Rechercher
Rechercher

Politique - Crise au Liban

Raï dénonce une "politique de la population brûlée"

"Monsieur le président, je vous implore de descendre dans la rue pour voir l'humiliation subie par la population", plaide le métropolite Audi en s'adressant au chef de l'Etat.

Raï dénonce une

Le patriarche maronite Béchara Raï célébrant la messe du dimanche à Bkerké. Photo ANI

Le patriarche maronite Béchara Raï a une nouvelle fois critiqué sévèrement la classe dirigeante dans un Liban en profonde crise, accusant les responsables de mener une "politique de la population brûlée", alors que le pays est sans gouvernement depuis plus de dix mois et poursuit sa descente aux enfers.

"Aux responsables qui bloquent la formation du gouvernement et le redressement de l'État, nous disons : Nous avons connu la politique de la terre brûlée, mais aujourd'hui, nous sommes témoins de la politique de la population brûlée", a dénoncé le chef de l'Église maronite, au cours de son homélie dominicale à Bkerké.

Le nouveau cabinet est attendu depuis dix mois. Le gouvernement de Hassane Diab avait démissionné le 10 août dernier, suite à la double explosion au port de Beyrouth. Après un premier essai infructueux de formation d'un cabinet "d'experts indépendants" par l'ambassadeur du Liban en Allemagne, Moustapha Adib, et la récusation de ce dernier, Saad Hariri avait été désigné en octobre pour reprendre le flambeau. L'impasse des tractations semble toutefois totale malgré les efforts menés ces dernières semaines par le président de la Chambre Nabih Berry, qui avait proposé une initiative basée sur un cabinet de 24 ministres (huit pour chaque grand pôle politique du pays) dans lequel aucune partie ne pourrait obtenir le tiers de blocage. Ce tiers de blocage et la nomination de deux ministres chrétiens flottants sont au cœur des tensions entre les protagonistes.

Lire aussi

L’idée d’un « gouvernement d’élections » commence à faire son chemin

La formation d'un nouveau cabinet est pourtant cruciale pour mener des réformes qui permettraient de débloquer des aides internationales, le pays s'enfonçant dans une crise socio-économique et financière aiguë, décrite par la Banque mondiale comme l'une des trois pires crises mondiales depuis la moitié du 19e siècle.

"Le monde entier nous attend pour tendre sa main et nous aider, alors que vous, vous êtes empêtrés dans un jeu démoniaque (...) et une mauvaise gouvernance", a estimé Mgr Raï. "Ce pays n'est pas une propriété privée pour que vous vous permettiez de le mettre en banqueroute et le détruire", a-t-il prévenu. "Je me demande si vous n'avez pas été désigné pour détruire ce pays", a même lancé le patriarche. Il a ensuite appelé l'État à "se mobiliser pour demander aux pays frères et amis d'aider le Liban le plus tôt possible, car le peuple ne peut plus supporter davantage d'humiliation". Béchara Raï a estimé dans ce contexte que "les solutions existent", mais que certains "empêchent leur adoption, tout comme ils empêchent la formation du gouvernement". A aucun moment cependant, le chef de l'Église maronite n'a désigné les responsables nommément.

Audi implore Aoun de descendre dans la rue

S'adressant enfin à la population, Mgr Raï l'a appelée à "organiser un mouvement de contestation pacifique afin d'apporter le changement requis, si une classe dirigeante sage, courageuse et patriotique" ne voyait pas le jour. Le patriarche a critiqué à plusieurs reprises le soulèvement populaire du 17 octobre 2019, dénonçant les blocages de route et actes de vandalisme qui ont émaillé les manifestations qui ont accompagné ce soulèvement. Mgr Raï affirme toutefois soutenir certaines demandes de l'opposition populaire.

Quant au métropolite grec-orthodoxe de Beyrouth, Mgr Élias Audi, il s'est demandé "s'il n'était pas temps que l'État se réapproprie sa décision et impose son autorité", critiquant implicitement l'emprise du Hezbollah sur les rouages du pouvoir. "Monsieur le président, je vous implore de descendre dans la rue pour voir l'humiliation subie par la population", a même lancé le métropolite à l'adresse du chef de l'État Michel Aoun, alors que les files interminables d'automobilistes devant les stations-service sont devenues monnaie courante ces derniers jours.


