Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Taymour Joumblatt appelle à l'organisation d'élections "sur la base d'une loi non-confessionnelle"

Taymour Joumblatt appelle à l'organisation d'élections

Le député libanais Taymour Joumblatt. Photo ANI

Le député libanais Taymour Joumblatt, fils du chef druze Walid Joumblatt, a estimé dimanche que les priorités actuelles au Liban étaient de former un gouvernement "correspondant aux attentes de la communauté internationale", de mettre en œuvre des réformes, ainsi que l'organisation d'élections "sur la base d'une loi non-confessionnelle". 

Prenant la parole lors d'un symposium organisé par l'Université suisse de Saint Gall, M. Joumblatt a estimé que l'effondrement actuel du Liban était dû à son "régime des quotes-parts" que se partagent les différentes formations politiques, accusant les derniers gouvernements d'avoir "mal géré" l'arrivée de la crise financière actuelle. Il a déploré que les différentes parties "et même malheureusement celles de la société civile ne parviennent pas à s'entendre les unes avec les autres et ne se font pas confiance". "Elles ne se mettent pas d'accord sur un programme ou une vision commune qui permettrait d'envisager le futur", a-t-il regretté, soulignant toutefois que ces organisations "sont d'accord sur le fait qu'il faut différencier les élus politiques des nouvelles générations et que le régime doit changer, d'une manière ou d'une autre". Il a dans ce cadre prôné "le dialogue entre les formations politiques et avec la société civile afin de planifier le futur". 

Il a encore estimé que pour rétablir la confiance entre les jeunes et la classe politique, il fallait "convaincre qu'il existe une réelle volonté de réformes politiques et économiques", et estimé que la priorité actuellement au Liban était de "former un gouvernement qui corresponde aux attentes de la communauté internationale", mettre en application les réformes requises, "notamment celles demandées par le Fonds monétaire international" et répondre aux "besoins essentiels" du peuple. Il a encore appelé de ses vœux à "l'organisation d'élections sur la base d'une loi électorale non confessionnelle afin de donner l'opportunité à toutes les organisations de la société civile et aux jeunes générations d'entrer au Parlement et de décider de leur avenir". 

Des élections législatives doivent normalement avoir lieu en 2022, mais certains craignent qu'elles ne soient reportées, dans un pays habitué à ce genre de procédé. Avec ce scrutin en ligne de mire, de nombreux groupes issus de la société civile, dont beaucoup ont vu le jour dans la foulée du soulèvement populaire d'octobre 2019, sont actuellement en train d'élaborer des programmes et stratégies communs afin de faire face aux partis "traditionnels" actuellement au pouvoir, qui sont accusés de clientélisme, de corruption et de mauvaise gouvernance.

Le chef du groupe parlementaire de la "Rencontre démocratique", a en outre regretté que certains le considèrent comme "une personne qui appartient au régime politique" actuel, alors qu'il se pense lui même "capable d'apporter le changement et de mener des réformes, que ce soit au sein de son parti ou dans tout le pays".


Le député libanais Taymour Joumblatt, fils du chef druze Walid Joumblatt, a estimé dimanche que les priorités actuelles au Liban étaient de former un gouvernement "correspondant aux attentes de la communauté internationale", de mettre en œuvre des réformes, ainsi que l'organisation d'élections "sur la base d'une loi non-confessionnelle". Prenant la parole lors d'un symposium...