Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Formation du gouvernement

La consultation entre Aoun et Hariri, un passage naturel, estiment les députés du Hezbollah


La consultation entre Aoun et Hariri, un passage naturel, estiment les députés du Hezbollah

Le chef du groupe parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad. Photo d'archives Ani

Le groupe parlementaire du Hezbollah a qualifié jeudi au cours de sa réunion hebdomadaire de "naturel et constitutionnel" le fait que le Premier ministre désigné Saad Hariri consulte le chef de l'État Michel Aoun en vue de se mettre d'accord avec lui pour former le gouvernement

"La consultation et l'accord entre le Premier ministre désigné et le président de la République en vue de former le gouvernement n'est pas un luxe et n'est pas discrétionnaire. Il s'agit d'un passage naturel et constitutionnel pour la mise en place du gouvernement, a estimé le groupe parlementaire, rappelant que la réalisation de réformes aura un effet positif sur la stabilité du Liban et la confiance des citoyens".

Le Liban est sans gouvernement actif depuis huit mois, après la démission du Premier ministre Hassane Diab quelques jours après la double explosion meurtrière du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Michel Aoun et Saad Hariri, désigné le 22 octobre dernier, se livrent dans ce cadre une bataille rangée au sujet des prérogatives prévues par la Constitution.

Concernant l'affaire Ghada Aoun, procureure près la cour d'appel du Mont-Liban, le groupe parlementaire a estimé que "l'image renvoyée par le pouvoir judiciaire la semaine dernière (...) n'est pas l'image sobre à laquelle aspirent les Libanais". "L'ensemble du système judiciaire au Liban est concerné par les affaires de corruption et les poursuites contre les corrompus, car c'est le moyen légal dont disposent les citoyens pour arrêter l'injustice qu'ils subissent et restaurer leurs droits", a ajouté le groupe. 

Alors qu'elle avait été déférée la veille par le Conseil supérieur de la magistrature devant l'Inspection judiciaire, Ghada Aoun, escortée par des dizaines de partisans qui se sont heurtés aux forces de l'ordre, est à nouveau entrée mercredi par la force dans les locaux de la société Mecattaf pour le transport de fonds, à Aoukar, dans le Metn. Un nouvel épisode dans un feuilleton judiciaire mais aussi politique, sur fond de tensions entre M. Aoun et M. Hariri. 

En ce qui concerne la délimitation des frontières le groupe du Hezbollah a indiqué que "la délimitation des frontières maritimes relève de la responsabilité de l'État et de ses institutions, dont relève la responsabilité de fixer les coordonnées définissant les points frontaliers et l'espace souverain du Liban". "Il ne fait aucun doute que la délimitation des frontières souveraines terrestres et maritimes requiert un accord national équilibré et solide. La Résistance est toujours attachée à son rôle de défense des frontières souveraines que l'État établit avec les Nations Unies, conformément au mécanisme juridique internationalement approuvé", a conclu le groupe.


Le groupe parlementaire du Hezbollah a qualifié jeudi au cours de sa réunion hebdomadaire de "naturel et constitutionnel" le fait que le Premier ministre désigné Saad Hariri consulte le chef de l'État Michel Aoun en vue de se mettre d'accord avec lui pour former le gouvernement. "La consultation et l'accord entre le Premier ministre désigné et le président de...