pays viennent s'ajouter à une liste comprenant déjà le Royaume-Uni, le Brésil, les Émirats arabes unis, l'Inde, le Malawi, l'Éthiopie, la Zambie, le Liberia, le Kenya, la Gambie et le Sierra Leone.

La commission a par ailleurs recommandé qu'un code QR soit apposé sur tous les tests PCR demandés pour entrer au Liban et que les exemptions de test pour les voyageurs ayant fait un aller-retour, en moins d'une semaine, entre le Liban et l'étranger soit annulées pour les passagers n'ayant pas été vaccinés. 

80% des cas actifs dus au nouveau variant delta

Pour sa part, le président du comité national en charge de la campagne de vaccination, le Dr Abdel Rahman Bizri, a estimé mercredi que "plus de 80% des cas actifs de coronavirus au Liban sont dus au nouveau variant delta", selon des propos rapportés par l'Agence nationale de l'information (Ani, officielle). Pour faire face à la propagation rapide de ce variant, le médecin a préconisé "l'accélération de la vaccination". Il a également appelé les parties concernées "à administrer le vaccin à toute personne qui souhaite le faire, précisant que près d'un million de Libanais inscrits sur la plateforme n'ont toujours pas reçu le vaccin ni de message pour l'administrer". Le Dr Bizri a par ailleurs souligné qu'il ne préconise pas la fermeture du pays vu qu'elle nuit à l'activité économique dont il a besoin au vu de la crise socio-économique qui le ravage. 

Venant confirmer les craintes des autorités, le bilan quotidien des contaminations était toujours inquiétant mercredi. Ainsi, 1.224 nouveaux cas de coronavirus et deux décès ont été enregistrés au cours des dernières 24h au Liban. Selon le bilan du ministère de la Santé publié en soirée, 64 des nouvelles contaminations proviennent de l'étranger. Ces chiffres portent à 558.369 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.897 décès et 536.623 guérisons. Parmi les personnes présentant des cas toujours actifs, 240 sont hospitalisées dont 94 en soins intensifs. Le taux de positivité au virus par rapport au nombre de tests effectués poursuit également sa hausse et passe à 5,2%. 

Selon le rapport du ministère de la Santé, 24,6 % des personnes éligibles ont reçu depuis mi-février une première dose, et 17,9 % les deux nécessaires pour atteindre l'immunité la plus complète possible avec les produits Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm.

Commentant la montée en flèche des contaminations, le président de l'ordre des médecins, le Dr Charaf Abou Charaf, a mis en garde contre cette tendance "qui pourrait nous pousser à réclamer un bouclage total car le corps médical ne peut pas supporter ce nombre de patients dans les hôpitaux". Le médecin a enfin appelé à respecter les gestes barrière et à se faire vacciner le plus tôt possible.


Alors que le Liban est repassé à la phase 3 de la pandémie de coronavirus, marquée par la transmission communautaire, la commission nationale chargée du suivi de la lutte contre le virus a émis mercredi de nouvelles recommandations pour tenter  de freiner la progression du Covid-19, les autorités craignant une nouvelle catastrophe sanitaire en raison d'un secteur hospitalier au bord...

commentaires (1)

Le "vaccin" experimental est un poison. 2 millions de medecins et nurses s y opposent en ce moment en France. ils s'opposent a cette nouvelle forme de tyrannie medicale. Comment ca se fait que personne de la profession medicale au Liban ne s y oppose ? Combien ont ils touche pour leur silence...?

Kantar Maan

22 h 15, le 28 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Le "vaccin" experimental est un poison. 2 millions de medecins et nurses s y opposent en ce moment en France. ils s'opposent a cette nouvelle forme de tyrannie medicale. Comment ca se fait que personne de la profession medicale au Liban ne s y oppose ? Combien ont ils touche pour leur silence...?

    Kantar Maan

    22 h 15, le 28 juillet 2021

Retour en haut