Rechercher
Rechercher

Agenda - Hommage

Chucri Makari, quelle saga !

Quand je fus nommé à la tête de l’une des plus importantes agences de notre banque, il m’a rendu visite, quoique déjà mon client et ami depuis quelques bonnes années. En me félicitant, il me dit ce qui devait présider à mon action et me conforter dans une ligne de conduite que je suivais déjà.

« Tu peux devenir un excellent directeur, comme tu peux faire un très bon courtier, les tentations joncheront ta route. Le banquier aura droit à mon respect et ma considération, le courtier jamais, mais je ne le priverais pas de sa commission. »

Chucri Makari, fils du Akkar, émigré au Brésil, en est revenu pour s’établir au Liban. Il avait monté une usine de torréfaction de café, la Super Brasil, qui a la plus grande part du marché du meilleur café au Liban.

C’est toute une épopée, une saga que de ses mains il avait façonnée et écrite.

Homme de bien, Dieu lui avait donné longue vie et l’avait protégé.

Je me souviens, c’était un dimanche d’été, nous l’attendions à déjeuner, les convives s’impatientaient, je l’ai appelé plusieurs fois sans succès, son épouse et sa fille aussi, ne répondaient pas.

Chucri du haut d’un mur en construction avait fait une chute de cinq mètres et demi. Tout autre homme normalement constitué aurait trépassé, mais Dieu lui a gardé la vie sauve, pour continuer à aider en silence les familles dans le besoin.

Fatigué par la situation, confiné, Chucri Makari a choisi d’entreprendre un ultime voyage qui le mènera dans les bras de Dieu.

À son épouse, Mona, Denise sa fille, ses enfants, ses deux autres filles Diva et Katia et leurs familles, aux membres du personnel de la Super Brasil qui viennent de perdre un père, pas un patron, mes condoléances émues.

Des personnes de la trempe de Chucri Makari demeurent éternellement dans notre gratitude, vivantes dans notre souvenir.

Georges TYAN


Quand je fus nommé à la tête de l’une des plus importantes agences de notre banque, il m’a rendu visite, quoique déjà mon client et ami depuis quelques bonnes années. En me félicitant, il me dit ce qui devait présider à mon action et me conforter dans une ligne de conduite que je suivais déjà.« Tu peux devenir un excellent directeur, comme tu peux faire un très bon...