Rechercher
Rechercher

Économie - Social

Le syndicat des employés de banque appelle à l’arrêt « immédiat » des licenciements abusifs



Le syndicat des employés de banque appelle à l’arrêt « immédiat » des licenciements abusifs

Une seconde vague de licenciements des employés de banque avait été pressentie par des sources concordantes au sein du secteur. Photo João Sousa

À l’issue d’une réunion de son conseil exécutif, le syndicat des employés de banque au Liban a dénoncé dans un communiqué le fait qu’il n’y ait aucune « approche équitable » adoptée pour les licenciements des employés, en plein contexte de grave crise socio-économique et financière. Il a dans ce cadre appelé les administrations et établissements bancaires à « mettre immédiatement un terme » à ces licenciements abusifs qui « ne constituent en aucun cas un moyen qui permet de réduire leurs frais opérationnels », agitant la menace d’une escalade si cela continuait. Dans ce contexte, il a exhorté les directions des banques « à appliquer les mesures présentées par la Fédération des syndicats des employés de banque au sujet des licenciements, (…) et envoyées par e-mail il y a plus de deux mois à tous les directeurs généraux des banques ».

Face à l’éventualité d’un refus, le syndicat a invité tous les employés de banque à « se préparer à des mouvements de contestation » face « au massacre socio-économique » que représentent ces licenciements. Et le syndicat de saluer la proposition de loi présentée début février par le groupe parlementaire des Forces libanaises qui souhaite relever les indemnités versées aux employés du secteur bancaire qui se retrouveraient sans emploi en cas de fusion de plusieurs établissements. Il a appelé le président du Parlement Nabih Berry à l’intégrer à l’ordre du jour de la prochaine séance législative. Parallèlement, le syndicat a souligné qu’il était « inacceptable » qu’il n’y ait pas de politique de revalorisation des indemnités de fin de service – libellées en livres libanaises et qui ont par conséquent perdu plus de 80 % de leur valeur –, tout en promettant de présenter « prochainement » plusieurs propositions allant dans ce sens.

Alors que plusieurs établissements bancaires ont commencé à dégraisser leurs effectifs en 2020, des sources concordantes avaient récemment pressenti l’arrivée d’une seconde vague de licenciements avant même le lancement d’une restructuration du secteur au cours de laquelle plusieurs enseignes pourraient fusionner. Une source contactée par L’Orient-Le Jour début février avait estimé à 20 % la proportion des départs déjà actés en 2020, alors que certains portaient à 40 % la réduction totale d’effectifs à terme, alors que ce secteur comptait plus de 26 000 employés dans ses rangs à fin 2019.


À l’issue d’une réunion de son conseil exécutif, le syndicat des employés de banque au Liban a dénoncé dans un communiqué le fait qu’il n’y ait aucune « approche équitable » adoptée pour les licenciements des employés, en plein contexte de grave crise socio-économique et financière. Il a dans ce cadre appelé les administrations et établissements bancaires à...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut