Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus

Le Liban enregistre 215 nouveaux cas et un décès

Une nouvelle cargaison de 129.600 doses du vaccin AstraZeneca réceptionnée au Liban. 


Le Liban enregistre 215 nouveaux cas et un décès

Un soignant préparant une injection de vaccin anti-Covid dans un centre de vaccination de Beyrouth. Photo d'archives / Joao Sousa

Alors que le Liban semble être touché par une nouvelle vague de la pandémie du coronavirus qui a fait exploser le nombre de contaminations quotidiennes, le pays a enregistré 215 nouveaux cas et un décès durant les dernières 24h. Selon le bilan du ministère de la Santé publié lundi, 36 des nouvelles contaminations proviennent de l'étranger. Ces chiffres portent à 551.157 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.886 décès et 535.485 guérisons. Pour ce qui est des cas toujours actifs, on dénombre 149 patients hospitalisés, dont 64 admis en soins intensifs. Le taux de positivité par rapport au nombre de tests effectués au cours des 14 derniers jours est, lui, de 3,6 %, un chiffre en augmentation constante.

Sur le plan de la vaccination, le ministère de la Santé a précisé dans son rapport que 24,1 % des personnes éligibles ont reçu depuis mi-février une première dose, et 15,6 % les deux nécessaires pour atteindre l'immunité la plus complète possible avec les produits Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm. Ces chiffres sont toujours considérés comme faibles, et les experts insistent sur l'importance de la vaccination, en plus du respect des mesures sanitaires, pour éviter un nouveau pic épidémique dû au variant Delta. Mais ces efforts seront vraisemblablement retardés, surtout après l'annonce jeudi de la suspension "temporaire" des vaccinations en "walk-in" (sans rendez-vous).

Nouvelle cargaison du vaccin AstraZeneca 
Alors que la campagne d'immunisation contre le coronavirus se poursuit, le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a annoncé lundi l'arrivée à Beyrouth d'une nouvelle cargaison de 129.600 doses du vaccin AstraZeneca, à travers la plateforme internationale Covax. Depuis février, le pays reçoit régulièrement des cargaisons de ce vaccin et de Pfizer/BioNTech. Toutefois, aucune information concernant de tels chargements n'avait plus été donnée depuis mai par les autorités.

Saluant la réception de cette nouvelle cargaison, M. Hassan a souligné que "de récentes études ont prouvé l'efficacité du vaccin d'AstraZeneca contre le nouveau variant Delta qui serait le moteur principal de la nouvelle vague de contamination au Liban". "Cette nouvelle cargaison de vaccins est arrivée au bon moment, alors que nous continuons de renforcer nos efforts pour vacciner le plus grand nombre possible de gens afin de les immuniser et, par conséquent, contribuer à réduire le nombre de contaminations et à contrôler la pandémie", a expliqué le ministre sortant.

Pour rendre plus efficace la campagne de vaccination, le ministère de la Santé a dans ce cadre mis en place samedi des formulaires pour que les Libanais ou résidents au Liban puissent effectuer des demandes en cas de besoins spéciaux en matière de vaccination : recevoir le vaccin en dehors des tranches d'âges auxquelles il est proposé, recevoir une seconde dose au Liban après avoir été vacciné une première fois à l'extérieur du pays, rapprocher les deux doses d'injection en cas de nécessité médicale ou encore de départ à l'étranger, pour y travailler ou pour y faire des études à l'université.

Les hôpitaux gouvernementaux "menacés"

Avec la propagation rapide du variant Delta au Liban et l'arrivée d'une nouvelle vague de contaminations dans le pays, les professionnels de santé craignent un nouveau pic épidémique alors que le secteur hospitalier est en pleine crise. Dans ce contexte, le président du comité national en charge de la campagne de vaccination, le Dr Abdel Rahman Bizri, a mis en garde lundi contre "la situation catastrophique dans laquelle pourraient se retrouver les hôpitaux gouvernementaux en raison de la pénurie de matériel médical et de diagnostic et de la hausse de leur prix". "Les hôpitaux gouvernementaux qui ont joué un rôle important dans la lutte contre la pandémie de Covid-19 et qui jouent un rôle essentiel aujourd'hui dans la vaccination contre cette pandémie dangereuse sont aujourd'hui menacés de fermeture, d'arrêt ou d'une réduction de leurs services, ce qui aura un impact négatif sur une grande majorité des gens", a-t-il averti. Le médecin a enfin rappelé que beaucoup de personnes optent pour les hôpitaux gouvernementaux "en raison de la détérioration dangereuse de leur pouvoir d'achat et de la détérioration de la situation financière".

Avec l'arrivée de voyageurs et de Libanais de la diaspora au Liban, les autorités tentent par ailleurs de renforcer les mesures sanitaires de prévention. La compagnie aérienne Middle East Airlines (MEA) avait dans ce cadre annoncé jeudi que les passagers embarquant au Royaume-Uni, au Brésil, aux Émirats arabes unis, en Inde, au Malawi, en Éthiopie, en Zambie, au Liberia, au Kenya, en Gambie et en Sierra Leone doivent être munis d’une réservation dans un des hôtels accrédités au Liban, à leurs propres frais, pour une durée de quatre jours (trois nuits). Les passagers qui ne disposent pas d’une réservation hôtelière ne pourront pas prendre l’avion.


Alors que le Liban semble être touché par une nouvelle vague de la pandémie du coronavirus qui a fait exploser le nombre de contaminations quotidiennes, le pays a enregistré 215 nouveaux cas et un décès durant les dernières 24h. Selon le bilan du ministère de la Santé publié lundi, 36 des nouvelles contaminations proviennent de l'étranger. Ces chiffres portent à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut