Rechercher
Rechercher

Économie - Justice

Nouvelles révélations sur le patrimoine de Riad Salamé en France

De nouveaux éléments révélés par « Le Temps » et consultés par « L’Orient-Le Jour » mettent en avant un nouveau personnage dans l’entourage du gouverneur, Anna Kosakova, qui a joué un rôle-clef dans l’acquisition de biens immobiliers à Paris.

Nouvelles révélations sur le patrimoine de Riad Salamé en France

De nouveaux éléments ont été révélés par le journal suisse Le Temps sur le vaste patrimoine immobilier en France du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé et de son entourage. Les documents, auxquels L’Orient-Le Jour a eu accès, mettent en avant un nouveau personnage-clef dans l’entourage du gouverneur : Anna Kosakova, à la tête notamment d’une société immobilière, qui a acheté pour au moins 10 millions d’euros de biens immobiliers en France. Ressortissante ukrainienne de 44 ans, elle est également la mère de E. Salamé, 15 ans, la fille de Riad Salamé, qu’il a reconnue deux ans après sa naissance, d’après son acte de naissance que L’Orient-Le Jour a pu consulter.

Ces révélations surviennent alors que le gouverneur est visé par trois enquêtes pour soupçons de biens mal acquis. La première a été ouverte par le parquet suisse pour « blanchiment d’argent aggravé en lien avec de possibles détournements au préjudice de la Banque du Liban » d’une somme de plus de 330 millions de dollars réalisés avec l’aide de son frère, Raja Salamé. La deuxième a été ouverte en avril au Liban dans la foulée des découvertes suisses, tandis que la troisième, confiée à des juges d’instruction anticorruption du Parquet national financier (PNF), a été ouverte en France en mai pour « blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs ».

Dans ce contexte, l’étude des biens immobiliers du gouverneur et de son entourage est essentielle puisqu’elle permet « de déterminer où l’argent, dont l’origine proviendrait de détournement de fonds publics au Liban, a été dissimulé et investi en Europe, afin de pouvoir geler et, à terme, récupérer les potentiels biens mal acquis ainsi que les revenus qu’ils ont générés », explique une source judiciaire libanaise. Autre enjeu : confirmer que l’ampleur du patrimoine peut être raisonnablement justifiée par rapport aux revenus des personnes concernées.

En réponse aux questionnements sur l’origine de sa fortune, Riad Salamé répète que son patrimoine, estimé selon lui à 23 millions de dollars en 1993, a été accumulé avant sa prise de fonctions à la Banque du Liban, lorsqu’il était banquier d’affaires et que la croissance de ses avoirs est le fait d’investissements en accord avec sa fonction de gouverneur qui, selon le code de la monnaie et du crédit, ne peut pas toucher des intérêts d’une entreprise privée. Contacté pour réagir aux dernières révélations, le bureau du gouverneur n’a pas donné suite.

Trois sociétés

À partir de 2007, juste après la reconnaissance de sa fille par Riad Salamé, Anna Kosakova va jouer un rôle actif dans l’acquisition d’un vaste patrimoine immobilier, qui s’articulera autour de trois entreprises qu’elle dirige (voir schéma).

La première, BET SA, est une société de gestion de fonds créée en avril 2007 au Luxembourg, constituée d’un capital social de 200 000 euros. Elle a pour objet « la prise de participations sous quelque forme que ce soit dans d’autres sociétés luxembourgeoises ou étrangères, ainsi que la gestion, le contrôle et la mise en valeur de ces participations », selon les statuts de l’entreprise. Le président de son conseil d’administration est M. Gabriel Jean, qui est par ailleurs gérant de Stockwell Investissement SA, une société luxembourgeoise détenue par Riad Salamé. L’actionnaire unique de Bet SA est Anna Kosakova.

La seconde entreprise est une société civile immobilière française, ZEL, au capital de 10 000 euros, créée 10 jours plus tard, avec pour objet « l’acquisition, l’administration et la gestion par location ou autrement de tous immeubles et biens immobiliers », selon les statuts de l’entreprise. L’actionnaire majoritaire de ZEL est BET SA, qui détient 99 % des parts de l’entreprise. ZEL est par ailleurs directement liée au frère de Riad Salamé, Raja, qui a géré la compagnie pendant plusieurs années et en a été aussi actionnaire à hauteur de 1 %, avant de céder ses parts à Anna Kosakova en 2015.

