Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Yémen

Les rebelles demandent une enquête sur la mort de civils dans une attaque

Les rebelles demandent une enquête sur la mort de civils dans une attaque

Un combattant houthi à Sanaa, le 28 février 2021. Photo d'archives AFP

Les rebelles houthis ont reconnu dimanche avoir pris pour cible une base militaire du nord du Yémen, près de laquelle quatorze civils ont été tués samedi selon le gouvernement, et ont demandé une enquête indépendante sur cette attaque.

L'agence de presse officielle du gouvernement avait accusé samedi les houthis d'avoir bombardé une station-service à Marib, dernier bastion des forces gouvernementales dans le nord du Yémen en guerre, tuant 14 civils. Dans un tweet, un haut responsable des rebelles houthis, Mohamed Ali al-Houthi, a promis le versement d'"indemnités" si son organisation était reconnue responsable. Il est rare pour les rebelles soutenus par l'Iran d'admettre avoir tenté de frapper un site proche d'un lieu où des civils ont péri.

"Nous avons demandé au ministère de la Défense (du gouvernement houthi non reconnu, NDLR) et ils ont dit qu'ils n'avaient bombardé que la base", a déclaré Mohamed Ali al-Houthi. "Nous demandons qu'une commission indépendante enquête sur la question", a-t-il ajouté.

Selon deux habitants de la région, cette station-service se trouve à environ un kilomètre de la base militaire et des soldats s'y rendent souvent avec leurs familles pour faire le plein de carburant. Les rebelles "seront dans l'obligation de verser des indemnités" si l'enquête détermine qu'ils sont coupables de la mort des 14 civils, a déclaré M. Al-Houthi.

Soutenus par l'Iran, les houthis tentent depuis février d'arracher Marib, région riche en pétrole, aux forces loyalistes, appuyées elles par une coalition dirigée par l'Arabie saoudite. Le conflit, déclenché en 2014 par la prise de Sanaa par les houthis, a fait des dizaines de milliers de morts selon des organisations humanitaires, et des millions de déplacés. Plus des deux tiers des 30 millions d'habitants, confrontés à des risques accrus d'épidémies et de famine, dépendent de l'aide internationale. C'est, selon l'ONU, actuellement la pire crise humanitaire au monde.


Les rebelles houthis ont reconnu dimanche avoir pris pour cible une base militaire du nord du Yémen, près de laquelle quatorze civils ont été tués samedi selon le gouvernement, et ont demandé une enquête indépendante sur cette attaque.
L'agence de presse officielle du gouvernement avait accusé samedi les houthis d'avoir bombardé une station-service à Marib, dernier bastion des forces...