Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Jordanie

Le roi craint que l'attitude d'Israël "favorise l'extrémisme"

Le roi craint que l'attitude d'Israël

Le roi Abdallah II de Jordanie. Photo Jordanian Royal Palace Handout/AFP

Le roi Abdallah II de Jordanie a exprimé samedi sa crainte que l'attitude d'Israël vis-à-vis des Palestiniens favorise "l'extrémisme" et déstabilise la région, lors d'une visioconférence réunissant les leaders signataires de "l'appel de Christchurch" contre les contenus terroristes en ligne.

Lors de cette conférence organisée par la France et la Nouvelle-Zélande, il a mis en garde "contre les conséquences qui pourraient survenir si le conflit israélo-palestinien demeurait sans solution juste et globale", rapporte un communiqué du palais royal.
Selon les autorités palestiniennes, au moins 139 personnes sont mortes à Gaza ces derniers jours depuis qu'Israël pilonne l'enclave contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, qui lance des roquettes sur l'Etat hébreu en représailles à la violente répression de manifestants palestiniens à Jérusalem-Est.

"L'injustice et l'absence de solution politique favorisent l'extrémisme", a souligné le roi, ajoutant que les actions israéliennes dans les Territoires palestiniens menaçaient "la stabilité et la sécurité" dans la région. L'"appel de Christchurch" avait été lancé après le massacre du 15 mars 2019 ayant fait 51 morts dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise.

En parallèle des déclarations du roi, des centaines de Jordaniens ont manifesté samedi pour la sixième journée consécutive à Amman et près de la frontière avec la Cisjordanie occupée, en solidarité avec les Palestiniens. Environ 400 personnes ont participé à une manifestation près de la mosquée Kalouti, située à environ 500 mètres du bâtiment de l'ambassade israélienne à Amman, arborant des drapeaux jordaniens et palestiniens et de grandes banderoles ou on pouvait lire "Nakba" (catastrophe en arabe) et "Naksa" (défaite).

Chaque année le 15 mai, les Palestiniens commémorent la Nakba qui marque pour eux la "catastrophe" qu'a représentée la création de l'Etat hébreu en 1948. Les manifestants ont notamment scandé: "Nous continuerons jusqu'à ce que la Palestine soit libérée" ou encore "Révolution jusqu'à la victoire". Comme chaque vendredi dans la région de Karameh située à une cinquantaine de kilomètres d'Amman près de la frontière avec la Cisjordanie occupée, un millier de personnes se sont rassemblées pour exigeant l'ouverture des frontières avec le territoire palestinien.


Le roi Abdallah II de Jordanie a exprimé samedi sa crainte que l'attitude d'Israël vis-à-vis des Palestiniens favorise "l'extrémisme" et déstabilise la région, lors d'une visioconférence réunissant les leaders signataires de "l'appel de Christchurch" contre les contenus terroristes en ligne.Lors de cette conférence organisée par la France et la Nouvelle-Zélande, il a mis en garde...