Le patriarche maronite Béchara Raï a une nouvelle fois critiqué sévèrement la classe dirigeante dans un Liban en profonde crise, accusant les responsables de mener une "politique de la population brûlée", alors que le pays est sans gouvernement depuis plus de dix mois et poursuit sa descente aux enfers."Aux responsables qui bloquent la formation du gouvernement et le redressement de...

commentaires (12)

Le Président et le CPL ont raison d'être méfiants. En effet, pourquoi a t-il démissionné quand la crise a éclaté et pourquoi ce retour aujourd'hui ? Que cherche-t-il ? A t-il préparé un coup politique? Que peut-il aujourd'hui pour le pays ? Avant de lui faire confiance il faut qu'il s'explique sur hier et qu'il donne une feuille de route précise pour les 12 mois qui viennent. Enfin la survie des libanais ne dépend pas du Président mais de ceux qui tiennent l'économie, les propriétaires des banques avant tout.

NASSER Jamil

12 h 46, le 14 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Le Président et le CPL ont raison d'être méfiants. En effet, pourquoi a t-il démissionné quand la crise a éclaté et pourquoi ce retour aujourd'hui ? Que cherche-t-il ? A t-il préparé un coup politique? Que peut-il aujourd'hui pour le pays ? Avant de lui faire confiance il faut qu'il s'explique sur hier et qu'il donne une feuille de route précise pour les 12 mois qui viennent. Enfin la survie des libanais ne dépend pas du Président mais de ceux qui tiennent l'économie, les propriétaires des banques avant tout.

    NASSER Jamil

    12 h 46, le 14 juin 2021

  • Qui s'oppose à l'audit de la BDL indispensable pour recevoir l'aide internationale ? C'est un problème technique pourquoi n'a t-il pas été résolu? Qui donne une légitimité à l'action des forces armées, si ce n'est ce conseil de défense réuni régulièrement? Qui réclame qu'on n'enlève pas un dossier à un juge trop curieux? Enfin, qui a démissionné quand la crise a éclaté ? Respect pour ceux qui n'ont pas démissionné. Respect pour ceux qui parlent des vrais problèmes actuels: les banques et la justice ( voir l'action du bâtonnier de Beyrouth).

    NASSER Jamil

    11 h 41, le 14 juin 2021

  • Audi a imploré Aoun nommément, mais Raii sillonne dans l'abstrait. Il est bien évident que Aoun bloque tout, soutenu par le parti fort, dans le but de fuir les réformes non populaires, attendues dès qu'il y aurait un gouvernement. Lui prétend le contraire, mais obéit sans scrupules à son parrain, qui fait semblant de tout faire pour arranger l'entente entre les 2 partis.

    Esber

    20 h 17, le 13 juin 2021

  • Oui il est grand temps temps que l'État se réapproprie sa décision et impose son autorité sinon cherchons un Etat mandataire pour revivre au moins les Droits de l 'Homme .

    Antoine Sabbagha

    19 h 43, le 13 juin 2021

  • PATRIARCHE RAI, PAR VOS TERGIVERSATIONS ET PAROLES GENERALES ET FLOUS VOUS PRENEZ PARTI DE FAIT OU DU MOINS VOUS ENCOURAGEZ LES DEUX BELIERS BICORNUS DE VOTRE BERGERIE ET VOUS PARTAGEZ LA RESPONSABILITE DU BLOCAGE AVEC EUX SANS VRAIMENT LE VOULOIR. DE GRACE ! SOYEZ FRANC ET CLAIR ET NOMMEZ-LES POUR EN FINIR.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    18 h 58, le 13 juin 2021

  • Descendez vous aussi , le patriarche maronite et l'évêque orthodoxe , le mufti des sunnites ainsi des druzes , dans la rue ça c'est la vrai révolution

    Eleni Caridopoulou

    18 h 25, le 13 juin 2021

  • Messeigneurs, faudra peut-être appeler un chat “un chat” … avant la distribution des croquettes !

    Ayoub Elie

    18 h 22, le 13 juin 2021

  • ENLEVER LES GANTS ET DITES CLAIREMENT QUE CE SONT AOUN BASSIL ET GEAGEA QUI BRULENT LE LIBAN: AOUN EST DEVENU TROP VIEUX POUR MEME VOIR CLAIREMENT LA SITUATION ET IL EST SOUS LA DOMINENCE DE BASSI. BASSIL LUI EST IMPETUEUX TROP JEUNE ET SON SEUL SOUCI EST DE DEVENIR PRESIDENT APRES AOUN QUITTE A PRESIDER UN PAYS EN RUINE, C'EST LE DERNIER DE SES SOUCIS LE PEUPLE . GEAGEA EN PRENANT UNE POSITION PAREILLE DE NE RIEN VOULOIR TUE LE LIBAN CAR IL LUI SUFFIRAIT DE DIRE JE VEUX 2 OU 3 MINISTRES ( meme si en secret il ne donne pas de nom mais dit les vouloir en secret a Harriri ), C'EST BIEN CETTE POSITION QUI REND IMPOSSIBLE DE CASSER L'ENTETEMENT DE AOUN/BASSIL LA VERITE LES PARTIS CHRETIENS CPL ET FL PAIERONT TRES CHER LEUR POSITION CAR LE PEUPLE SE RAPPELERA D'EUX LE JOUR DU VOTE ET NE VOTERA PAS POUR EUX ALORS QUE HARRIRI BERRY ET HEZBOLLAH SORTENT GRANDIT CAR IL REPETE SANS CESSE VOULOIR UN GOUVERNEMENT POUR SAUVER LE LIBAN, ALORS VOUS COMPRENEZ MM BASSIL ET GEAGEA QUE VOUS RENDEZ UN TRES MAUVAIS SERVICE AUX CHETIENS DU LIBAN , LE PIRE SANS MEME VOULOIR VOUS EN RENDRE COMPTE ( ou en le sachant tres bien mais vous poursuivez vous meme votre volonte personelle de devenir president meme sur un pays en enfer )

