Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Festival de Cannes

Le retour d’une porn-star ouvre une fenêtre sur l’Amérique d’en bas

La porn-star déchue est de retour en ville : le cinéaste Sean Baker, qui s’est fait connaître avec ses castings d’amateurs, a ouvert une nouvelle fenêtre sur l’Amérique des marges avec Red Rocket, projeté en compétition à Cannes.

Le film, en lice pour la Palme d’or, raconte sur un ton enlevé et sans pathos l’histoire de Mikey Saber, vedette de films X ruinée qui revient dans sa petite ville natale du Texas. Vraiment pas le bienvenu, il parvient cependant à se faire accepter chez sa belle-mère, où il retrouve la femme qu’il a abandonnée, en promettant de se ranger. Mais trouver un job dans l’Amérique profonde quand vous apparaissez au générique de dizaines de productions porno n’est pas aisé. Au magasin de donuts, Mikey va tomber sur Fraise, une jeune fille rousse vendeuse de donuts et pas encore majeure sur laquelle ce loser à l’ego surdimensionné va jeter son dévolu, tentant de la convaincre de se lancer à son tour dans le X. Le film, tourné en coup de vent et presque en secret au Texas durant la pandémie, donne une nouvelle fois à voir l’Amérique d’en bas, sur fond de téléviseurs retransmettant des meetings de Trump et de petits boulots pour survivre. Un univers que Sean Baker, figure à part du cinéma indépendant américain, est habitué à filmer.

La « recette » Sean Baker repose aussi sur ses castings, à la marge du star-system, sur Instagram, voire au supermarché. Pour la porn-star de Red Rocket, il a recruté un acteur que rien ne prédestinait à finir sur les marches de Cannes, Simon Rex (46 ans), surtout apparu dans la franchise de films d’horreur Scary Movie. Il lui a passé un appel trois jours seulement avant le tournage et lui a fait passer une audition en cinq minutes au téléphone. À l’écran, Simon Rex est bluffant dans ce rôle de manipulateur au visage d’ange, qui ne semble jamais se rendre compte du champ de ruines qu’il laisse sur son passage. Sean Baker filme « les déplorables, ceux que la société n’aime pas, éclaire des sujets sombres et rend ces gens désirables et réels », a souligné l’acteur.

D’autre part, le jury de la Semaine de la critique, l’une des sections parallèles du Festival de Cannes, a décerné son grand prix à un premier film égyptien, Feathers, de Omar el-Zohairi. Dans le film, une femme « dévouée corps et âme à son mari et à ses enfants » doit tout à coup assumer « le rôle de chef de la famille », après qu’un magicien eut transformé accidentellement son mari en poule, lors de l’anniversaire de leur fils de quatre ans. « Luttant pour sa survie et celle de ses enfants, elle devient peu à peu une femme indépendante et forte », selon le synopsis du film. Omar el-Zohairi (32 ans) est diplômé de l’Institut du cinéma du Caire et a été l’assistant de plusieurs cinéastes égyptiens. Il a déjà réalisé plusieurs courts-métrages, Feathers étant son premier long-métrage. Le jury de la Semaine de la critique était présidé par le cinéaste roumain Cristian Mungiu.

Source : AFP


La porn-star déchue est de retour en ville : le cinéaste Sean Baker, qui s’est fait connaître avec ses castings d’amateurs, a ouvert une nouvelle fenêtre sur l’Amérique des marges avec Red Rocket, projeté en compétition à Cannes.Le film, en lice pour la Palme d’or, raconte sur un ton enlevé et sans pathos l’histoire de Mikey Saber, vedette de films X ruinée qui revient...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut