Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Journée de

Grève générale et journée de "colère" en Cisjordanie

Grève générale et journée de

Des palestiniens manifestants contre la campagne militiaire israélienne contre Gaza, le 18 mai 2021 en Cisjordanie occupée. Photo AFP / ABBAS MOMANI

Deux soldats israéliens ont été blessés par balles lors de heurts avec des manifestants palestiniens rassemblés par centaines en Cisjordanie occupée, a annoncé l'armée qui a tué deux Palestiniens lors d'affrontements séparés, selon les autorités palestiniennes.

Plusieurs rassemblements, qui ont dégénéré en affrontements avec l'armée, ont eu lieu à travers la Cisjordanie dans le cadre d'une journée de grève générale et de "manifestations de colère" contre l'occupation israélienne et en solidarité avec les habitants de Gaza.

Près de Ramallah, des centaines de jeunes ont jeté pierres et cocktails molotov sur les soldats présents qui ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des tirs de balles en caoutchouc, selon des journalistes de l'AFP.

"Plusieurs émeutiers ont tiré de nombreuses balles en direction de soldats ainsi que sur un commandant déployés en marge du rassemblement, blessant deux soldats aux jambes" a indiqué l'armée, ajoutant "avoir ouvert le feu en retour". Peu de temps après, le ministère de la Santé palestinien a annoncé la mort d'un Palestinien de 25 ans, Mohammad Hamid, à Al Bireh au nord-est de Ramallah. Ces différents affrontements ont fait mardi 70 blessés, dont cinq dans un état grave selon le ministère palestinien.

'Résistance'

Dans le reste de la Cisjordanie, après un appel à la grève générale par le parti Fatah de Mahmoud Abbas, toutes les administrations, commerces et écoles sont restés entièrement fermés mardi, seuls les services médicaux restant ouverts.

Dans les villes arabes-israéliennes, l'appel a été également suivi, les villes de Nazareth (nord) ou Acre (nord ouest) restant totalement à l'arrêt, tous les rideaux de fer des commerces baissés.

A Jérusalem-Est, la partie de la ville annexée par Israël depuis 1967, deux tentatives de rassemblements ont été empêchées par les forces de l'ordre, qui ont utilisé des canons à eau putride pour disperser les centaines de manifestants.

Le premier devait avoir lieu à la porte de Damas et le second dans le quartier de Cheikh Jarrah, d'où est partie le premier soulèvement en réaction à la menace d'expulsions de familles locales.

"Nous n'avons aucun autre moyen de protester que nos mots" a déclaré à l'AFP, Ameer Margha, un avocat de 25 ans, estimant que des "années de négociations n'avaient mené à rien" et que "la résistance" du Hamas était "acceptable". Plusieurs manifestants ont été arrêtés, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Plus tôt dans la journée, l'armée avait annoncé avoir "neutralisé" un Palestinien qui avait tenté d'attaquer des soldats près d'Hébron et des sources médicales palestiniennes ont confirmé à l'AFP que l'homme était mort.

Ces nouveaux morts s'ajoutent aux 20 Palestiniens tués par l'armée en Cisjordanie depuis le 10 mai, date à laquelle ont débuté les échanges de tirs entre Israël et le mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza, d'après des sources palestiniennes.


Deux soldats israéliens ont été blessés par balles lors de heurts avec des manifestants palestiniens rassemblés par centaines en Cisjordanie occupée, a annoncé l'armée qui a tué deux Palestiniens lors d'affrontements séparés, selon les autorités palestiniennes. Plusieurs rassemblements, qui ont dégénéré en affrontements avec l'armée, ont eu lieu à travers la Cisjordanie...