BET SA aurait alimenté la société immobilière française : selon ses comptes annuels, elle a ainsi prêté à ZEL 21,5 millions d’euros en incluant les intérêts. Cette dernière va acquérir de nombreux biens immobiliers, selon les actes de vente auxquels L’Orient-Le Jour a eu accès. ZEL achète d’abord en 2007 un appartement dans le XVIe arrondissement de Paris, avenue Georges-Mandel, d’une valeur de 2,4 millions d’euros, où est domiciliée Anna Kosakova. L’appartement est financé à partir des fonds propres de Raja Salamé (900 000 euros) et au moyen d’un prêt de HSBC France à Paris (1 million cinq cent mille). Deux ans plus tard, la société acquiert un appartement de 179 m² d’une valeur de 2,9 millions d’euros dans le même lot d’immeubles. En 2010, elle achète des bureaux d’une superficie de 223 m² situés au 66, avenue des Champs-Élysées pour 2,5 millions d’euros. Puis, en 2011 et 2014, ZEL acquiert respectivement des bureaux d’une superficie de 217 m² pour 2,6 millions d’euros et de 222 m² pour 3,7 millions d’euros. Soit en tout l’équivalent du 3e, 4e et d’une partie du 5e étage de l’immeuble.

Anna Kosakova est par ailleurs à la tête d’Eciffice et en même temps son actionnaire unique. Selon son site internet, Eciffice est un centre d’affaires situé au 66, avenue des Champs-Élysées, proposant des services de location d’espaces de travail et de coworking. L’activité de location des bureaux a généré en moyenne 1 million d’euros de chiffre d’affaires annuel en 2019, selon ses bilans. Le nom de Riad Salamé n’apparaît jamais directement dans ces opérations. Coïncidence ou signe de précipitation, le siège social de BET SA a été transféré vers la France en mai dernier, selon un document du Tribunal de commerce de Paris consulté par L’Orient-Le Jour.


Le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, au cours d’une conférence de presse à Beyrouth en novembre 2019. Joseph Eid/AFP

Le point sur l’enquête visant le gouverneur de la Banque centrale
Le gouverneur de la Banque du Liban (BDL) Riad Salamé sera auditionné début août par le procureur adjoint près la Cour de cassation, Jean Tannous, pour « détournement de fonds publics, enrichissement illicite, blanchiment d’argent et évasion fiscale », dans le cadre de l’enquête libanaise le visant. Des chefs d’accusation assortis de peines pouvant aller jusqu’à 10 ans de prison, selon une source judiciaire proche de l’enquête, et qui permettent de mieux cerner les pistes envisagées dans la détermination de l’infraction d’origine commise au Liban, dont le bénéfice aurait ensuite été dissimulé ou blanchi via un circuit de flux financiers passant par des banques suisses, puis investi dans l’immobilier en Europe. L’enquête a été ouverte par le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, suite à une instruction judiciaire menée par le Ministère public de la Confédération helvétique (MPC) pour soupçons de « blanchiment d’argent aggravé en lien avec de possibles détournements au préjudice de la BDL ».

Selon la demande de coopération judiciaire adressée par le parquet suisse à la justice libanaise en janvier, dont une copie a fuité en avril, l’investigation du MPC porte sur des transferts suspects de plus de 330 millions de dollars réalisés à partir d’un compte de la banque centrale entre 2002 et 2014, dans le cadre d’un contrat de courtage sur des eurobonds et des bons du Trésor signé entre la BDL et Forry Associates Ltd (Forry). Le bénéficiaire économique de cette société, enregistrée aux îles Vierges britanniques en 2001, est le frère du gouverneur Raja Salamé. Toujours selon les informations de la requête suisse, l’argent a ensuite circulé vers des comptes de Raja Salamé en Suisse puis au Liban, ainsi que vers des entreprises liées à Riad Salamé et Marianne Hoyek, conseillère senior à la BDL et assistante du gouverneur. Ce montage a soulevé des interrogations, notamment sur le rôle réel de l’entreprise dans la gestion des outils financiers, l’opacité autour du contrat, les procédures de son attribution, la succession des structures off-shore ou encore les risques de conflits d’intérêts.

Le bureau de Riad Salamé n’a pas répondu à nos sollicitations, mais interrogé à différentes reprises sur l’origine de sa fortune, le gouverneur répète que son patrimoine, estimé selon lui à 23 millions de dollars en 1993, a été accumulé avant sa prise de fonctions à la BDL, lorsqu’il était banquier d’affaires. « Le gouverneur fait face aujourd’hui à un véritable champ de mines. La nouvelle loi 189 du 16 octobre 2020 considère l’enrichissement illicite comme un crime en soi et prévoit désormais un renversement de la charge de la preuve. C’est-à-dire que c’est désormais à Riad Salamé de prouver qu’il y a une correspondance entre ses revenus de base et son patrimoine », a expliqué Karim Daher, avocat au barreau de Beyrouth et membre du Facti Panel de l’ONU.

N.M.A.


