Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Mer Rouge

Israël soupçonné d’être derrière l’explosion sur un navire iranien

Israël soupçonné d’être derrière l’explosion sur un navire iranien

Un cargo non identifié navigue vers le détroit d'Ormuz au large des côtes de Khasab, à Oman, le 15 janvier 2012. Marwan Naamani/Archives/AFP

Téhéran a annoncé hier qu’« un navire commercial » iranien, le Saviz, croisant en mer Rouge, avait été endommagé la veille par une explosion d’origine indéterminée alors que des informations de presse font état d’une attaque de « représailles » israélienne. Le Saviz est-il un « navire civil » assurant la « sécurité maritime », comme l’affirme le ministère des Affaires étrangères de la République islamique, ou un bâtiment utilisé par les forces armées du pays, comme l’écrit l’agence iranienne Tasnim ? Les informations contradictoires sur l’avarie qu’il a subie surviennent en tout cas dans un climat de tensions entre Israël et l’Iran, sur fond d’informations et d’accusations réciproques d’attaques contre des navires de chacun de ces deux pays ennemis depuis le début du mois de mars.

Selon le porte-parole des Affaires étrangères, Saïd Khatibzadeh, ce « navire commercial iranien » a été « légèrement endommagé en mer Rouge près des côtes de Djibouti mardi 6 avril vers 6 heures du matin, heure locale, par une explosion dont l’origine fait l’objet d’une enquête ». « L’accident n’a fait aucune victime, et des enquêtes techniques sont en cours pour en déterminer les circonstances et l’origine, et notre pays prendra toutes les mesures nécessaires par le biais des autorités internationales à cet égard », a déclaré M. Khatibzadeh.

Le porte-parole a aussi affirmé que l’Iran avait annoncé antérieurement que, « en coordination avec l’Organisation maritime internationale », agence de l’ONU, le Saviz était un « navire civil (...) déployé dans la région de la mer Rouge et du golfe d’Aden pour assurer la sécurité » des voies de navigation dans cette zone. « Ce navire servait concrètement de station logistique – support technique et logistique – de l’Iran en mer Rouge », a-t-il ajouté.

« Mines magnétiques »

Plus tôt, l’agence iranienne Tasnim avait rapporté que le Saviz était un navire utilisé par les forces armées iraniennes et qu’il avait été endommagé par « l’explosion de mines magnétiques sur sa coque ». L’agence, qui cite sans plus de précision des informations obtenues par son correspondant Défense, indique que le navire endommagé, le Saviz, patrouille « en mer Rouge depuis quelques années en appui aux commandos iraniens déployés (dans cette zone) pour escorter des navires commerciaux ». Selon le site spécialisé MarineTraffic, le Saviz est un navire transporteur de marchandises appartenant à l’IRISL, la compagnie maritime publique iranienne, construit en 1999.

Citant une source officielle américaine, le New York Times rapporte de son côté que « les Israéliens ont prévenu les États-Unis que leurs forces avaient frappé le (Saviz mardi) à environ 7h30, heure locale ». De même source, ajoute le quotidien américain, « les Israéliens ont présenté cette attaque comme une mesure de représailles à des frappes antérieures de l’Iran contre des navires israéliens » et « le Saviz a été endommagé sous sa ligne de flottaison ».

Les autorités israéliennes n’ont pas réagi immédiatement aux informations du journal. S’exprimant hier matin à la radio israélienne, Ram Ben Barak, député et ancien directeur adjoint du Mossad (renseignements extérieurs) a déclaré : « Je ne sais pas si cette information est vraie ou non, mais si elle est correcte, alors il semble que quelqu’un veut faire savoir (aux Iraniens) que nous aussi nous savons comment causer des dégâts à des bateaux n’importe où et qu’ils devraient être prudents. »

Source : AFP


Téhéran a annoncé hier qu’« un navire commercial » iranien, le Saviz, croisant en mer Rouge, avait été endommagé la veille par une explosion d’origine indéterminée alors que des informations de presse font état d’une attaque de « représailles » israélienne. Le Saviz est-il un « navire civil » assurant la « sécurité maritime »,...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut