Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Et un énième échec...

La réunion entre Gebran Bassil et des représentants du tandem chiite a abordé la répartition des portefeuilles, mais les principaux obstacles sont toujours là. 

Et un énième échec...

De gauche à droite : Hussein Khalil, Gebran Bassil et Ali Hassan Khalil. Photo combo al-Markaziya.

En dépit de l’optimisme que le Courant patriotique libre s’est efforcé de distiller à l’issue de la réunion tenue mardi entre le leader du parti Gebran Bassil, Hussein Khalil (conseiller politique du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah), Ali Hassan Khalil (bras droit du président de la Chambre Nabih Berry) et Wafic Safa (cadre au sein du Hezbollah), cet entretien pourrait bien être assimilé à un énième échec des efforts visant à accélérer la naissance du cabinet. Les obstacles principaux ne sont en effet toujours pas surmontés, même si des avancées minimes ont été enregistrées.

Dans un communiqué publié mardi tard en soirée, le bureau de presse de M. Bassil a pris soin de faire état de l’« atmosphère positive » dans laquelle s’est déroulée la rencontre avec les responsables des deux partis chiites. Le texte évoque « des échanges d’idées à même de faciliter et accélérer la formation du gouvernement (…) ». Une façon pour le leader du CPL de répondre implicitement aux accusations de blocage lancées contre lui par le camp haririen. « Nous nous sommes entendus avec le tandem chiite sur plusieurs idées sur lesquelles le Premier ministre désigné devrait se prononcer prochainement », se contente de déclarer à L’Orient-Le Jour un proche de la sphère aouniste sans donner de détails sur les idées en question.

Lire aussi

Gouvernement : Cette semaine sera décisive, réaffirme Berry

Le camp de Gebran Bassil a donc renvoyé la balle dans le camp du Premier ministre désigné, lui imputant, toujours, la responsabilité du blocage. Les deux camps croisent le fer autour du tiers de blocage, mais aussi et surtout autour de la nomination des deux ministres chrétiens supplémentaires dans une équipe de 24 sans tiers de blocage, telle que préconisée dans le cadre de l’initiative concoctée en mars dernier par Nabih Berry et le leader du Parti socialiste progressiste Walid Joumblatt. En l’absence (théorique) des partis chrétiens les plus larges, en l’occurrence le CPL et les Forces libanaises, le président Aoun et son camp estiment qu’il est de (leur) « droit » de choisir les ministrables chrétiens. « Nous sommes attachés à ce que stipule la Constitution », rétorque de son côté un proche de la Maison du Centre dans une déclaration à L’OLJ. À savoir que c’est le Premier ministre désigné qui choisit les membres de son équipe en concertation avec le chef de l’État. Refusant toujours que Saad Hariri ait un droit de regard sur les membres chrétiens du cabinet, Gebran Bassil aurait proposé à ses interlocuteurs, lors de la réunion de mardi, que soit dressée une liste de noms qui bénéficient de l’accord de tous les protagonistes, et parmi lesquels MM. Aoun et Hariri choisiraient les futurs ministres, rapporte notre chroniqueur politique Mounir Rabih.

La crise de « confiance » Hariri-Bassil

Autre obstacle empêchant la mise en place du cabinet : Gebran Bassil refuse toujours de s’engager à ce que son bloc parlementaire du Liban fort accorde sa confiance au futur cabinet. « Au stade actuel, M. Bassil refuse cette option catégoriquement », indique une source informée de la teneur des discussions engagées mardi à Bayada. Et Saad Hariri semble déjà préparer sa riposte. Selon une source politique informée, le Premier ministre désigné penserait accorder dans ce cas quatre ministres au président de la République uniquement au lieu d’attribuer huit au duo-Baabda-CPL.

