Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Syrie

Ankara appelle à garder ouvert un accès humanitaire menacé



Ankara appelle à garder ouvert un accès humanitaire menacé

Le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu (à droite) et son homologue russe Sergueï Lavrov à Antalya (sud de la Turquie) le 30 juin 2021. / AFP / RUSSIAN FOREIGN MINISTRY / Handout

La Turquie a appelé mercredi à garder ouvert un accès transfrontalier qui permet d'acheminer de l'aide à des millions de personnes dans le nord de la Syrie et risque d'être prochainement fermé, Moscou s'opposant à la prolongation d'une autorisation des Nations unies.

Cette autorisation transfrontalière permet d'acheminer de la Turquie voisine de l'aide humanitaire aux Syriens sans l'aval de Damas, via le point d'entrée de Bab al-Hawa (nord-ouest) qui dessert la région rebelle d'Idleb où vivent environ trois millions de personnes. Cette permission expirera le 10 juillet faute d'accord de l'ONU pour la maintenir un an de plus et la Russie - qui a déjà réussi à réduire l'accès transfrontalier à ce seul point d'entrée - n'a pas exclu d'utiliser son veto pour empêcher sa prolongation.

"Il faut que le Conseil de sécurité des Nations unies prolonge le mandat concernant cet accès frontalier", a déclaré mercredi le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu au cours d'une conférence de presse avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Antalya (sud de la Turquie).

M. Cavusoglu a déclaré que la Turquie discutait avec la Russie et d'autres pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU en vue de "vaincre les réticences" de Moscou. "Il s'agit d'une question humanitaire, pas politique", a plaidé le ministre turc.

De nombreux pays redoutent une catastrophe humanitaire si ce couloir humanitaire venait à fermer.

La Turquie, qui accueille déjà près de quatre millions de Syriens déplacés par la guerre faisant rage dans leur pays depuis 2011, craint en particulier un nouvel afflux de réfugiés à sa frontière.

Mais la Russie, qui soutient le régime de Bachar al-Assad en Syrie, est jusqu'à présent restée inflexible dans son souhait de voir la fin de l'autorisation onusienne.

Moscou souhaite en effet le retour à une pleine souveraineté syrienne et considère que l'aide internationale à partir de Damas peut remplacer l'aide transfrontalière.

Si la Russie appuie militairement le régime de Bachar al-Assad, la Turquie soutient des groupes rebelles qui le combattent. En dépit de ces divergences, Ankara et Moscou ont renforcé leur coopération sur la Syrie depuis 2016.


La Turquie a appelé mercredi à garder ouvert un accès transfrontalier qui permet d'acheminer de l'aide à des millions de personnes dans le nord de la Syrie et risque d'être prochainement fermé, Moscou s'opposant à la prolongation d'une autorisation des Nations unies.Cette autorisation transfrontalière permet d'acheminer de la Turquie voisine de l'aide humanitaire aux Syriens sans l'aval...