Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Euro

La France se fait peur en Hongrie, l'Allemagne corrige le Portugal

La France se fait peur en Hongrie, l'Allemagne corrige le Portugal

Le latéral hongrois Attila Fiola célébrant le but qu'il a marqué contre la France, le 19 juin 2021. Photo AFP / POOL / TIBOR ILLYES

F comme féroce: la poule F, surnommée "groupe de la mort" de l'Euro, est loin d'avoir livré son verdict après une deuxième journée spectaculaire samedi avec le nul (1-1) difficilement arraché par la France face à la modeste Hongrie et la déroute du Portugal devant l'Allemagne (4-2).

Les champions du monde français sont tombés de haut et dans un piège à Budapest. La Hongrie, 37e au classement Fifa, a tenu en échec Kylian Mbappé et ses coéquipiers qui ont reconnu avoir été perturbés par le bruit assourdissant de la Puskas Arena, seul stade sans jauge sanitaire du tournoi. Il fallait voir les Hongrois s'enlacer sur la pelouse à la fin de la rencontre, conscients d'avoir accompli un petit exploit à domicile.

Dans la touffeur de Budapest et la ferveur des 55.998 personnes massées dans les gradins, dont 5.700 Français, les Bleus ont souffert pendant plus d'une heure, peinant à développer leur jeu et à conclure leurs actions, à l'image d'Antoine Griezmann (14e), Mbappé (17e, 33e) ou Karim Benzema (31e).

"Plus beau jour"

Et pour ne rien arranger, la Hongrie a surpris son adversaire juste avant la pause sur une chevauchée conclue de près par le latéral Attila Fiola (45e+2), qui est allé hurler son bonheur en bord de terrain, renversant la table d'une journaliste interloquée. "C'est l'un des plus beaux jours de ma vie, peut-être le plus beau", a admis l'auteur de ce but retentissant. De quoi faire chavirer les supporters hongrois, qui avaient rejoint le stade en cortège depuis la place des Héros et n'ont pas hésité à siffler copieusement le sélectionneur français Didier Deschamps à son entrée sur la pelouse avant la rencontre.

Mais la France n'a pas désarmé et Griezmann, reprenant un centre de Mbappé mal repoussé par la défense, a égalisé pour éviter le pire et maintenir le destin des Bleus entre leurs pieds en vertu de leur victoire inaugurale contre l'Allemagne (1-0). "Même face à la Hongrie c'est dur (...) Il va falloir continuer à apprendre, à vouloir travailler, et améliorer deux-trois trucs demain", a analysé "Grizou".

Reste que le trident offensif Griezmann-Benzema-Mbappé, redouté par toute l'Europe, n'a pas encore donné sa pleine mesure... Et qu'il faudra faire mieux, beaucoup mieux, mercredi à Budapest contre le Portugal, pour la revanche de la finale de l'Euro-2016 remportée par l'équipe lusitanienne (1-0 a.p.).

Ronaldo à deux buts de Daei

D'autant que Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers auront beaucoup à se faire pardonner. A Munich, les champions d'Europe en titre ont pris une leçon face à l'Allemagne, battue 1 à 0 par la France pour son premier match du tournoi. Ronaldo avait pourtant ouvert la marque dès la 15e minute avec son troisième but du tournoi, le 107e en sélection, à deux longueurs du "record du monde", les 109 buts de l'Iranien Ali Daei.

Mais l'électrique jeune garde allemande a fait des misère à l'arrière-garde portugaise qui, prise de vitesse, a inscrit deux buts contre son camp (35 et 39e), avant que Kaï Havertz (51e) et Robin Gosens (60e) n'alourdissent l'addition.

Diogo Jota a redonné espoir au Portugal (67e), mais après cette défaite du Portugal qui avait surclassé la Hongrie (3-0) en fin de son premier match, il faudra attendre la 3e et dernière journée de ce groupe F mercredi pour connaître les qualifiés pour les 8e de finale.

Et tous les scénarios sont encore possibles, avec la France en tête (4 pts), devant l'Allemagne et le Portugal (3 pts), tandis que la Hongrie ferme la marche avec un point. Quant à l'Espagne, opposée à la Pologne en soirée à Séville (21h00), elle doit enfin marquer après sa domination stérile contre la Suède (0-0) si elle veut se rapprocher des huitièmes. Mais gare au buteur polonais Robert Lewandowski, meilleur joueur Fifa de 2020...


F comme féroce: la poule F, surnommée "groupe de la mort" de l'Euro, est loin d'avoir livré son verdict après une deuxième journée spectaculaire samedi avec le nul (1-1) difficilement arraché par la France face à la modeste Hongrie et la déroute du Portugal devant l'Allemagne (4-2).Les champions du monde français sont tombés de haut et dans un piège à Budapest. La Hongrie, 37e au...