Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Arabie saoudite

Visite très attendue du Premier ministre irakien à Riyad pour renforcer les liens


Visite très attendue du Premier ministre irakien à Riyad pour renforcer les liens

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, accueillant le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi à Riyad en Arabie saoudite, le 31 mars 2021. Photo Iraqi Prime Minister Media Office/Handout via REUTERS

Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a accueilli le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi à Riyad mercredi, à l'occasion d'une visite très attendue destinée, selon les autorités, à renforcer les liens commerciaux entre les deux pays jadis en froid.

La visite intervient après que l'Irak et l'Arabie saoudite ont rouvert leur frontière terrestre - le passage d'Arar - en novembre dernier pour la première fois en 30 ans, dans le cadre d'efforts conjoints pour normaliser des liens autrefois gelés. "L'objectif de ce voyage est de discuter et d'étendre la coopération en cours et le travail du comité irako-saoudien", qui a supervisé la réouverture d'Arar, a déclaré à l'AFP un responsable irakien. La visite vise à "renforcer davantage la coopération économique et les investissements" ainsi qu'à "explorer les moyens de renforcer la stabilité régionale", a ajouté le responsable.

M. Kazimi devait se rendre en Arabie saoudite pour son premier voyage à l'étranger en tant que Premier ministre en juillet dernier, mais la visite a été annulée à la dernière minute en raison de l'hospitalisation du roi Salmane. Moustafa al-Kazimi s'est alors rendu en Iran, autre voisin de l'Irak et grand rival de Riyad, où il a rencontré le guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei. La visite en Arabie saoudite "a pour but de consolider les excellentes relations entre nos deux pays frères", a écrit Moustafa al-Kazimi sur Twitter avant son arrivée à Riyad. Le Premier ministre irakien, qui entretient des liens personnels étroits avec le prince héritier saoudien, marche sur une corde raide diplomatique.

Bagdad se trouve régulièrement pris dans le bras de fer entre, Téhéran, qui exerce une grande influence en Irak, et Riyad et Washington, deux capitales avec qui il entretient des relations tortueuses. Arar a été rouvert aux marchandises et aux personnes en novembre pour la première fois depuis que Ryad a rompu ses relations diplomatiques avec Bagdad en 1990, à la suite de l'invasion du Koweït par l'ex-dictateur irakien Saddam Hussein.


Le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a accueilli le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi à Riyad mercredi, à l'occasion d'une visite très attendue destinée, selon les autorités, à renforcer les liens commerciaux entre les deux pays jadis en froid.La visite intervient après que l'Irak et l'Arabie saoudite ont rouvert leur frontière terrestre - le passage...