Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

L'ambassadeur d'Egypte appuie l'initiative Berry et exhorte à la formation rapide d'un gouvernement

L'ambassadeur d'Egypte appuie l'initiative Berry et exhorte à la formation rapide d'un gouvernement

Le président du Parlement libanais s'entretenant, le 21 mai 2021, avec l'ambassadeur d'Egypte à Beyrouth, Yasser Alaoui. Photo ANI

L'ambassadeur d'Egypte à Beyrouth, Yasser Alaoui, qui s'est entretenu vendredi avec le président du Parlement, Nabih Berry, a réitéré l'appui du Caire à l'initiative de ce dernier pour accélérer la formation du gouvernement au Liban, une tâche que le Premier ministre désigné, Saad Hariri, ne parvient toujours pas à accomplir alors que le pays traverse une crise économique et sociale inédite.

S'exprimant à l'issue de son entretien à Aïn el-Tiné, le diplomate égyptien a fait savoir que la discussion a porté sur les "moyens d'aider le Liban à traverser la difficile phase actuelle". Et M. Alaoui de louer "la capacité de Nabih Berry à inventer des solutions".

Insistant sur "le respect de la Constitution", l'ambassadeur d'Egypte s'est dit "confiant qu'un gouvernement sera formé, conformément aux règles constitutionnelles, de manière à poursuivre le dialogue avec les communautés arabe te internationale, afin de poursuivre le soutien au Liban".

"Nous renouvelons notre appui à l'initiative Berry, (la formation d'une équipe de 24 ministres sans tiers de blocage)", a ajouté le diplomate, qui a rappelé que le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choucri, avait déjà appuyé cette initiative lors de sa dernière visite au Liban, en avril dernier. M. Alaoui a ainsi exprimé son souhait de voir un nouveau gouvernement "se former conformément à cette initiative dans les plus brefs délais, pour que (sa) mission de sauvetage soit lancée incessamment, avec un soutien arabe". 

Le Liban est sans gouvernement effectif depuis la démission de celui de Hassane Diab, dans la foulée de la double explosion meurtrière au port de Beyrouth, en août dernier. Entraîné dans des rivalités politico-personnelles avec le président libanais, Michel Aoun, et son camp, le Premier ministre Saad Hariri, désigné en octobre dernier, n'arrive toujours pas à mettre sur pied une nouvelle équipe ministérielle. Dans une tentative de débloquer l'impasse, Nabih Berry avait concocté avec le leader druze Walid Joumblatt un projet de solution prévoyant la formation d'un cabinet de 24 ministres sans tiers de blocage. S'il a reçu l'appui de plusieurs pays qui sont intervenus pour tenter d'accélérer le processus, dont l'Egypte et les Emirats arabes unis, ce projet s'est heurté à un veto du camp présidentiel.

Dans ce contexte, le Parlement tient vendredi une séance plénière pour discuter d'une lettre que Michel Aoun lui a adressée mardi dernier, et dans laquelle il accuse Saad Hariri de "prendre en otage" le processus gouvernemental. Ce dernier a effectué récemment une tournée régionale et international, notamment en Egypte, pour tenter d'obtenir un soutien à ses efforts.


L'ambassadeur d'Egypte à Beyrouth, Yasser Alaoui, qui s'est entretenu vendredi avec le président du Parlement, Nabih Berry, a réitéré l'appui du Caire à l'initiative de ce dernier pour accélérer la formation du gouvernement au Liban, une tâche que le Premier ministre désigné, Saad Hariri, ne parvient toujours pas à accomplir alors que le pays traverse une crise économique et sociale...