Rechercher
Rechercher

Politique - Audit juricomptable

Politiques, banques et BDL... Aoun incrimine tous azimuts

L’abandon de l’audit « porterait un coup à l’initiative française », a martelé hier le président de la République lors d’un message aux Libanais.

Politiques, banques et BDL... Aoun incrimine tous azimuts

Le président Michel Aoun, lors d’une allocution télévisée diffusée hier. Photo Twitter/@General_Aoun

Le président, Michel Aoun, qui a fait de l’audit juricomptable son cheval de bataille, a estimé hier soir dans un discours qu’il n’y avait aucune volonté réelle de mener cet audit, critiquant ainsi ses rivaux politiques, notamment le président du Parlement, Nabih Berry, qu’il accuse de bloquer le processus, mais aussi le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, et les banques. Le chef de l’État a, dans ce contexte, prévenu que l’abandon de l’audit des comptes de la Banque centrale ainsi que celui des autres institutions publiques porterait un coup à l’initiative française en faveur du Liban. À travers ses accusations tous azimuts, notamment contre le ministre des Finances (affilié à Nabih Berry) et le gouverneur de la BDL, considéré comme proche des adversaires politiques du président, M. Aoun prend ainsi le risque de politiser l’audit et de rendre sa réalisation plus compliquée encore, tout en cherchant à montrer qu’il se conforme aux exigences internationales telles qu’incarnées par l’initiative française.

« Hier (mardi) la réunion attendue entre les représentants du ministère des Finances, ceux du gouverneur de la Banque centrale et ceux de la société Alvarez & Marsal s’est tenue sans parvenir à des résultats concrets. Une autre réunion a été décidée vendredi. Pour moi, il s’agit d’un nouvel atermoiement et cela confirme le fait qu’il n’y a aucune volonté réelle de procéder à l’audit juricomptable. Preuve en est : le Conseil des ministres avait pris la décision d’effectuer cet audit le 26 mars 2020. Aujourd’hui, plus d’un an après, elle n’a toujours pas été exécutée », a déploré le président dans un message adressé aux Libanais.

Mandaté en septembre 2020 pour réaliser l’audit juricomptable des comptes de la BDL, le cabinet américain Alvarez & Marsal avait toutefois jeté l’éponge deux mois plus tard suite au refus de la Banque centrale de fournir les informations demandées. Un refus que la BDL avait justifié en invoquant la loi sur le secret bancaire. Une réunion entre la Banque du Liban, le ministère des Finances et Alvarez & Marsal, annoncée la semaine dernière, a bien eu lieu mardi en visioconférence et a débouché sur un calendrier qui devrait permettre de relancer l’audit. « Le peuple libanais veut connaître le sort de son argent. Il craint que le fruit de ses années de labeur n’ait été pillé, alors qu’aujourd’hui, on cherche à gagner du temps », a également martelé M. Aoun, alors que les déposants sont soumis, depuis plus d’un an et demi, à des restrictions bancaires draconiennes qui les empêchent d’accéder à leurs économies.

« Coup » à l’initiative française

« Avant mon retour au Liban en 2005, je voyais les risques d’un effondrement financier. Lorsque je suis devenu le chef d’un bloc parlementaire, j’ai réclamé un audit juricomptable des comptes de la Banque centrale et la création d’un tribunal spécial pour les crimes financiers », a rappelé le chef de l’État. « Ces deux revendications sont restées dans les tiroirs. Une fois élu à la présidence de la République, j’ai essayé en vain pendant trois ans d’ouvrir la voie à l’audit juricomptable pour protéger les fonds des déposants. Mais la crise monétaire et financière était en train d’augmenter. Les indices de l’effondrement ont commencé à se manifester à partir de juillet 2019 et la situation tragique est apparue au grand jour le 17 octobre 2019 », a-t-il souligné. Et de poursuivre, ciblant notamment le ministère des Finances : « Le 26 mars de l’année dernière, j’ai demandé au gouvernement présidé par Hassane Diab et au ministre des Finances (Ghazi Wazni, proche de Nabih Berry, NDLR) de prendre les mesures nécessaires pour procéder à l’audit juricomptable pour pouvoir connaître les causes de l’effondrement monétaire et financier (...). Des motifs peu convaincants ont été avancés pour empêcher le gouvernement de charger la société internationale Kroll de procéder à l’audit. Après beaucoup d’efforts, le Conseil des ministres a donné son accord pour charger la société Alvarez & Marsal de l’audit et il a mandaté le ministre des Finances pour signer l’accord conclu avec elle. Cette signature a eu lieu le 1er septembre 2020, c’est-à-dire il y a plus de cinq mois. »

