Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Droits humains

Les Emirats nient les accusations de mauvais traitement d'un militant détenu

Les Emirats nient les accusations de mauvais traitement d'un militant détenu

L’opposant émirati Ahmed Mansour. Photo d’archives AFP

Les Emirats arabes unis ont rejeté jeudi les allégations relayées par des ONG internationales de mauvais traitement contre Ahmed Mansour, militant des droits humains détenu dans le pays pour avoir nui à l'image de l'Etat et critiqué les autorités. Devenu célèbre en défendant les droits humains aux Emirats et dans le monde arabe, Ahmed Mansour est également connu pour avoir lancé l'alerte sur le logiciel israélien Pegasus, actuellement au cœur d'un scandale mondial d'espionnage.

Mardi, Human Rights Watch (HRW) et le Centre du Golfe pour les droits humains ont dit craindre des "représailles" contre Ahmed Mansour après la publication d'une lettre qu'il a écrite de prison décrivant les "mauvais traitements" dont il serait victime.

"Le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a réfuté les allégations de Human Rights Watch concernant le bien-être du citoyen émirati Ahmed Mansour", a affirmé le ministère dans un communiqué cité par l'agence de presse officielle WAM. Selon les Emirats, "ces allégations sont catégoriquement fausses". Le militant, condamné à dix ans de prison en 2018 pour avoir nui à l'image de l'Etat et critiqué le pouvoir, est "en bonne santé" et reçoit les "soins médicaux nécessaires".

Dans sa lettre publiée par un site arabophone basé à Londres, Ahmed Mansour se dit "à l'isolement pour une durée indéterminée, privé des produits de première nécessité et de tout contact véritable avec les autres prisonniers ou le monde extérieur". 

"Les autorités émiraties n'ont pas ménagé leurs efforts pour faire taire Ahmed Mansour, y compris en l'isolant en détention pendant des années", a dit mardi Michael Page, directeur adjoint pour le Moyen-Orient de HRW, fustigeant un "mépris de l'Etat de droit et des droits des détenus" aux Emirats.

Le nom d'Ahmed Mansour est récemment réapparu dans la presse internationale avec l'affaire Pegasus. Un consortium de médias internationaux accuse plusieurs pays, dont les Emirats, d'avoir utilisé ce logiciel israélien pour espionner journalistes, opposants ou encore militants. En 2016, Ahmed Mansour avait lancé l'alerte sur Pegasus en collaborant avec l'ONG CitizenLab pour identifier un message suspect qu'il avait reçu. Déjà arrêté et condamné en 2011, Ahmed Mansour avait reçu en 2015 le prestigieux prix Martin Ennals pour les droits humains.


Les Emirats arabes unis ont rejeté jeudi les allégations relayées par des ONG internationales de mauvais traitement contre Ahmed Mansour, militant des droits humains détenu dans le pays pour avoir nui à l'image de l'Etat et critiqué les autorités. Devenu célèbre en défendant les droits humains aux Emirats et dans le monde arabe, Ahmed Mansour est également connu pour avoir lancé...