    LA VERITE

    16 h 12, le 13 juin 2021

  • JE SUIS CLASSÉ AUTOMATIQUEMENT MARONITE, CAR MES DEUX PARENTS ÉTAIENT DES MARONITES CROYANTS, MALHEUREUSEMENT DES IGNORANTS EXPLOITÉS COMME TOUT MARONITE PAR CES RELIGIEUX QUI PARLENT AU NOM DE JESUS. AUJOURD’HUI MES PARENTS NE SONT PLUS DE CE MONDE, MAIS L’EXPLOITATION DES CROYANTS VIVANTS CONTINUE PAR LES RELIGIEUX ET REPARTE DE PLUS BELLE, VU LA PAUVRETÉ QUI S’INSTALLE DANS LE PAYS. TANT QUE RAI ET AOUDI GARDENT LEUR COSTUME DE CARNAVAL ET NOUS DONNER DES LEÇONS DE GÉNÉROSITÉ, LES CHOSES RESTENT TEL QUELLES. ILS DOIVENT IMITER JESUS ET SE DÉBARRASSER DE LEURS COSTUMES ET DESCENDRE LES PREMIERS DANS LA RUE ET QUE LA VRAIE RÉVOLUTION COMMENCE . SI NON QU’ILS LA FERME.

    Gebran Eid

    15 h 58, le 13 juin 2021

  • Hariri ne cautionnera plus aucun manant c’est ou un gouvernement dont il supportera entièrement la responsabilité ou rien ! Alors manants circulez il n y a rien à voir!

    PHENICIA

    15 h 56, le 13 juin 2021

  • On ne peut pas encourager une révolte dirigée et conditionnée Monseigneur. Lorsque le peuple se révolte c’est toujours d’une façon spontanée et se comporte de façon anarchique pour exprimer ses souffrances et son mécontentement. Ce qu’il faut dénoncer, c’est la barbarie du pouvoir vendu qui envoie ses voyous semer le désordre et la violence dans les rangs des manifestants pour empêcher les citoyens de s’exprimer sans que l’armée ou les FSI ne bronchent puisqu'ils sont soumis à ces pourris, qui au lieu de créer une ceinture de sécurité pour les protéger des voyous, leur infligent la pire humiliation accompagnée et un mauvais traitements pour les traîner jusqu’au tribunal militaire pour avoir osé crier leur douleur. Les libanais ne veulent donner aucune occasion à ces pourris de les humilier encore peu plus, d’où leur absence en nombre dans les rues. Les bâtons, armes et violence sont leurs armes pour mater et museler les libanais après les avoir volé et ruiné.

    Sissi zayyat

    15 h 39, le 13 juin 2021

  • ENCORE VOUS N,AVEZ PAS LE COURAGE OU LA VOLONTE DE NE PAS SEULEMENT DENONCER CEUX QUI BLOQUENT MAIS DE NOMMER PAR LEUR NOM LES DEUX BELIERS DE VOTRE BERGERIE, EST-CE PAR PEUR DE VOIR VOTRE BERGERIE SE DIVISER EN DEUX CAR CES CHANTAGES CES DEUX ENERGUMENES LES ONT REPETES AVANT VOUS CONTRE LE GRAND PATRIARCHE... ALLAH YIRHAMOU... NASRALLAH SFEIR. LE MAL VIENT DE CE DUO QUI JOUE LE JEU DES MERCENAIRES IRANIENS POUR DES PROFITS PERSONNELS AU DETRIMENT DE L,INTERET DE TOUS LES CHRETIENS LIBANAIS QUI FUIENT LE PAYS PAR MILLIERS. OSEZ LES NOMMER ! COMME VOUS NOMMEZ LES MERCENAIRES QU,ILS SERVENT... PAS GRATIS A COUP SUR.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    14 h 37, le 13 juin 2021

Retour en haut