« L’abandon de l’audit juricomptable porterait un coup à l’initiative française. Car sans lui, il n’y aura pas d’aides internationales, ni de

conférence CEDRE, ni un appui arabe et des États du Golfe en particulier, ni de Fonds monétaire international », a encore prévenu Michel Aoun. « L’audit juricomptable est le chemin qui mène vers l’identification de ceux qui ont causé l’effondrement financier. Il n’est pas une demande personnelle du président de la République. Il est au cœur de l’initiative française et des exigences du FMI (...).

C’est une demande de tous les Libanais », a-t-il insisté. S’adressant aux Libanais, il a dit : « Vous pouvez ne pas être d’accord avec moi en politique, mais vous me trouverez toujours à vos côtés dans les causes justes. Je suis en première ligne, devant vous, dans la bataille pour dévoiler les dessous de la plus grosse opération de pillage de l’histoire du Liban. Soyez avec moi, mettez de côté tous les conflits politiques entre vous. »

Réunion du gouvernement Diab

Le président Aoun a également envoyé plusieurs messages aux responsables politiques, à la BDL et aux banques privées. « Aux leaders politiques et non politiques, je dis : “Votre responsabilité est grande devant Dieu, devant le peuple et devant la loi. Ce qui s’est passé n’aurait pas pu se produire si vous n’aviez pas, au minimum, assuré une couverture à la Banque centrale, aux banques privées et au ministère des Finances.” À la Banque centrale, je dis : “La responsabilité principale de la situation repose sur vos épaules. Vous auriez dû réglementer l’action bancaire et prendre les mesures nécessaires pour protéger les dépôts des gens. Vous auriez aussi dû imposer des critères pour les liquidités.” Aux banques, je dis : “Votre responsabilité est claire et vous ne pouvez pas fuir cette réalité.” ». Et de lancer un appel à la communauté internationale : « Aux États qui affichent leur solidarité avec le peuple libanais et réclament la transparence ainsi que des réformes financières et monétaires, je dis : “Aidez-nous à dévoiler les opérations de transfert de fonds réalisées après le 17 octobre 2019.” »

Il a enfin estimé que « faire sauter l’audit juricomptable, c’est porter un coup à la décision du gouvernement ». « J’invite ce gouvernement à tenir une réunion extraordinaire pour prendre les décisions adéquates pour la protection des dépôts des gens, pour la découverte des raisons de l’effondrement et pour définir les responsabilités, en prélude à la demande de comptes et à la récupération des droits », a-t-il dit. Et le président de conclure : « L’audit juricomptable n’est que le début. Cette bataille est peut-être plus difficile que celle de la libération de la terre. »


Le président, Michel Aoun, qui a fait de l’audit juricomptable son cheval de bataille, a estimé hier soir dans un discours qu’il n’y avait aucune volonté réelle de mener cet audit, critiquant ainsi ses rivaux politiques, notamment le président du Parlement, Nabih Berry, qu’il accuse de bloquer le processus, mais aussi le gouverneur de la Banque du Liban, Riad Salamé, et les...

commentaires (26)

En fait Michel Aoun reproche tout simplement à la banque de lui avoir donné de l’argent !Si elle avait refusé nous n’en serions pas là et vraiment je trouve qu’il a raison ! Pourquoi accepter de donner des bonbons quand on sait que cela fait des caries c’est inimaginable !

PHENICIA

22 h 35, le 08 avril 2021

Tous les commentaires

Commentaires (26)

  • En fait Michel Aoun reproche tout simplement à la banque de lui avoir donné de l’argent !Si elle avait refusé nous n’en serions pas là et vraiment je trouve qu’il a raison ! Pourquoi accepter de donner des bonbons quand on sait que cela fait des caries c’est inimaginable !

    PHENICIA

    22 h 35, le 08 avril 2021

  • Tout ce qu’on vous demande pour le moment et en toute urgence, c’est tout simplement un début de solution et sa feuille de route pour limiter tant peu que soi la casse “NI PLUS NI MOINS” Vous aurez ultérieurement tout le temps et le loisir de vous taper dessus, trouver et dévoiler les sois disants coupables... Mais de “Grââââce” arrêter ce jeu de “ping pong” qui ne servira qu’à nous conduire à notre ruine et à la faillite totale

    Paul Chammas

    21 h 47, le 08 avril 2021

  • PATHÉTHIQUE !

