Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Manifestation de réfugiés dans le Akkar contre la présidentielle "illégitime" en Syrie

Manifestation de réfugiés dans le Akkar contre la présidentielle

Des Syriens manifestant dans la région de Halba, au Liban-Nord, contre la présidentielle syrienne, le 21 mai 2021. Photo Abby Sewell

Plusieurs dizaines de personnes, majoritairement des réfugiés syriens, ont manifesté vendredi en fin de journée dans le Akkar, au Liban-Nord, en signe de protestation contre l'élection présidentielle syrienne "illégitime", au lendemain du scrutin organisé à l'ambassade à Yarzé.

Réunis sur un terrain en retrait de la route principale de Koucha, dans la région de Halba, les manifestants, parmi lesquels de nombreux enfants, ont scandé des slogans révolutionnaires comme le célèbre "le peuple veut la chute du régime", selon des informations rapportées par Abby Sewell, journaliste pour notre publication-sœur en anglais L'Orient Today. Certains brandissaient également le drapeau de l'opposition syrienne. Quelques Libanais sont venus soutenir ce mouvement.  "Cela fait dix ans que nous avons dû quitter la Syrie à cause d'Assad et nous sommes opposés à sa réélection et, en général, à l'organisation de cette élection présidentielle illégitime", a affirmé une des organisatrices du sit-in. "Nous voulons qu'il s'en aille et que nous puissions revenir dans notre pays", a-t-elle ajouté, soulignant qu'il était impossible pour les réfugiés d'"oublier qu'il a tué des enfants, d'oublier les massacres qu'il a commis contre les Syriens, notamment dans la Ghouta où il a lancé des matières chimiques sur les enfants". Elle a souligné que les contestataires se sont réunis "malgré la peur" de répercussions sécuritaires, et malgré le fait que certains activistes sont "surveillés par les services de renseignement" syriens. 

Jeudi, des milliers de personnes se sont rendues à l'ambassade syrienne au Liban afin d'y participer au scrutin présidentiel, nombre d'entre elles affichant leur soutien au président Assad, dont la réélection est acquise. Cette élection a été marquée par plusieurs accrochages entre des Libanais vraisemblablement proches des Forces libanaises et des Syriens partisans d'Assad, ainsi que par des débordements sécuritaires, en soirée, à Tripoli (Nord). Avant le scrutin au Liban, plusieurs formations libanaises souverainistes et anti-Assad, notamment les FL de Samir Geagea, avaient critiqué le vote des Syriens pro-Assad et appelé à leur retour en Syrie.

La présidentielle syrienne est prévue le 26 mai, mais les Syriens vivant à l'étranger étaient appelés à voter le 20 dans les ambassades. Ils ont eu le choix entre trois candidats : Bachar el-Assad, grand favori et candidat à sa propre succession pour un quatrième mandat, et deux concurrents, un ex-ministre et un membre de l’opposition tolérée par le pouvoir. Le scrutin présidentiel sera le second à être organisé depuis le début en 2011 d’une guerre dévastatrice en Syrie, déclenchée après la répression par le régime de manifestations réclamant des réformes démocratiques.


Plusieurs dizaines de personnes, majoritairement des réfugiés syriens, ont manifesté vendredi en fin de journée dans le Akkar, au Liban-Nord, en signe de protestation contre l'élection présidentielle syrienne "illégitime", au lendemain du scrutin organisé à l'ambassade à Yarzé.Réunis sur un terrain en retrait de la route principale de Koucha, dans la région de Halba, les...