De nouveaux éléments ont été révélés par le journal suisse Le Temps sur le vaste patrimoine immobilier en France du gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé et de son entourage. Les documents, auxquels L’Orient-Le Jour a eu accès, mettent en avant un nouveau personnage-clef dans l’entourage du gouverneur : Anna Kosakova, à la tête notamment d’une société immobilière,...

commentaires (20)

les livres d'histoire parleront plus tard de la singularité de la "Gouvernance" du Liban la pire qui soit et de l'absurdité de son système confessionnel Moyen Ageux. que dire de plus ? que les peuples ont les dirigeants qu'ils méritent ?

fouad ghozayel

19 h 42, le 30 juillet 2021

Tous les commentaires

Commentaires (20)

  • les livres d'histoire parleront plus tard de la singularité de la "Gouvernance" du Liban la pire qui soit et de l'absurdité de son système confessionnel Moyen Ageux. que dire de plus ? que les peuples ont les dirigeants qu'ils méritent ?

    fouad ghozayel

    19 h 42, le 30 juillet 2021

  • M. Otayek, si vous dites quoique ce soit d'inconvenant à propos de cet escroc, vos commentaires ne seront pas publiés par l'OLJ....C'est mon cas, et c'est pourquoi j'ai décidé de me désabonner à la fin de la période en cours.... Bye bye...

    Georges MELKI

    09 h 27, le 30 juillet 2021

  • Il va certainement etre liquider...ou mourir d'une crise cardiaque...ou une embolie ..ou un accident de voiture...bref il n'aura pas le temps de debaler toutes les magouilles de nos politiciens . Il a interet a enregistrer toutes les saloperies commises et les publier avant qu'il lui arrive un accident grave...comme dans les films sur les mafieux ..

    Houri Ziad

    18 h 49, le 25 juillet 2021

  • Il faut espérer et tout faire des 2 côtés (l’Etat et le Gouverneur) pour aboutir à un accord en dehors des tribunaux, car une procédure judiciaire pour une affaire avec de telles ramifications, dans plusieurs pays, risque de trainer une décennie, voire 2, et au bout du compte une grande partie du pactole passerait dans les poches des avocats et des experts comptables. Il prétend qu'il avait 23 millions en 1993, très bien. Laissons-lui ses 23 millions et reprenons tout le reste ET tous les revenus des 23 millions seront considérés comme dédommagement de l'Etat libanais en guise de réparation. Présumé innocent certes, mais lui-même s'est présumé coupable avec ses déclarations faites à la presse internationale. Le Financial Times lui reproche " c'est quand même 300 millions" et lui il répond "c'est 20 millions par an". (Excusez du peu) !

    Shou fi

    14 h 59, le 25 juillet 2021

  • Monsieur Salame, pour votre propre repentance, étalez publiquement tout ce que vous savez y compris votre propre responsabilité. Vous pourrez ainsi soulager votre conscience et peut être gagner à nouveau un peu de respectabilité devant l’opinion publique et la population dont vous avez contribué à séquestrer l’épargne

    Liberté de Penser

    10 h 04, le 25 juillet 2021

  • Bonjour l'olj. Cela fait 3 fois que mes commentaires ne sont pas publiés. Suis je l'objet d'une censure ? Et si oui, pourquoi, mes commentaires ne contrevenant en rien à la charte. Cordialement.

    otayek rene

    09 h 37, le 25 juillet 2021

  • Il va s'enfuir, caché dans un étui pour violoncelle ?

    Florence TRAULLE

    00 h 13, le 25 juillet 2021

  • Dans n'importe quel autre pays au monde, un responsable soupçonné de tels agissements, même bénéficiant de la présomption d'innocence, aurait déjà démissionné. Pas au Liban. Only in Lebanon...

    otayek rene

    23 h 17, le 24 juillet 2021

  • L 'heure de la vérité a-t-elle vraiment sonné? A suivre .

    Antoine Sabbagha

    22 h 19, le 24 juillet 2021

  • Les montants évoqués ne semblent pas hallucinants par rapport aux revenus de Riad Salamé. Il doit bénéficier de la présomption d’innocence jusqu’à la fin de l’enquête et le jugement. Il devrait balancer toute la classe politique qui se gave depuis des années. Aura-t-il le courage?!

    Alexandre Husson

    20 h 17, le 24 juillet 2021

  • Avouez, dénoncez, vous n'avez plus rien à perdre : c'est votre dernière chance d'obtenir un peu de respect et surtout rendez l'argent au peuple qui se meurt!

