Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Syrie

Les critiques occidentales sur l'élection "ne valent rien", affirme Assad

Les critiques occidentales sur l'élection

Le président syrien Bachar el-Assad à Damas. Photo d'archives JOSEPH EID/AFP/Getty Images

Le président syrien, Bachar el-Assad, a déclaré mercredi en votant que les critiques des Occidentaux sur la présidentielle "ne val(ai)ent rien", Washington et plusieurs puissances européennes ayant jugé que le scrutin "ne sera(it) ni libre ni juste".

"Je pense que la mobilisation que nous avons vue ces dernières semaines apporte une réponse suffisante et claire qui leur dit: +vos opinions ne valent rien, votre valeur équivaut à dix zéro+", a indiqué le président Assad en parlant des "pays occidentaux". Accompagné par son épouse Asmaa, le président de 55 ans s'exprimait après avoir voté à Douma, choix symbolique puisque cet ancien bastion rebelle de la Ghouta orientale, aux portes de Damas, a été reconquis en avril 2018 par son armée.

Les Etats-Unis et plusieurs grandes puissances européennes étaient revenus à la charge mardi, condamnant par avance une élection qui "ne sera ni libre ni juste". "Nous exhortons la communauté internationale à rejeter sans ambiguïtés cette tentative du régime Assad pour retrouver une légitimité sans qu'il ne cesse ses graves violations des droits humains", ont indiqué dans une déclaration commune les ministres des Affaires étrangères américain, allemand, britannique, français et italien.

Salué mercredi par les slogans des personnes présentes dans le bureau de vote - "par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi Bachar" - le président en costume sombre et cravate bleue a fustigé "des pays occidentaux, qui pour la plupart ont une histoire coloniale".

"Les déclarations que nous entendons dernièrement (...) qui commentent et évaluent l'élection et déterminent sa légitimité et son illégitimité, évidemment nous en tant qu'Etat nous ne pouvons absolument pas accepter de tels comportements", a indiqué M. Assad. Propulsé au pouvoir en 2000, M. Assad a succédé à son père Hafez, décédé après 30 ans de règne sans partage.


Le président syrien, Bachar el-Assad, a déclaré mercredi en votant que les critiques des Occidentaux sur la présidentielle "ne val(ai)ent rien", Washington et plusieurs puissances européennes ayant jugé que le scrutin "ne sera(it) ni libre ni juste"."Je pense que la mobilisation que nous avons vue ces dernières semaines apporte une réponse suffisante et claire qui leur dit: +vos opinions...