Rechercher
Rechercher

Économie - Liban

EDL annonce une réduction de la production de courant de 200 mW et un rationnement généralisé

Les députés vont discuter d'une "solution temporaire" à cette nouvelle crise du secteur de l'électricité, indique Nazih Najm à l'issue d'une réunion avec Wazni et Ghajar. 
EDL annonce une réduction de la production de courant de 200 mW et un rationnement généralisé

Le siège d'EDL à Beyrouth. Photo João Sousa

Electricité du Liban, l'organisme public chargé de la gestion de l'approvisionnement électrique, a annoncé mercredi qu'il allait diminuer de 200 mégawatts sa production de courant, de 1.250 à 1.050 mégawatts, à la suite de la suspension des effets de la loi n° 215/2021, qui devait permettre de débloquer une avance de 300 milliards de livres (200 millions de dollars au taux officiel de 1.507,5 livres pour un dollar) pour payer une partie des tankers commandés par le fournisseur de courant. En conséquence, l'approvisionnement en courant, dans l'ensemble du pays, sera réduit, jusqu'à une mise à l'arrêt totale des centrales électriques, d'ici le 22 juin.

EDL a justifié cette réduction par le fait qu'il ne lui reste que treize milliards de livres de l'avance du Trésor qui lui avait été accordée pour l'année 2020, "ce qui n'est pas suffisant pour acheter un seul chargement de carburant étant donné l'augmentation du cours mondial du pétrole". EDL doit donc "puiser dans ses réserves de carburant pour produire de l'électricité pendant la plus longue période possible" et est donc obligée de "réduire" sa production de 200 mW, ce qui aura "un impact négatif sur les heures d'approvisionnement dans toutes les régions et notamment à Beyrouth". 

Lire aussi

Vers un blackout en juin si l’État ne paye pas le carburant d’EDL

Déjà rendu difficile par les problèmes financiers du pays, l’approvisionnement en carburant des centrales d’EDL est désormais compromis après la décision du Conseil constitutionnel mardi de suspendre les effets de la loi n° 215/2021. Ce texte, voté fin mars pour débloquer une avance de 300 milliards de livres à EDL, avait fait l'objet d'un recours de la part des députés des Forces libanaises, qui refusent que des fonds soient versés à EDL sans une réforme préalable. D’après les déclarations faites par la commission parlementaire des Travaux publics, des Transports, de l’Énergie et de l’Eau, mercredi, le rationnement se fera de plus en plus important, jusqu'à ce que toutes les centrales électriques du pays soient mises à l’arrêt d’ici au 22 juin. 

"Solution temporaire"
Dans ce contexte, le ministre sortant des Finances, Ghazi Wazni, s'est entretenu avec son collègue à l'Energie, Raymond Ghajar, et le président de la commission parlementaire des Travaux publics, le député Nazih Najm, pour trouver une solution à cette nouvelle crise du secteur de l'électricité. "Nous avons convenu de discuter avec les autres députés d'une solution temporaire le temps que le Conseil constitutionnel prenne sa décision", a annoncé M. Najm sans préciser quelle solution pourrait être envisagée.

Dans Le Commerce du Levant

La fausse piste du pétrole irakien

"Nous espérons que le Conseil constitutionnel ne prendra pas longtemps pour rendre sa décision", a-t-il indiqué, espérant que ce délai ne dépassera pas le mois "car la situation est intolérable". "Il est absolument nécessaire d'accélérer le processus de recours, que son résultat soit positif ou négatif", a ajouté le député. "Nous ne devons pas l'oublier : à partir du 15 mai, nous irons progressivement vers un blackout", a-t-il prévenu, en référence au calendrier de fermeture des centrales publié mercredi, si EDL n'arrive pas à obtenir des fonds pour financer les importations de fuel.


