Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

À la recherche du salut !

Le Libanais manque de presque tout dans un contexte désastreux. Cependant, va t-il enfin, au fond du gouffre socio-économique effarant, exiger de lui-même un regard autrement plus accusateur afin de faire face et de corriger ses catastrophiques tendances arbitraires ?

Après avoir mis en de mauvaises places et toléré des décennies durant de faux représentants, il a continué, presque par habitude, à négliger, à décaler et à reporter une pratique citoyenne ordinaire, et ce au profit de substituts épris d’affaires privées. L’état du système politique actuel est indissociable de l’immense part de déni que beaucoup parmi nous continuent d’entretenir depuis leur plus jeune âge. En particulier, la frénésie des formes défensives, conservée depuis la cour de l’école quand l’enfant provocateur répond au surveillant : « C’est pas moi, c’est lui. »

À nous de remettre de vrais rôles d’adultes à la place qu’il faut. Ceux-là qui n’ont plus besoin de se faire petits pour être écoutés, de convenir pour recevoir une permission, d’éviter la franchise nécessaire sous prétexte que la transparence est transformatrice, et de ne plus se laisser mener par tous les intérêts privés qui façonnent notre ruine et qui plaisent aux ennemis du Liban. À la fin d’une journée comme au bout d’une vie, on se félicite d’échapper au danger, de garder la santé et de rester dans sa dignité pour le salut de l’âme. Néanmoins, si les valeurs humaines du monothéisme ne nous servent pas au discernement, le « message » unique au Moyen-Orient ne pourrait correspondre à la volonté de Dieu. La cohérence de la foi signifie des actes honnêtes qui se démarquent du faux-semblant et du nombrilisme. Il est peut-être encore temps de pointer la faillite de la conscience civile des individus dans un État complètement défaillant afin de pouvoir sauver quelque chose d’indépendant et d’utile.

Je suis heureux de terminer cette lettre par une dernière parole du grand docteur saint Jean Chrysostome dans laquelle il invite ses fidèles ainsi que nous, naturellement, à réfléchir sur les valeurs éternelles : « Pendant combien de temps encore serons-nous attachés à la réalité présente ? Combien de temps faudra-t-il avant que nous puissions nous en arracher ? Combien de temps encore négligerons-nous notre salut ? Laissez-nous rappeler ce dont le Christ nous a jugés dignes, laissez-nous Lui rendre grâce, Lui rendre gloire, non seulement par notre foi, mais également par nos œuvres concrètes. Amen. » « De Castel Gandolfo, le 10 août 2007, troisième année de mon pontificat. Benedictus XVI ».


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « courrier » n’engagent que leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement le point de vue de L’Orient-Le Jour. Merci de limiter vos textes à un millier de mots ou environ 6 000 caractères, espace compris.


Le Libanais manque de presque tout dans un contexte désastreux. Cependant, va t-il enfin, au fond du gouffre socio-économique effarant, exiger de lui-même un regard autrement plus accusateur afin de faire face et de corriger ses catastrophiques tendances arbitraires ? Après avoir mis en de mauvaises places et toléré des décennies durant de faux représentants, il a continué, presque par...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut