Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

En une semaine, les contaminations au coronavirus ont presque doublé

La tendance inquiète d’autant plus les spécialistes que la situation des hôpitaux s’est nettement dégradée avec la crise financière et économique.

En une semaine, les contaminations au coronavirus ont presque doublé

Depuis une dizaine de jours, les cas de contamination au coronavirus détectés au quotidien augmentent sensiblement. Marc Fayad/Photo d’archives

La période de répit de la pandémie aura finalement fait long feu. Depuis une dizaine de jours, les contaminations au coronavirus vont crescendo, passant de moins de 200 cas à près de 500 au quotidien. Hier, le Liban a ainsi signalé 455 nouveaux cas de l’épidémie dont 37 en provenance de l’étranger, ainsi qu’un décès. Ce qui porte à 549 427 le nombre des contaminations avérées depuis le début de la pandémie en février 2020, au nombre desquelles 7 882 décès. Parmi les cas toujours actifs, 130 patients sont hospitalisés dont 62 en soins intensifs.

La situation inquiète les professionnels de santé, d’autant qu’une hausse significative des cas est observée dans les différentes régions, « ce qui signifie qu’il ne s’agit pas de foyers, mais que nous entrons dans une nouvelle vague de la pandémie », explique à L’Orient-Le Jour Firas Abiad, directeur de l’hôpital gouvernemental universitaire Rafic Hariri. Sur son compte Twitter, il avait publié un tableau de l’évolution de l’épidémie avec pour seul commentaire « un tableau de données vaut mille mots ».

Pour mémoire

Les spécialistes mettent en garde contre un regain des cas au Liban

Selon ce tableau, le taux de contamination au coronavirus au Liban a presque doublé (98 %) en une semaine (du 6 au 13 juillet). Ce sont dans les cazas de Baalbeck-Hermel et du Akkar que les taux les plus élevés sont affichés avec respectivement une augmentation de 211 % et de 200 % des cas, suivis de la Békaa (117 %), de Beyrouth (110 %), du Liban-Sud (109 %), du Mont-Liban (98 %), de Nabatiyé (53 %) et du Liban-Nord (26 %).

Faible taux de vaccination

Si les hospitalisations et les décès dus à la maladie ne prennent pas encore une dimension alarmante, c’est « parce qu’il faut compter entre deux et trois semaines pour que le nombre des personnes admises à l’hôpital commence à s’élever et en moyenne quatre semaines pour la mortalité liée au Covid-19 », souligne le Dr Abiad. « On pensait que dans les sociétés qui connaissent un taux élevé de vaccination, on allait observer une hausse des cas de contamination sans que celle-ci n’ait une importante incidence sur les hospitalisations, poursuit-il. Or, dans des pays comme la Grande-Bretagne et Israël où plus de 60 % de la population a déjà reçu les deux doses du vaccin, les hospitalisations augmentent également. Le Liban figure au nombre des pays au taux faible de vaccination. »

Lire aussi

La liste des hôtels accrédités au Liban pour la quarantaine des touristes

De fait, selon le bilan quotidien du ministère de la Santé, 23,6 % de la population éligible à la vaccination ont reçu une dose du vaccin, et seuls 13,8 % sont entièrement vaccinés.

« Nous sommes inquiets parce que la situation des hôpitaux s’est nettement dégradée depuis février, déplore le Dr Abiad. Même si nous n’allons pas atteindre les mêmes chiffres que ceux observés alors, la situation n’est pas rassurante. De plus, de nombreux hôpitaux ont fermé leurs unités Covid-19. »

Pour le spécialiste, l’individu porte une part de responsabilité, et pour les touristes ou les Libanais de l’étranger qui viennent passer des vacances dans leur pays d’origine, « la vigilance reste de mise ». Il fait remarquer que dans l’avion, une personne porteuse du virus peut avoir contaminé au moins cinq autres passagers, surtout si elle ne prend pas les précautions nécessaires. Ainsi, un PCR négatif à l’arrivée à l’aéroport peut s’avérer positif quatre à cinq jours plus tard. « Or ces gens ne viennent pas au Liban pour rester enfermés, constate le Dr Abiad. Entre les rencontres familiales et les sorties, ils pourront contaminer plusieurs autres personnes avant d’être diagnostiqués. D’où l’importance de rester vigilants. »

Suspension provisoire du « walk-in »

Alors que la vaccination devrait s’accélérer, le ministère de la Santé a annoncé hier que la vaccination en « walk-in », c’est-à-dire sans prise d’un rendez-vous préalable, est provisoirement suspendue pour des raisons « logistiques ». Dans un communiqué, il a expliqué que cela permettra aux centres de vaccination d’accueillir « le plus grand nombre de personnes déjà inscrites » sur la plateforme, alors que « le nombre de personnes désirant recevoir le vaccin augmente ». Le ministère a précisé en outre que le « walk-in » devrait reprendre après la fête de l’Adha et qu’une annonce sera faite dans ce sens.


La période de répit de la pandémie aura finalement fait long feu. Depuis une dizaine de jours, les contaminations au coronavirus vont crescendo, passant de moins de 200 cas à près de 500 au quotidien. Hier, le Liban a ainsi signalé 455 nouveaux cas de l’épidémie dont 37 en provenance de l’étranger, ainsi qu’un décès. Ce qui porte à 549 427 le nombre des contaminations...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut