Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Hassan demande la levée du secret bancaire sur les comptes subventionnés des sociétés pharmaceutiques

Hassan demande la levée du secret bancaire sur les comptes subventionnés des sociétés pharmaceutiques

Le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, à Baabda. Photo ANI

Le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a appelé mardi depuis le palais présidentiel de Baabda à la levée du secret bancaire sur tous les comptes bancaires qui bénéficiaient des subventions de la Banque centrale, notamment les sociétés pharmaceutiques, alors que le Liban connaît une pénurie de médicaments dans un contexte de baisse des subventions de la Banque du Liban (BDL).

"Nous voulons de la transparence dans les chiffres", a réclamé le ministre, cité par l'Agence nationale de l'information (ANI, officielle), au terme d'un entretien avec le chef de l'Etat, Michel Aoun. "Nous exigeons la levée du secret bancaire sur les comptes subventionnés, en particulier ceux des sociétés pharmaceutiques", a encore plaidé le ministre. "La question de la subvention des médicaments n'est pas matière à plaisanterie", a-t-il déclaré, appelant à ne pas saper la confiance dans le secteur pharmaceutique au Liban."

 La Banque du Liban subventionne depuis le début de la crise économique et financière (octobre 2019) les importations de plusieurs catégories de produits, notamment les médicaments et le matériel médical. Mais depuis début mai, les pharmaciens font face à de nombreuses restrictions en raison d’un changement au niveau de la procédure mise en place par la BDL, qui bloque la distribution de médicaments, même si ceux-ci sont disponibles auprès des importateurs. La banque centrale impose désormais que les importateurs obtiennent une confirmation préalable pour n’importe quelle commande.

M. Hassan a également informé le président de la République de l'évolution de la campagne de vaccination contre le coronavirus et des prochains "marathons". Pour accélérer le processus vaccinal, un "marathon" de vaccination avait été organisé tout au long de la journée de samedi, avec le vaccin d'Astra Zeneca, à l'initiative du ministère de la Santé. Qualifié de "succès", il a permis à plus de 10.000 personnes âgées de 30 à 65 ans de se faire administrer le vaccin AstraZeneca sans rendez-vous, dans une série de centres et hôpitaux dédiés. Le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a annoncé que d'autres "marathons" pour d'autres tranches d'âges, notamment avec le vaccin Pfizer/BioNTech, devraient se tenir dans les prochaines semaines. 

De son côté, le président de la commission parlementaire de la santé, Assem Araji, a souligné que la crise dans le secteur médical était notamment due au fait que le gouvernement sortant de Hassane Diab ne voulait pas prendre de décision concernant la levée des subventions mais "attend que le nouveau gouvernement la prenne". Il a indiqué que la commission qu'il préside, en coopération avec le ministre Hassan et les syndicats des pharmaciens et des importateurs de médicaments, avait rédigé un "plan" pour la rationalisation des subventions dans le secteur, appelant l'exécutif à "l'appliquer". Le député Araji a encore estimé que la Banque du Liban devrait donner les noms des entreprises pharmaceutiques et important du matériel médical qui bénéficient de subventions, ainsi que les listes des médicaments importés par ces entreprises, afin de pouvoir déterminer si elles "trichent" sur leurs factures. "Si nous continuons à fonctionner comme c'est actuellement le cas, nous allons vers une vraie catastrophe", a-t-il ajouté. Et le député d'appeler une nouvelle fois à ce que soient encouragées les industries nationales afin qu'elles puissent assurer l'offre nécessaire pour le marché local.


Le ministre sortant de la Santé, Hamad Hassan, a appelé mardi depuis le palais présidentiel de Baabda à la levée du secret bancaire sur tous les comptes bancaires qui bénéficiaient des subventions de la Banque centrale, notamment les sociétés pharmaceutiques, alors que le Liban connaît une pénurie de médicaments dans un contexte de baisse des subventions de la Banque du Liban...