    Politiquement incorrect(e)

    16 h 20, le 24 juillet 2021

  • Qu'est-ce que les occidentaux attendent pour GELER ces biens mal acquis et les remettre a qui de DROIT

    Derwiche Ghaleb

    13 h 09, le 24 juillet 2021

  • Et dire que dernièrement mon commentaire du 22/7/2021 un peu "salé" concernant ce personnage très honorable et honnête a été censuré...alors qu'il méritait une sacrée dose de piment fort en plus, selon ces dernières nouvelles !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    12 h 45, le 24 juillet 2021

  • Et ces montants, ce n est autre que les pots de vin pour la couverture des magouilles des très haut placées. Va y Salamé, maintenant qu ils t'ont lâché, va y déballe tout! Il y a encore une chance de devenir un héros

    Aboumatta

    11 h 55, le 24 juillet 2021

  • IL N,Y A QUE DES MAFIEUX DANS CE PAYS. ET DIRE QU,ILS ONT BLOQUE LES ECONOMIES DU PEUPLE ET NE LES LAISEENT EN RETIRER QU,AU COMPTE GOUTTE. COMME SALAME TOUS LES AUTRES. QUE LA JUSTICE INTERNATIONALE AIDE A RECUPERER LES MONTANTS VOLES ET QUE PERSONNE NE VIENNE AVEC DES PROJETS DE HAIRCUT DES DEPOTS DES GENS SINON IL EST COMPLICE ET MAFIEUX COMME TOUS LES AUTRES. RENDEZ AUX GENS CE QUI LEUR APPARTIENT, LEURS ECONOMIES D,UNE VIE POUR VIVRE HONNETEMENT LEURS DERNIERS JOURS.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 41, le 24 juillet 2021

  • RESPONSABILITES DIFFERENTES= ACCUSATIONS PR CRIMES DIFFERENTS QUANT AUX CHEFS D'ACCUSATIONS, LES LIEUX OU LES CRIMES AURAIENT ETE COMMIS, LA DIFFERENCIATION ENTRE CRIME REELS PASSIBLES DE POIURSUITES & CRIMES NON JUSTICIABLES OU LA MORALITE SERAIT MISE EN JEU/. BONNE CHANCE A TOUS DE DEMELER TT CA.

    Gaby SIOUFI

    10 h 51, le 24 juillet 2021

  • Ça n’est pas un scoop. La méthode que les fossoyeurs ont utilisé avec les politiciens et les hauts placés de ce pays est vieille comme Érode. On commet un crime et on fait participer tous les comparses moyennant argent facile pour les impliquer dans le crime et ainsi garantir leur silence. Ils l’ont appliqué à la lettre et tous les pourris de la haute hiérarchie ont plongé la tête la première appâter par l’argent facile et la richesse honteuse voilà tout. Si on cherche bien on trouvera que non seulement les banques, les ministres, députés et jugés sont i plaques mais aussi toutes les institutions qui constituent la colonne vertébrale de ce pays, à savoir, les médias, la culture et la santé. Ils sont partout ces pourris et seul un immense feu pour effacer à jamais leur trace nous permettrait de prétendre à l’édification d’un pays digne de ce nom.

    Sissi zayyat

    10 h 11, le 24 juillet 2021

  • Suis étonnée de voir comme les investigations en cours ont pu rapidement démêler l’écheveau du patrimoine de Riad Salamé. C’est une très bonne chose. Mais alors, pourquoi on ne sait toujours rien sur l’enrichissement des PR (présent et passé), des PM et de l’ensemble de la classe politique? Là-dessus, silence radio.

    Marionet

    09 h 56, le 24 juillet 2021

  • Il serait judicieux de le surveiller de près, parceque souvent ces individus ayant commis des opérations delictueuses ont, par facilité , tendance à "tirer leurs révérences" et n'ont pas le courage d'affronter la vindicte populaire ... C'est le premier d'une très longue liste à venir...

    C…

    07 h 55, le 24 juillet 2021

  • Tous les Libanais espèrent que Riad Salâme n’ayant plus rien à perdre étalera toutes les combines des banquiers et classe politique pour en finir avec tout ce monde ainsi que la levée du secret bancaire pour tout le monde afin que tout le monde sache qui a volé ou profite du système crée LA VÉRITÉ QUAND UN MAILLON D’UNE CHAÎNE SE CASSE TOUTE LA CHAÎNE SE CASSE à quand enfin ce jour? Mr SALAME si vous êtes grillé comme tout semble le montrer AGISSEZ IMMÉDIATEMENT ET OUVREZ DONC LES COMPTES COMPLETS À L’AUDIT DE LA BDL VOUS AUREZ AU MOINS UN PETIT MERCI DU PEUPLE QUI VOUS HAIIRA MOINS POUR AVOUR SI SOUVENT MENTI AU PEUPLE DURANT TOUTES CES ANNÉES

    LA VERITE

    04 h 11, le 24 juillet 2021

Retour en haut