    DJACK

    21 h 01, le 08 avril 2021

  • "Tous azimuths" implique l’azimuth 180, celui qui pointe vers soi. De toute évidence cela n’est pas le cas. Donc le titre est incorrect...

    Gros Gnon

    19 h 46, le 08 avril 2021

  • "j’ai essayé en vain". Ces quelques mots résument bien votre discours inutile. En 1989, vous avez essayé en vain de combattre les envahisseurs syriens. Mais vous avez sauvé votre peau avec la poche pleine en vous enfuyant. Depuis 2005, vous avez encore essayé de sauver le pays de l'effondrement et surtout depuis que vous avez accédé à la magistrature suprême. On connait le résultat. Toujours en vain. Tout ce qu'il vous reste à présent est de démissionnez et de laisser la place à des gens plus compétents et surtout plus honnêtes pour sauver le pays. Et si vous avez le courage et le désir de sauver les meubles, vous devez demander une résolution plaçant le Liban sous mandat international. Vous sortirez peut être la tête haute.

    carlos achkar

    16 h 58, le 08 avril 2021

  • Dans ce cas précis, Il fallait agir lorsqu’il s’est emparé de la présidence et non pas lorsque le pays s’écroule suite à ses choix archaïques. La prédation est un mal inguérissable ! Nous avons fabriqué trop de Judas sauf que ce dernier s’est repenti mais son genre a muté entre-temps et le vaccin manque.

    Wow

    15 h 16, le 08 avril 2021

  • Pitoyable et lamentable façon de faire diversion pour dissimuler sa principale occupation actuelle: éliminer son adversaire détesté pour sauver la peau de son gendrounet... Irène Saïd

    Irene Said

    14 h 35, le 08 avril 2021

  • Très beau discours, direct et honnête, agir en conséquence par le président et son équipe amènera le Salut du pays et mettra finalement un point final à nos problèmes!! Visionnaire, sûrement, et dans ce point il rejoint Sayed Hassan qui depuis longtemps parlait de nos problèmes et nous offrait des solutions pratiques... Hahahaha... Je vous ai eu non!? Un autre discours du Prez pour nous dire qu'il est le.meilleur des honnêtes et le plus visionnaire des visionnaires mais que tout ce qu'il touche se brise et s'écrase car les autres ne le laissent pas danser à son rythme... Encore 10 minutes de perdues mais au moins bien moins long que les discours fleuves à doigt levé de hassan....

    Wlek Sanferlou

    13 h 51, le 08 avril 2021

  • Même si on connaît le souffleur de la fosse, mais que blatère t-il encore? Et pour qui?

    Je partage mon avis

    13 h 26, le 08 avril 2021

  • Il connaît la vérité, et s'en offusque.

    Esber

    13 h 15, le 08 avril 2021

  • Mr le President Excellent discours hier soir ,bien sûr la Banque Centrale et les banques aussi sont responsables devant tout les citoyens Libanais .Mais , un grand mais. ,il fallait etre encore plus transparent et dire dans votre discours qui a delapide l argent du contribualble.il fallait aussi preciser que le role de la banque Centale a pour role et mission d assurer les charges de l etat , en lui assurant ses besoins ,et que cette derniere est censee les lui rendre .Si depuis plusieurs annees elle ne lui rend pas l argent qu elle s est empruntee , d ou va il rendre l'argent aux banques et par consequent aux deposants ? donc c'est bien l etat comprenant tout les partis au pouvoir sont responsables d avoir delapider l argent des deposants. l'erreur fatale du gouverneur de la banque Centrale c'est d' avoir continuer a assurer les besoins de l etat sans qu elle ne rende ses anciens prets .il fallait q u il arrete de les lui assurer . Pourquoi a t il continuer a le faire ,qui sait? s'il ose ,il est le seul a pouvoir repondre a cette question .

    Jimmy Barakat

    12 h 50, le 08 avril 2021

  • IL AVAIT VU DEPUIS 2005 VENIR L,EFFONDREMENT ECONOMIQUE ET SURTOUT FINANCIER A CAUSE DE LA CORRUPTION FLAGRANTE. ET LES PLUS DE 80 MILLIONS DE DOLLARS EMPORTES PAR VOUS DANS LES POCHES DE LA PYJAMA ? EN FUYANY POUR L,AMBASSADE FRANCAISE. COMMENT APPELLE-T-ON CA ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 57, le 08 avril 2021

  • JE SUIS INCOMPÉTENT TOTALEMENT. MAIS JE SUIS UN VISIONNAIRE. J'AI VU TOUT ÇA EN 2005 QUAND MÊME. J'AI RIEN VU SUR BASSIL. JE PEUX PAS PARTIR, L'IRAN A BESOIN DE MA COUVERTURE JE SUIS UTILE POUR LE HEZBOLLAH. JE RESTE.

    Gebran Eid

    11 h 26, le 08 avril 2021

  • Hey, vous devez vous plaindre auprès du président de la république de ce pays et lui rapporter toutes vos doléances. Non mais il s’entend parler? Il se plaint comme s’il avait usé de son pouvoir et de son entêtement pour exiger de chaque responsable de respecter la constitution et ses lois sous peine de les voir virés de leur poste comme il le fait maintenant pour bloquer le pays et évincer Hariri. Il était où durant toutes ces années de pillage et de spoliation du pouvoir et de la souveraineté? Quel rôle à t-il joué pour empêcher tout ça? Il a dit dans un de ces récents discours que sa fonction lui permettait de dépasser les exigences du premier ministre sans avoir le tiers bloquant et d’exercer son pouvoir en tant que président en toute circonstance. Il a eu la majorité absolue dans ce gouvernement et n’a fait qu’assister à la destruction du pays en félicitant les pilleurs fossoyeurs à chaque fois que l’occasion se présentait. Il n’a jamais montré le moindre désaccord avec les vendus qui ont détruit ce pays mais les faisait passer pour les héros résistants. Il vient de se réveiller et de constater le désastre auquel il a participé activement jusqu’à ce que plus rien ne soit possible pour redresser le pays . Il a offert le pouvoir aux polichinelles et aux partis vendus armés pour rester sur son fauteuil et le céder à celui qu’il a choisi comme successeur pour perpétuer la destruction et le pillage du pays et envoyer en enfer ses citoyens comme il l’avait promis.

    Sissi zayyat

    11 h 00, le 08 avril 2021

  • Et l’audit de l’électricité pendant qu’il y est pourquoi pas?Seulement la fourche est bien orientée et elle ne peut aller dans tous les sens surtout quand c’est la langue !

    PHENICIA

    10 h 41, le 08 avril 2021

  • LES 40 MILLIARDS DE DOLLARS DE LA DETTE VIENNENT DES DEFICITS DE L,EDL. SON GENDRE AVEC SON CPL ETAIENT LES MINISTRES DE L,ENERGIE POUR PLUS DE NEUF ANS. LES BARGES TURQUES, LE SCANDALE DU SIECLE DE LA GRANDE LATTA, AVEC PROMESSE D,ELECTRICITE 24/24, SONT LEUR OEUVRE. PLUS LES BOYCOTTAGES UNE FOIS DE 2,5 ANS POUR QU,IL ACCEDE A LA CHAISE, UNE AUTRE DE 9 MOIS POUR IMPOSER SON GENDRE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ET UNE PANOPLIE DE BOYCOTTAGES CHAQUE FOIS POUR UNE RAISON PERSONNELLE. COMMENT VOULIEZ-VOUS QUE LA BDL ET LES INSTITUTIONS FONCTIONNENT ? TOUT LE MAL VIENT DE LUI, DE SON GENDRE ET DE LEURS ALLIES LE HEZBOLLAH.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 35, le 08 avril 2021

  • finalement j'ai choisi d'en rire .... ""L’abandon de l’audit « porterait un coup à l’initiative française.... "" faute de pouvoir en faire autre chose de cette declaration ....

    gaby sioufi

    10 h 34, le 08 avril 2021

  • Il a voulu faire beaucoup de choses : des réformes, lutte contre la corruption, audit de la BdL et des banques mais il n’a réussi dans aucun domaine. En toute logique cartésienne ce monsieur est donc incompétent dans toutes les fonctions qu’il a occupé. De plus pourquoi il n’a même pas évoqué les divers scandales du ministère de l’énergie ??

    Liberté de Penser

    10 h 27, le 08 avril 2021

  • en somme, de la mauvaise foi aussi crûment jeter a la face du citoyen ? DU JAMAIS VU !

    gaby sioufi

    10 h 13, le 08 avril 2021

  • SHARSHAH EL MASSIHIYEH EL LEBNENIYE BEL 3ALAM KELLOU. IL A MEME FAIT TOUT LE MONDE PASSER PAR LE VATICAN. MAIS L,ATTITUDE GENERALE EST CONTRE LUI ET SON GENDRE ET SES EXIGENCES ET LES PREROGATIVES QU,IL SE VEUT DONNER LUI0MEME D,UN AUTRE TEMPS COMME LE DIT POLIMENT LEDRIAN POUR NE PAS EMPLOYER LES MOTS ADEQUATS.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 12, le 08 avril 2021

  • C'est un vrai probleme que le president soulève. L'orient le Jour devrait le mettre en premier

    Le Liban d'abord

    09 h 51, le 08 avril 2021

  • Monsieur Aoun s’entend-il parler? « Vous pouvez ne pas être d’accord avec moi » dit il. !!! Personne ne lui a dit que ce n’est pas une question de divergence d’avis?? Monsieur Aoun: Personne n’a confiance en vous. Ce n’est pas la peine de sous-estimer le rejet des libanais de votre présence « vous, votre gendre et votre entourage orange ». Depuis le début, vous avez remis le Liban aux syriens en divisant la region que vous avez contrôlé. Les soldats libanais et moines résistants ( je pense au père albert cherfane des pères antonins) ont été kidnappés et tués alors que vous aviez sauvé votre peau à l’ambassade de france puis à Nice. Vous êtes revenus en 2005 et avez divisé aussi le 14 mars en vous alliant aux ennemis du liban libre et pacifiste . Durant des années vous avez suivi et couvert le Hezbollah et syrie. Et là??? Votre approche est juste « une divergence de point de vue »? NON M. AOUN, votre comportement, dans d’autres pays avec d’autres lois aurait eu des conséquences juridiques qui auraient fait le tour des médias et du monde. Au liban, c’est le bordel mais les libanais ne veulent plus de vous. Sachez le. Au cas où vos conseillers vous l’auraient caché ? Bonne journée et merci pour la publication svp

    radiosatellite.online

    09 h 48, le 08 avril 2021

  • Une fois de pus il dirige les regards vers d'autres sujets afin d’éviter de parler du vrai problème du Liban: Le Hezbollah. Sans compter qu'il essaye de couvrir toute la mauvaise gestion politique du pays depuis son retour en 2005. Que le Hezbollah ferme boutique et alors seulement vous pourrez faire tous les audits du monde jusqu’à celle de votre propre poche et de celle de votre protégé imbassil. Charité bien ordonnée commence par soi même.

    Pierre Hadjigeorgiou

    09 h 31, le 08 avril 2021

  • Although I don't support all the policies and initiatives of the FPM, I applaud President Aoun for telling it like it is and denouncing the politicians, and governor of the Central Bank for blocking the forensic audit. If they were not guilty of corruption, they would have nothing to hide. At the same time, I'm surprised that, although President Aoun has been in his position for nearly 4 years, he didn't know that the finances for the Central Bank were deteriorating long before 2019 and despite that, he pushed for a major salary increase for public sector employees that undoubtedly accelerated the financial collapse.

    Mireille Kang

    00 h 58, le 08 avril 2021

  • AVANT TOUT SANS GOUVERNEMENT L,AUDIT JURISCOMPTABLE DE LA BCL ET DES AUTRES INSTITUTIONS NE PEUT PAS SE FAIRE. IL MET LE CHARIOT DEVANT LES MULETS. - APRES MEME SI MILLE AUDIT JURISCOMPTABLES SONT FAITS TANT QUE LES MERCENAIRES IRANIENS SERONT PRESENTS SUR LE SOL DU LIBAN AUCUN PAYS ET AUCUN INVESTISSEUR NE SE HASARDERAIT A Y METTRE UNE PIASTRE. C,EST LA CONDITION PRINCIPALE DES INTERNATIONAUX ET DES ARABES. - IL NOUS RESTERAIT POUR INVESTISSEUR LA COREE DU NORD...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    00 h 51, le 08 avril 2021

  • "... Lorsque je suis devenu le chef d’un bloc parlementaire ..." - D'un bloc parlementaire, ou d'un bloque parlementaire?...

    Gros Gnon

    00 h 12, le 08 avril 2021

Retour en haut