Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

Des experts de l'ONU demandent la "libération immédiate" d'un cinéaste iranien

Des experts de l'ONU demandent la

Le drapeau de l'ONU. Photo d'illustration AFP.

Des experts des droits humains de l'ONU ont demandé mardi la libération immédiate du cinéaste iranien dissident emprisonné Mohammad Nourizad, s'alarmant d'informations selon lesquelles le réalisateur était si malade qu'il risquait "de graves complications et peut-être la mort".

"Nous sommes gravement préoccupés par les mauvais traitements infligés à Mohammad Nourizad et par son maintien en détention pour avoir exprimé son opinion", ont déclaré dans un communiqué six experts indépendants de l'ONU, dont ceux en charge de la situation des droits humains en Iran, de la torture et du droit à la liberté d'expression.

Les experts, qui sont nommés par l'ONU mais ne s'expriment pas en son nom, ont mis en garde contre "son maintien en détention malgré les avis de professionnels de santé, qui ont estimé qu'il ne pouvait pas rester en prison compte tenu de son état de santé grave". "Les autorités iraniennes doivent le libérer immédiatement conformément à ces avis médicaux et lui donner libre accès aux soins et traitements médicaux requis", ont-ils estimé.

Mohammad Nourizad, qui a écrit et réalisé plusieurs films, purge depuis 2019 une peine de plus de 17 ans de prison pour avoir insulté le guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, selon l'organisation de défense des droits humains Amnesty International.

Les experts, parmi lesquels figurent également les rapporteurs spéciaux des Nations Unies sur le droit à la liberté de réunion pacifique, sur le droit à la santé physique et mentale et sur les exécutions extrajudiciaires, ont souligné que Mohammad Nourizad avait mené des grèves de la faim en prison et refusé de prendre des médicaments pour protester contre son emprisonnement et les mauvais traitements infligés à sa famille par les autorités.

"Il aurait également tenté de se suicider en prison et commencé à s'automutiler en guise de protestation le 19 février 2021", indique leur communiqué, jugeant que cette situation est d'autant plus préoccupante que le cinéaste souffre de problèmes cardiaques et a fréquemment perdu connaissance en prison. Il souffre également de diabète, selon Amnesty, qui avait estimé le mois dernier que les autorités iraniennes "jouent cruellement avec la vie" de Mohammad Nourizad.

Les experts ont aussi précisé que le cinéaste avait été transféré dans un hôpital de Téhéran le 14 avril après s'être évanoui, et qu'on lui avait injecté une substance dont il ignorait le contenu et à laquelle il n'avait pas consenti.

Pour eux, "son cas est emblématique de la situation à laquelle sont confrontés de nombreux militants politiques iraniens en détention".


Des experts des droits humains de l'ONU ont demandé mardi la libération immédiate du cinéaste iranien dissident emprisonné Mohammad Nourizad, s'alarmant d'informations selon lesquelles le réalisateur était si malade qu'il risquait "de graves complications et peut-être la mort"."Nous sommes gravement préoccupés par les mauvais traitements infligés à Mohammad Nourizad et par son...