Electricité du Liban, l'organisme public chargé de la gestion de l'approvisionnement électrique, a annoncé mercredi qu'il allait diminuer de 200 mégawatts sa production de courant, de 1.250 à 1.050 mégawatts, à la suite de la suspension des effets de la loi n° 215/2021, qui devait permettre de débloquer une avance de 300 milliards de livres (200 millions de dollars au taux officiel de...

commentaires (8)

allons allons, cessez de vous plaindre O grand peuple du Liban ! un pres. dont UNE des realisations fut de parvenir a acceder a baabda contre vents et marees apres presque 30 ans d'eclipse, mais pas que, accompagne du pti gendron aka le tres sympa jobran qui a su apprendre au monde comment gerer les finances d'un pays sans meme prendre en compte un budget quleconque. SI CA C'EST PAS DES EXPLOITS QU'EST CE QUI LE SERAIT DITES ?

gaby sioufi

10 h 31, le 07 mai 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • allons allons, cessez de vous plaindre O grand peuple du Liban ! un pres. dont UNE des realisations fut de parvenir a acceder a baabda contre vents et marees apres presque 30 ans d'eclipse, mais pas que, accompagne du pti gendron aka le tres sympa jobran qui a su apprendre au monde comment gerer les finances d'un pays sans meme prendre en compte un budget quleconque. SI CA C'EST PAS DES EXPLOITS QU'EST CE QUI LE SERAIT DITES ?

    gaby sioufi

    10 h 31, le 07 mai 2021

  • Un grand merci au president fort michel aoun qui a recupere’ les droits des chretiens. Les comptes bancaires des chretiens ne sont pas bloque’s et leur foyers jouissent de l’electricite’ 24 heures par jour, comme promis par son prince heritier et gendre ! Triste et pitoyable ligne’e !

    Goraieb Nada

    07 h 58, le 07 mai 2021

  • Et en attendant le noir total la Gaga Aoun de son nom braque des sociétés et cherche les voleurs. Elle a du perdre la boussole. Il fallait commencer par celui qui a creusé la dette avec des budgets à hauteur de milliards pour éclairer 3 heures par jour certaines régions du pays. Mais personne ne se pose la question à savoir où sont passés ces milliards. Parce que on ne touche pas à la famille régnante. On préfère occuper le peuple avec une série de casses et de tapages qui est d’un ridicule pour tromper son monde et acclamer la vertu des voleurs avérés et déjà sanctionnés et pas par n’importe qui.

    Sissi zayyat

    20 h 54, le 06 mai 2021

  • C,EST L,ECLAIRAGE DU GENDRE DE 24/24 HEURES PROMIS AVEC LE SCANDALE DE LA PLUS GRANDE LATTA DU LOUAGE DES BARGES TURQUES. OU EST LA JUGE GHADA AOUN ? OU EST LA JUSTICE EN GENERAL ?

    LA LIBRE EXPRESSION DEFIE LA CENSURE

    18 h 59, le 06 mai 2021

  • Bassil, ou sont passées vos promesses concernant les centrales électriques? Les années ont passe, toujours rien... vous recherchez la présidence, pour quoi faire, continuer notre descente en enfer?

    CW

    18 h 38, le 06 mai 2021

  • Qu'est ce qu'on n'a pas encore vu dans ce mandat du "fort". Il serait plus honorable pour lui, d'aller se reposer à la maison. Il a dressé tant d'obstacles à tous les niveaux, en faisant abstraction du mal qu'il génère, au lieu de diriger le pays en prouvant sa neutralité en tant que chef d'Etat au-dessus des différents internes, avec la sagesse que ça requiert. Et le plus grave de tout, c'est sa façon de transformer la constitution en résumé dont la lecture aboutit à son points de vue

    Esber

    17 h 56, le 06 mai 2021

  • Nazih Najm = député ??? Ghazi Wazni = ministre (sortant) des finances ??? Raymond Ghajar = ministre de l'Energie ??? Celui qui trône à Baabda il est quoi au juste...et où se trouve son magnifique conseiller...muet, tout à coup ? Ou les restrictions de courant ont déjà commencé pour lui...? Irène Saïd

    Irene Said

    17 h 11, le 06 mai 2021

  • Crise du secteur electrique, hospitalier, juridique, médical, sanitaire, urbain, alimentaire..... la totale... Mais, oui il y a un mais, le Hezbollah garde tranquillement ses armes, et fait chanter tout le pays, et le locataire de Baabda, acquiesce, pour .....sauver les chrétiens ..! hahahahhaha

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 48, le 06 mai 2021

Retour en haut