Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Tarifications différentes du pain en fonction du lieu de vente

Tarifications différentes du pain en fonction du lieu de vente

Un ouvrier dans une boulangerie de Beyrouth, le 26 février 2021. Photo AFP / JOSEPH EID

À partir de samedi, deux tarifications différentes du pain, pour le même poids et la même qualité, coexistent au Liban.

Le ministère de l’Économie et du Commerce, en concertation avec les principaux acteurs de la filière, notamment les boulangers et les distributeurs, a décidé vendredi de rendre plus cher le pain vendu hors des boulangeries. Cette mesure fait suite à l’annonce la semaine passée d’une hausse du poids de la « rabta » sans modification du prix, ce qui a poussé le syndicat des boulangeries à limiter la vente à leurs commerces en guise de protestation. Or, cette situation a été pénible pour les habitants des régions rurales éloignées de la capitale où se concentre l’essentiel des usines de pain arabe libanais, ainsi que pour les distributeurs des régions du Nord, du Sud et de la Békaa notamment, qui se plaignent de ne plus avoir de travail, alors que le pays traverse une grave crise économique et financière.

Ainsi, le grand paquet de pain blanc arabe (rabta) dans les boulangeries pèse désormais 965 grammes au lieu de 960 lors du dernier ajustement la deuxième semaine d’avril pour un prix de 2 500 livres libanaises, soit une baisse de 0,52 %, selon nos calculs. Le prix du petit paquet a, lui, augmenté de 1,93 %, passant de 440 grammes pour un prix de 1 750 livres à 370 grammes pour 1 500 livres. Dans les autres commerces, le prix facturé au consommateur sera, lui, de 2 750 livres pour le grand paquet de 965 grammes et de 1 750 livres pour le petit de 370 grammes. Soit donc une différence de 10 % pour la grande « rabta » et de 16,67 % pour la petite, selon nos calculs.

Les prix intermédiaires (pour les distributeurs) ont pour une fois été communiqués, celui du grand paquet s’élève à 2 150 livres, et à 1 335 livres pour le petit. Depuis octobre 2019, la Banque du Liban (BDL) fournit 85 % des devises nécessaires aux importations de blé au taux officiel de 1 507,5 livres, contre plus de 12 000 lives sur le marché parallèle. Ce taux a été ramené à 100 % en début de mois, le prix du pain étant donc calculé en fonction des cours mondiaux du blé, des carburants et de ceux des autres ingrédients.


À partir de samedi, deux tarifications différentes du pain, pour le même poids et la même qualité, coexistent au Liban. Le ministère de l’Économie et du Commerce, en concertation avec les principaux acteurs de la filière, notamment les boulangers et les distributeurs, a décidé vendredi de rendre plus cher le pain vendu hors des boulangeries. Cette mesure fait suite à l’annonce la...