Rechercher
Rechercher

Société - Coronavirus au Liban

Le taux des cas quotidiens a augmenté de 98% en une semaine

Le pays a enregistré 455 nouveaux cas et un décès durant les dernières 24h.

Le taux des cas quotidiens a augmenté de 98% en une semaine

Préparation d'une dose de vaccin contre le coronavirus. Photo d'illustration Joao Sousa

Le Liban a enregistré 455 nouveaux cas de coronavirus et un décès durant les dernières 24h, des chiffres qui confirment une tendance inquiétante depuis quelques jours. Le taux des cas quotidiens a en effet augmenté de 98% en une semaine, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés jeudi par le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad.

Selon le bilan du ministère de la Santé publié en fin de journée, 37 des nouvelles contaminations proviennent de l'étranger. Ces chiffres portent à 549.427 le nombre de cas cumulés depuis février 2020, date de l'apparition de la pandémie dans le pays. Parmi ces cas, on dénombre un total de 7.882 décès et 534.937 guérisons. Pour ce qui est des cas toujours actifs, 130 patients sont hospitalisés, dont 62 sont admis aux soins intensifs. Le taux de positivité par rapport au nombre de tests de dépistage effectués ces quatorze derniers jours est, lui, de 3 %, un chiffre qui continue d'augmenter.

Sur le plan de la vaccination, le ministère de la Santé a précisé dans son rapport que 23.6 % des personnes éligibles ont reçu depuis mi-février une première dose, et 13.8 % les deux nécessaires pour atteindre l'immunité la plus complète possible avec les produits Pfizer, AstraZeneca, Spoutnik-V ou Sinopharm. Ces chiffres sont toujours considérés comme bas, et les experts insistent sur l'importance de la vaccination, en plus du respect des mesures sanitaires, pour éviter un nouveau pic épidémique dû au variant Delta. 

Vaccination en "walk-in" suspendue
La propagation rapide de cette nouvelle mutation du coronavirus originaire d'Inde inquiète en effet les experts, dans un Liban qui poursuit son effondrement socio-économique et financier, et dont le système hospitalier souffre de l'exil de nombreux professionnels de santé et de pénuries de carburant et d'équipements médicaux.

Signe de ces difficultés, le ministère de la Santé a annoncé jeudi que la vaccination en "walk-in (sans rendez-vous) était désormais temporairement suspendue pour des raisons "logistiques". "En raison de l'augmentation du nombre des personnes qui veulent se faire vacciner, et des nombreux rendez-vous pris dans tous les centres de vaccination, la vaccination en walk-in a été suspendue provisoirement afin que les centres puissent accueillir le plus grand nombre de personnes déjà enregistrées" sur la plateforme numérique conçue à cet effet, a expliqué le ministère dans un communiqué. Il a également précisé que "cette procédure temporaire est due à des raisons logistiques", notant qu'il informera bientôt le public de la reprise de la vaccination en walk-in.

98% d'augmentation de nouveaux cas depuis une semaine
Dans ce contexte de crise, le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas Abiad, a déploré jeudi la hausse du nombre de contaminations quotidiennes dans le pays au cours des sept derniers jours. Selon les chiffres du ministère de la Santé publiés par le Dr Abiad sur Twitter, le taux des cas quotidiens a augmenté de 98% en une semaine. Ce tableau "vaut mille mots", s'est-il contenté de commenter. 


Le ministre sortant de la Santé Hamad Hassan a également prévenu jeudi que "l'augmentation continue des contaminations accélérera l'arrivée d'une nouvelle vague de la pandémie". Il a dans ce cadre appelé au respect de la sécurité sanitaire à laquelle ont abouti les mesures prises par les autorités et qui ont permis au Liban d'être classé en juin dernier parmi les pays et territoires dont les voyageurs, même non vaccinés contre le Covid-19, peuvent être admis dans l'UE. M. Hassan a ainsi insisté sur "le respect des mesures de prévention, notamment avec l'arrivée quotidienne de milliers de personnes en provenance de l'étranger". "S'il faut accueillir autant d'étrangers pour faire face à la crise financière, il ne faut pas pour autant agir avec insouciance pour ne pas torpiller tout ce qui a été réalisé", a-t-il enfin plaidé.

Pour le Dr Abdel Rahman el-Bizri, président de la commission nationale de vaccination contre le Covid-19, le Liban fait face à "une nouvelle vague de contaminations depuis des semaines due au variant Delta". "Il n'est pas étrange que la majorité des contaminations soient dues à ce variant", a-t-il estimé. Le médecin a par ailleurs souligné que "le variant Alpha (variant anglais) se trouve également au Liban" lors d'un entretien radio avec la Voix du Liban. "L'augmentation des contaminations est due en premier lieu à l'ouverture du pays en été, aux mesures tardives prises à l'aéroport international de Beyrouth pour faire face à la pandémie, et en troisième lieu au nouveau variant qui se propage rapidement", a-t-il enfin expliqué.

Alors qu'à l'aéroport international de Beyrouth les mesures de contrôle ont été renforcées pour tenter de freiner une reprise éventuelle de la pandémie due au variant Delta, la Sûreté générale libanaise avait annoncé mardi de nouvelles mesures concernant l'ouverture de la frontière terrestre avec la Syrie. Les aller-retours transfrontaliers seront autorisés à différents jours de la semaine en fonction du type de voyage et les personnes souhaitant entrer au Liban devront, non seulement, présenter le résultat positif d'un test PCR datant de moins de 96 heures, mais également repasser un test de dépistage au poste-frontière.


Le Liban a enregistré 455 nouveaux cas de coronavirus et un décès durant les dernières 24h, des chiffres qui confirment une tendance inquiétante depuis quelques jours. Le taux des cas quotidiens a en effet augmenté de 98% en une semaine, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés jeudi par le directeur de l'hôpital gouvernemental Rafic Hariri de Beyrouth, Firas...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut