Rechercher
Rechercher

Politique - Communautés

Le synode de l’Église maronite rattrapé par les crises sociale et politique

Mgr Béchara Raï a dénoncé, comme dans ses homélies dominicales, « la négligence des responsables qui bloquent le pouvoir exécutif ».

Le synode de l’Église maronite rattrapé par les crises sociale et politique

Le patriarche maronite Béchara Raï à l’ouverture du synode. Photo Bkerké

L’Église maronite tient depuis hier son synode annuel (14-19 juin 2021) en présence d’une quarantaine d’évêques du Liban, du monde arabe et de la diaspora. Les réunions se prolongeront toute la semaine durant et seront clôturées samedi par la publication d’un communiqué final. À l’ordre du jour des travaux figurent les questions d’ordre interne : liturgie, séminaires et formation des prêtres, situations des diocèses d’outre-mer, ainsi que la grave question sociale lancée comme un défi à l’Église maronite, en raison de la crise économique et financière, et enfin la question dite « nationale » : la campagne du patriarche maronite en faveur de la proclamation de la neutralité positive du Liban et la tenue d’une conférence internationale parrainée par l’ONU consacrée au Liban.

Dans un mot d’introduction prononcé à l’ouverture des travaux, le patriarche Béchara Raï a souligné que les journées de retraite qui ont précédé les travaux du synode ont « renforcé nos convictions que l’Église maronite est celle de l’espérance et que c’est dans cette vertu qu’elle chemine avec son peuple », avec un accent mis sur « la solidarité (…) qui protège le peuple de la désagrégation, de l’errance et de l’égarement ».

Compte tenu des dangers ainsi évoqués par le patriarche, il faut donc s’attendre à ce que les travaux du synode se concentrent plus sur la situation de l’Église maronite au Liban que sur les diocèses de la diaspora. Rebondissant sur le mot « espérance », le patriarche a fait le lien, dans son mot d’introduction, avec le titre de l’Exhortation apostolique Une espérance nouvelle pour le Liban, publiée le 17 mai 1997, à l’issue du synode de 1995 tenu à Rome sous la présidence du pape Jean-Paul II.

Lire aussi

« Église maronite, où vas-tu ? » l’interrogation existentielle au cœur du synode annuel à Bkerké


C’est à un retour à l’esprit de cette exhortation, sinon à son texte, que les Églises du Liban sont invitées, croit savoir un observateur averti. Véritable leçon de vivre-ensemble, cette exhortation précisait à l’époque : « Ayant vécu côte à côte pendant de longs siècles tantôt dans la paix et la collaboration, tantôt dans l’affrontement et les conflits, les chrétiens et les musulmans au Liban doivent trouver dans le dialogue respectueux des sensibilités des personnes et des différentes communautés la voie indispensable à la convivialité et à l’édification de la société. » Et d’ajouter : « Les Libanais ne doivent pas oublier cette longue expérience de relations, qu’ils sont appelés à reprendre inlassablement pour le bien des personnes et de la nation tout entière. Pour des hommes de bonne volonté, il est impensable que des membres d’une même communauté humaine, vivant sur la même terre, en viennent à se méfier les uns des autres, à s’opposer et à s’exclure au nom de leurs religions respectives. »

Rappelons que le synode sur le Liban s’était tenu en présence de représentants des Églises catholiques orientales, mais aussi en présence « d’observateurs fraternels » venus du monde orthodoxe et de représentants des trois communautés libanaises sunnite, chiite et druze.

Insécurité alimentaire

Par ailleurs, le patriarche n’a pas manqué de dénoncer hier dans son mot d’introduction ce pour quoi il ne trouve plus, dans ses homélies, des mots assez forts, comme « la négligence des responsables qui bloquent le pouvoir exécutif et celui des capacités économiques et financières de l’État », ou encore le fait que « la moitié du peuple libanais est dans l’insécurité alimentaire », ou enfin la généralisation d’un chaos qui se propage progressivement à l’administration, aux frontières, au port et à l’aéroport, ainsi que l’aggravation du mouvement d’émigration, en particulier parmi les jeunes.

Nul besoin, à cet égard, de rappeler que la livre libanaise a déjà perdu 90 % de sa valeur, que des denrées alimentaires et des équipements médicaux sont accaparés par les importateurs, que des soins de santé vitaux, comme les dialyses, sont menacés d’interruption, que le lait pour nourrisson a disparu des pharmacies, que les demandes d’aides alimentaires en riz ou en sucre se multiplient de la part de fonctionnaires dont le salaire ne dépasse plus, en valeur, 30 dollars, ou de salariés qui se sont retrouvés sans emploi du jour au lendemain, qu’il faut attendre des heures pour faire le plein d’essence, pendant que les responsables politiques pèsent, des semaines durant, le pour et le contre de chaque nomination ministérielle.

Le synode devrait également aborder, par le biais de « la question nationale », la réunion œcuménique qui doit se tenir à Rome, le 1er juillet, à l’appel du pape François, et à laquelle sont conviés tous les chefs religieux des Églises catholiques, orthodoxes et protestantes présentes au Liban.


L’Église maronite tient depuis hier son synode annuel (14-19 juin 2021) en présence d’une quarantaine d’évêques du Liban, du monde arabe et de la diaspora. Les réunions se prolongeront toute la semaine durant et seront clôturées samedi par la publication d’un communiqué final. À l’ordre du jour des travaux figurent les questions d’ordre interne : liturgie, séminaires...

commentaires (1)

VOUS N,OSEZ TOUJOURS PAS LES NOMMER. PREPAREZ-VOUS A UN NOUVEAU TAEF CAR LA VONT ALLER LES CHOSES. POINT DE GOUVERNEMENT. POINT DE LEGISLATIVES. ET VOS DEUX BELIERS DERONT PERDRE AUX CHRETIENS LA PARITE 50/50 ET DANS LA NOUVELLE DU UN TIERS, SI IL Y AURAIT UN TIERS, LA QUOTE PART MARONITE SERA DE L,ORDRE DE 12 PCT CAR LES AUTRES COMMUNAUTES CHRETIENNES RECLAMERONT LEURS PARTS. ET VOUS NTERGIVERSEZ ET VOUS N,OSEZ PAS LES ACCUSER EN LES NOMMANTS CAR ILS SONT MARONITES. HARIRI VOUS L,AVEZ NOMME POURTANT.

L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

12 h 49, le 15 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • VOUS N,OSEZ TOUJOURS PAS LES NOMMER. PREPAREZ-VOUS A UN NOUVEAU TAEF CAR LA VONT ALLER LES CHOSES. POINT DE GOUVERNEMENT. POINT DE LEGISLATIVES. ET VOS DEUX BELIERS DERONT PERDRE AUX CHRETIENS LA PARITE 50/50 ET DANS LA NOUVELLE DU UN TIERS, SI IL Y AURAIT UN TIERS, LA QUOTE PART MARONITE SERA DE L,ORDRE DE 12 PCT CAR LES AUTRES COMMUNAUTES CHRETIENNES RECLAMERONT LEURS PARTS. ET VOUS NTERGIVERSEZ ET VOUS N,OSEZ PAS LES ACCUSER EN LES NOMMANTS CAR ILS SONT MARONITES. HARIRI VOUS L,AVEZ NOMME POURTANT.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    12 h 49, le 15 juin 2021

Retour en haut