Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Turquie/Grèce

Ankara a remis le chef de la diplomatie grecque "à sa place", se félicite Erdogan

Ankara a remis le chef de la diplomatie grecque

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan. Photo AFP / Adem ALTAN

La Turquie a "remis à sa place" le ministre grec des Affaires étrangères, s'est félicité vendredi le président Recep Tayyip Erdogan, au lendemain d'un accrochage verbal entre le diplomate grec et son homologue turc en conférence de presse.

Jeudi, le ministre grec Nikos Dendias et son homologue turc Mevlut Cavusoglu ont étalé leurs divergences de façon peu diplomatique devant les caméras, à l'issue d'une visite du premier à Ankara censée apaiser les relations entre la Turquie et la Grèce. M. Dendias a notamment accusé la Turquie d'avoir "violé le droit international" en mer Egée, lui reprochant en outre de mal appliquer un accord sur les migrants avec l'Union européenne. "Si vous portez de telles accusations lourdes contre mon pays et mon peuple, je suis obligé d'y répondre", a fulminé M. Cavusoglu, avant de retourner une série de reproches à son hôte.

"Notre ministre a remis M. Dendias à sa place. Il n'aurait pas pu être plus mesuré, sinon cela aurait été indigne de notre nation et de notre pays", a commenté vendredi M. Erdogan, interrogé par des journalistes à la sortie d'une mosquée à Istanbul.

Le chef d'Etat turc, qui avait lui aussi reçu M. Dendias jeudi, a qualifié ses discussions avec le ministre grec de "chaleureuses". "Malheureusement, les affaires ont pris une autre tournure" lors de l'entretien entre MM. Dendias et Cavusoglu, a-t-il ajouté.

Les tensions entre la Turquie et la Grèce, deux pays voisins et membres de l'Otan, aux relations historiquement délicates, se sont aggravées ces dernières années en raison de forages gaziers effectués par la Turquie dans des eaux grecques en Méditerranée orientale. Leurs relations sont aussi empoisonnées par des griefs réciproques sur le traitement des minorités musulmane en Grèce et orthodoxe en Turquie.

M. Erdogan a d'ailleurs reproché vendredi à la Grèce de nommer directement, "comme s'il était un fonctionnaire", le mufti de Thrace, un haut responsable religieux musulman en Grèce qu'Ankara souhaite voir élu par des imams.


La Turquie a "remis à sa place" le ministre grec des Affaires étrangères, s'est félicité vendredi le président Recep Tayyip Erdogan, au lendemain d'un accrochage verbal entre le diplomate grec et son homologue turc en conférence de presse.Jeudi, le ministre grec Nikos Dendias et son homologue turc Mevlut Cavusoglu ont étalé leurs divergences de façon peu diplomatique devant les...