Rechercher
Rechercher

Économie - Électricité

L’Irak prêt à fournir jusqu’à un million de tonnes de carburant au Liban

L’Irak prêt à fournir jusqu’à un million de tonnes de carburant au Liban

La centrale de Zouk, dans le Kesrouan. Photo P.H.B

Le gouvernement irakien a approuvé mardi soir la décision de fournir entre 500 000 et 1 million de tonnes de pétrole brut au Liban, selon des informations relayées dans les médias et par voie officielle qui ont évoqué un accord d’approvisionnement en carburant destiné aux centrales d’Électricité du Liban (EDL). Une annonce qui intervient à un moment où le pays connaît une grave crise économique et financière, et un rationnement sévère du courant.

Les contours de cet accord avaient été esquissés en début de semaine par le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau, Raymond Ghajar, qui avait alors simplement indiqué que l’Irak proposait de fournir 500 000 tonnes de mazout lourd. Réagissant à l’annonce d’hier, le président du Parlement libanais Nabih Berry a adressé une lettre de remerciement au chef du gouvernement irakien Moustapha al-Kazimi, saluant le fait que ces quantités « suffiront pour répondre à la moitié de la demande annuelle du Liban » en carburant.

Toujours est-il que des doutes persistent concernant la compatibilité des spécificités du carburant irakien, notamment sa teneur élevée en soufre, avec les centrales libanaises qui consomment du fuel. Lors de la réunion de lundi soir, Raymond Ghajar avait indiqué que les produits importés d’Irak pourraient être « échangés » contre du carburant pouvant servir à faire tourner les centrales libanaises. Il avait en outre annoncé s’être entretenu la semaine dernière avec les responsables irakiens concernés par cet accord, notamment sur la définition du mécanisme de règlement.

EDL, dont les capacités ne suffisent déjà pas en temps normal à répondre à la demande du pays et dont le système de tarification est gelé depuis les années 1990, n’a cessé de réduire sa production ces dernières semaines suite à plusieurs problèmes liés au déblocage des crédits devant payer son carburant. Des difficultés liées à la crise, mais aussi à la suspension temporaire par le Conseil constitutionnel des effets d’une loi qui devait permettre de débloquer une avance de 300 milliards de livres libanaises (200 millions de dollars au taux officiel de 1 507,5 livres le dollar) – une procédure bloquée par un problème de quorum au sein de la juridiction suite au décès d’un de ses magistrats. Avec seulement un peu plus de 700 mégawatts fonctionnant sur un total de plus de 1 800, l’établissement a limité la voilure au maximum et espère un déblocage rapide de crédits devant payer des chargements de carburant prêts à être livrés. Lundi, le président Michel Aoun et le Premier ministre sortant Hassane Diab ont approuvé l’octroi d’une avance « exceptionnelle » à EDL pour tenir quelque temps en attendant une solution plus durable.


Le gouvernement irakien a approuvé mardi soir la décision de fournir entre 500 000 et 1 million de tonnes de pétrole brut au Liban, selon des informations relayées dans les médias et par voie officielle qui ont évoqué un accord d’approvisionnement en carburant destiné aux centrales d’Électricité du Liban (EDL). Une annonce qui intervient à un moment où le pays connaît une...

commentaires (1)

fabuleux 1 mais Oups, nos intelligents mafieux ne nous disent pas ou/qui/comment raffiner tout ca ?

gaby sioufi

14 h 39, le 10 juin 2021

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • fabuleux 1 mais Oups, nos intelligents mafieux ne nous disent pas ou/qui/comment raffiner tout ca ?

    gaby sioufi

    14 h 39, le 10 juin 2021

Retour en haut