Lire aussi

Gouvernement : les coulisses d’une tragi-comédie

Toutes les questions non encore réglées devraient être au centre de réunions prévues prochainement entre les « deux Khalil », Nabih Berry et Saad Hariri. Entre-temps, et sous couvert d’anonymat, une personnalité proche des participants à la rencontre de mardi indique à L’OLJ que la discussion a porté sur le partage des portefeuilles tel que présenté dans la mouture que Saad Hariri avait remise à M. Berry lors de leur entretien le 31 mai dernier.

Mais à ce stade, un point important est à soulever : dans un pays menacé d’être complètement plongé dans le noir dans quelques mois, on ne parvient pas à changer les choses. Le parti accusé d’avoir échoué à gérer le secteur de l’énergie, dont il contrôle le ministère depuis 2008, insiste toujours pour avoir son mot à dire concernant la partie qui obtiendra ce portefeuille. Gebran Bassil refuserait de le voir attribuer à un proche des Marada de Sleiman Frangié, craignant des comportements vindicatifs à l’égard de fonctionnaires aounistes. Un nouveau nœud qui intervient alors qu’il y a plus d’un an, l’arrestation de Sarkis Hleiss, directeur des installations pétrolières et proche de M. Frangié, dans le cadre de l’affaire du fuel défectueux qui avait éclaté au grand jour en 2020, avait mené à la rupture totale des rapports entre le CPL et les Marada.


En dépit de l’optimisme que le Courant patriotique libre s’est efforcé de distiller à l’issue de la réunion tenue mardi entre le leader du parti Gebran Bassil, Hussein Khalil (conseiller politique du secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah), Ali Hassan Khalil (bras droit du président de la Chambre Nabih Berry) et Wafic Safa (cadre au sein du Hezbollah), cet entretien...

commentaires (17)

Il ne risque pas de recevoir une gifle d’un Damien Libanais, il est cloitré chez lui ou à Baabda sous la protection du beau-père aux frais du contribuable Libanais. Ce n’est surement pas le courage qui va l’étouffer. Ca tombe bien, personne ne veut se salir les mains en effleurant ce cireur de bottes, métier ou il excelle. Au Chômage ministériel il ronge son frein en bloquant les institutions et la formation du gouvernement, quelle prouesse ! c’est sa seule et unique chose qu’il a réussi à faire de toute sa vie. Qu’attendre d’un vil personnage profiteur de la misère du peuple, pour lui mettre la tête sous l’eau. N’écoutant que ses démons, pour reprendre un pouvoir qui est déjà à ramasser à la petite cuillère ! Il table sur l’attentisme ambiant afin de s’imposer en tant qu’imposteur de plus dans l’histoire du Liban. Mon Dieu ! j’ai mal à mon LIBAN !!! N.B. : Je suis Chrétien et je ne reconnais pas cet énergumène pour me représenter.

Le Point du Jour.

00 h 46, le 11 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (17)

  • Il ne risque pas de recevoir une gifle d’un Damien Libanais, il est cloitré chez lui ou à Baabda sous la protection du beau-père aux frais du contribuable Libanais. Ce n’est surement pas le courage qui va l’étouffer. Ca tombe bien, personne ne veut se salir les mains en effleurant ce cireur de bottes, métier ou il excelle. Au Chômage ministériel il ronge son frein en bloquant les institutions et la formation du gouvernement, quelle prouesse ! c’est sa seule et unique chose qu’il a réussi à faire de toute sa vie. Qu’attendre d’un vil personnage profiteur de la misère du peuple, pour lui mettre la tête sous l’eau. N’écoutant que ses démons, pour reprendre un pouvoir qui est déjà à ramasser à la petite cuillère ! Il table sur l’attentisme ambiant afin de s’imposer en tant qu’imposteur de plus dans l’histoire du Liban. Mon Dieu ! j’ai mal à mon LIBAN !!! N.B. : Je suis Chrétien et je ne reconnais pas cet énergumène pour me représenter.

    Le Point du Jour.

    00 h 46, le 11 juin 2021

  • Le titre meme de cet article est un contresens. En effet, ce qui pour certains est un echec, est un succes pour d'autres. Le CPL et le Hezb sont tres satisfaits du gouvernement demissionnaire Diab qui est a leur botte et gere les affaires courantes. Ils NE VEULENT PAS d'autre gouvernement.

    Michel Trad

    20 h 01, le 10 juin 2021

  • On aimerait bien savoir ce que pensent les membres de son parti qui continuent à avaler des boas en regardant leurs chaussures alors que cet individu joue à l’enfant gâté en prenant le pays pour sa propriété et ses caisses pour sa tirelire, autrement il aurait quitté le pays depuis longtemps avec sa fortune amassée avant que ne soit découverte sa fortune par les américains. Il compte rester en caressant l’espoir de devenir le prochain président alors qu’il serait plus plausible qu’un chameau entre dans le chas d’une aiguille. (La bible). Qui serait capable de venir dénoncer toutes ces exactions commises par lui et son bon père en les menaçant de les traduire en justice après éviction s’ils persistent à agir comme des tyrans alors qu’on vit dans un pays démocratique? Qui? Mais enfin il n’y a pas une seule autorité qui veut prendre ses responsabilités pour mettre fin à cette mascarade? J’attend os nous pour réagir?

    Sissi zayyat

    19 h 25, le 10 juin 2021

  • Monsieur Bassil, désolé de vous l’apprendre mais vous ne représentez en aucune façon les chrétiens du Liban. Déjà, à titre personnel, vous avez échoué plusieurs fois aux élections législatives et ne devez votre réussite qu’aux millions de dollars dépensés à acheter des voix notamment chiites. Ensuite votre parti est en miettes et plusieurs désertions ont eu lieu ou vont bientôt se produire en commençant par votre beau frère ou votre cousin par alliance. Vos seuls sympathisants sont ceux que vous continuez à engraisser avec les deniers de l’Etat qui notre argent. Vous êtes voué à disparaître de l’arène politique très bientôt car les sanctions américaines ne vous laisseront pas d’autre choix. Bye bye Monsieur Bassil

    Liberté de Penser

    18 h 20, le 10 juin 2021

  • OLJ, trop c’est trop. Votre censure commence à nous courir sur le haricot.

    Sissi zayyat

    17 h 00, le 10 juin 2021

  • Il y a bien un seul parti qui pourrait être à même de relever tous les défis que le Liban connaît et devra surmonter …. CE SONT LES FL

    Bery tus

    16 h 50, le 10 juin 2021

  • Les deux camps croisent le fer autour du tiers de blocage, mais aussi et surtout autour de la nomination des deux ministres chrétiens BASSIL NE PENSE QU'A LA FUTUR PRESIDENCE ET GEAGEA DE MEME MALHEUREUSEMENT CAR IL AURAIT SUFFIT A GEAGEA DE DECLARER , COMME BASSIL/AOUN JE VEUX NOMMER DES CHRETIENS AUSSI ( meme si il ne le fait pas en cadeau au pays pour permettre a Harriri de faire un gouvernement )POUR QUE BASSIL ET AOUN SE TAISENT ET HARRIRI POURRA FORMER SON GOUVERNEMENT LA VERITE GEAGEA EST AUSSI RESPONSABLE QUE BASSIL AUJOURDHUI DE LA SITUATION D'ENFER DANS LEQUEL LE LIBAN SE TROUVE DEPUIS LE 4 AOUT PUIS LA DEMISSION DE DIAB QUE LA COLERE DU PEUPLE VA ALLER CONTRE SES DEUX PARTIS QUI FONT SEMBLANT DE VOULOIR LE BIEN DES CHRETIENS ET DU LIBAN MAIS SONT DES CRIMINELS A VOULOIR LEUR BIEN PERSONNEL ET PAS CELUI DU PAYS CA SUFFIT CE JEU CAR C'EST JOSEPH AOUN LE PROCHAIN PRESIDENT NI L'UN NI L'AUTRE DE CES DEUX ENERGUMENTS NE VERRONS CE POSTE CAR ILS NE LE MERITENT PAS

    LA VERITE

    14 h 59, le 10 juin 2021

  • "énième échec... " Pour être juste envers le peuple et nos politiciens à la fois, on va souhaiter au peuple de se débarrasser de ces politiciens bientôt mais, avant tout, on va sincèrement souhaiter à ces politiciens d'avoir à faire des lavages des reins plusieurs fois par semaines, de se faire opérer sans anesthésie. Ils sont si proche du peuple, après tout, et font tout pour le défendre...

    Wlek Sanferlou

    14 h 02, le 10 juin 2021

  • une situation tragique /comique je dirai qui fait penser/croire que le tandem chiite sont les bienvenus et les '' saints sauveurs'' vu et tant qu'ils appuient Hariri , lui-même également considéré comme le saint sauveur du pays .

    Lecteurs OLJ

    13 h 17, le 10 juin 2021

  • Le pays va imploser et Monsieur Bassil échange des idées dans une ambiance « chaude » avec le tandem chiite mais reste opposé à toute solution du moment où elle vient de Hariri. IRRESPONSABLE

    mokpo

    12 h 36, le 10 juin 2021

  • "...il s'entend avec le tandem chiite"...il refuse, bloque, ordonne, insiste... Qui et quoi est-il au juste pour se permettre ce comportement arrogant ? Mis à part le fait d'avoir été imposé comme chef du CPL par un beau-père oubliant qu'il est le chef de tout un Etat et se laisse manipuler par ce gendre sans scrupules ? Le peuple libanais n'est-il composé que de moutons-suiveurs-bêleurs pour tel parti chrétien ou sunnite ou chiite ou druze ? Aucun citoyen 100% patriote et courageux pour expédier définitivement en enfer tous ces politiciens coupables de haute trahison ? Irène Saïd

    Irene Said

    11 h 54, le 10 juin 2021

  • MON COMMENTAIRE EST CENSURE. JE NE VAIS PAS SUBIR L,HUMILIATION DE LE REECRIRE ET DE CHANGER MA LIBRE EXPRESSION POUR SATISFAIRE TOUT PARTI PRIS MODERATEUR OU L,OLJ. VOUS AVEZ L,OBLIGATION DE PUBLIER CETTE NOTE.

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    11 h 06, le 10 juin 2021

  • La photo en elle même suffit ... on dirait des parrains de la pègre mafieuse ...

    Zeidan

    10 h 06, le 10 juin 2021

  • Qui est ce type pour s accaparer les droits des chretiens à lui tout seul ? De Grace excommuniez le mgr Rahi !!! Comme ca toute ambition présidentielle serait remise en cause

    Elime 11

    09 h 25, le 10 juin 2021

  • Il st évident que Bassil ne veut pas voir arriver au ministère des ressourcés hydrauliques et électriques une personne à la fois intègre et compétente. Elle ne manquerait pas de mettre au jour l'incompétence et la corruption qui y règnent en maîtres depuis qu'il en est le chef.

    Yves Prevost

    07 h 18, le 10 juin 2021

  • Le dénominateur commun à tous ces échecs est bien visible sur la photo…

    Gros Gnon

    06 h 39, le 10 juin 2021

  • Pourquoi Aoun reste t-il en poste ? Il a failli à son devoir en déléguant à Bassil ses pouvoirs. C'est anti constitutionnel, et il faut le juger selon la loi par les députés, et élire un nouveau président dès à présent. La responsabilité incombe à tous les députés et à Berri. Le pays n'est pas une propriété privé familiale. Ayez honte messieurs les députés, car vous serez responsables de la perte du pays. Cessez votre lâcheté.

    Esber

    01 h 57, le 10 juin 2021

Retour en haut