Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Formation du gouvernement au Liban

Hariri réagit à la lettre de Aoun au Parlement et l'accuse de "déformer la vérité"

Hariri réagit à la lettre de Aoun au Parlement et l'accuse de

Le Premie minsitre libanais désigné, Saad Hariri. Photo d'archives AFP

Le Premier ministre libanais désigné, Saad Hariri, a réagi mardi soir à la lettre envoyée cet après-midi au Parlement par le chef de l'Etat, Michel Aoun, dans laquelle ce dernier accuse le leader du Futur de prendre en otage la formation du gouvernement et de ne pas être capable d'assurer cette mission.

"La lettre du président de la République au Parlement est la preuve d'une politique de déformation de la vérité, d'une fuite en avant et d'une volonté de détourner les regards du scandale diplomatique raciste provoqué par le ministre des Affaires étrangères du régime vis-à-vis des frères du Golfe arabe... La suite au Parlement", a twitté M. Hariri.

Le président Aoun, empêtré dans un conflit politique avec le Premier ministre désigné, a adressé mardi une lettre au Parlement dans laquelle il accuse M. Hariri de "prendre en otage" le processus de formation "au-delà d'un délai raisonnable", estimant que le leader du Futur est "incapable" de mettre sur pied un cabinet.

Le Liban est sans gouvernement depuis plus de neuf mois, après la démission du cabinet de Hassane Diab, dans la foulée des explosions meurtrières de l'année dernière au port de Beyrouth. Saad Hariri et Michel Aoun s'accusent mutuellement du blocage du processus et s'écharpent sur leurs prérogatives respectives en matière de formation. Ils ne se sont pas réunis depuis le 22 mars. Entre-temps, le Liban poursuit sa descente aux enfers, avec une crise socio-économique et financière qui ne cesse de s'aggraver depuis l'été 2019, alors que plus de la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté.

Pour ne rien arranger, des propos lundi soir du ministre sortant des Affaires étrangères, Charbel Wehbé, concernant un financement supposé de groupes jihadistes par des "pays-amis" du Liban, interprétés comme une attaque contre les pays du Golfe, ont provoqué une polémique et des tensions diplomatiques entre le Liban et ces pays.


Le Premier ministre libanais désigné, Saad Hariri, a réagi mardi soir à la lettre envoyée cet après-midi au Parlement par le chef de l'Etat, Michel Aoun, dans laquelle ce dernier accuse le leader du Futur de prendre en otage la formation du gouvernement et de ne pas être capable d'assurer cette mission."La lettre du président de la République au Parlement est la preuve d'une politique...