Rechercher
Rechercher

Économie - CRISE DU CARBURANT

Craignant pour leur sécurité, certaines stations-service ne veulent pas être livrées

Le représentant des distributeurs de carburant, Fadi Abou Chacra, a déclaré hier à l’Agence nationale d’information que « plus de 140 propriétaires de stations-service avaient refusé d’être livrés en carburant », après avoir été « confrontés à des conflits, des chantages et des violences » de la part de clients venus faire le plein. Il a appelé les services de sécurité à protéger les acteurs de la profession et demandé aux autorités de trouver une solution pour faire face à la pénurie de carburant que connaît le Liban.

Les Libanais sont contraints depuis plusieurs semaines à faire la queue pendant des heures parfois, devant les stations-service ouvertes, une importante partie d’entre elles, toutes enseignes confondues, étant fermées faute d’essence à vendre. Ces problèmes d’approvisionnement, que les distributeurs mettent sur le compte des retards de la Banque du Liban (BDL) à effectuer les règlements destinés aux fournisseurs du pays, ont provoqué des tensions, voire des violences de la part d’automobilistes excédés.

Les autorités prévoient de lever le mécanisme de subvention qui est financé via les réserves de devises de la BDL, qui ne sont presque plus composées que des réserves obligatoires de banques (un peu plus de 15 milliards de dollars selon les estimations communiquées par plusieurs membres du gouvernement ces derniers mois). De son côté, le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, Raymond Ghajar, a assuré au début du mois que les importations d’essence, de diesel et de gaz avaient augmenté de « près de 10 % depuis le début de l’année », tandis que plusieurs voix – dont certaines sources à la BDL – dénoncent régulièrement le fait qu’une partie du carburant finit par alimenter la contrebande en Syrie.



Le représentant des distributeurs de carburant, Fadi Abou Chacra, a déclaré hier à l’Agence nationale d’information que « plus de 140 propriétaires de stations-service avaient refusé d’être livrés en carburant », après avoir été « confrontés à des conflits, des chantages et des violences » de la part de clients venus faire le plein. Il a appelé les...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut