Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Initiative

Chats et chiens ont désormais leur nourriture « made in Lebanon »

En montant « The Pet Food Factory », spécialisée dans les aliments pour nos amis les chiens et chats, le jeune Raphaël Nassif donne une dernière chance au Liban qu’il dit ne pas (encore) vouloir quitter.

Chats et chiens ont désormais leur nourriture « made in Lebanon »

Raphaël Nassif, cofondateur de The Pet Food Factory. Photo Michel Sayegh

C’est un parcours de combattant qu’a effectué ce jeune homme aux grands yeux bleus avides de conquérir le monde de la restauration. Après des études d’hôtellerie à l’école de gestion hôtelière Les Roches en Suisse, il fait un stage en cuisine au Mariott de Marbella puis rentre au Liban. Durant plus d’un an, Raphaël Nassif gère le restaurant Toto à Gemmayzé, avant d’investir, avec quelques amis, dans le restaurant Bloom à Badaro et en se lançant dans une franchise de l’Entrecôte en Iran. Les courants sont contre lui et après s’être fait un nom attirant jeunes et moins jeunes dans ce restaurant à l’ambiance festive, le vent de la révolution souffle au Liban tandis qu’en Iran, c’est la crise économique qui sévit. Autant de facteurs qui vont obliger le jeune homme de 31 ans à fermer boutique et suspendre ses projets. Et pourtant, rien ne l’arrête… Une fois de plus, il quitte le pays, pour le Qatar cette fois, cherchant une opportunité sous d’autres cieux sans doute plus cléments. La pandémie le poursuit. Confiné durant trois mois, il rentre à nouveau au Liban pour se retrouver au point de départ dans un pays où les possibilités de travail se réduisent comme peau de chagrin. Un pays où la livre libanaise bat de l’aile et où la jeunesse, en masse, pense à l’exil, entre multiples confinements, fermetures de restaurants et crise économique sans précédent… Raphaël Nassif se donne le temps de réfléchir à une voie de sortie. Et trouve un projet et une solution adaptés aux besoins ponctuels des Libanais et de leurs bourses…

Raphaël Nassif, cofondateur de The Pet Food Factory. Photo Michel Sayegh

Sans colorants ni conservateurs

C’est ainsi que lui vient l’idée de lancer The Pet Food Factory. Ayant grandi dans une famille avec de nombreux chiens, où la nourriture qui leur était donnée était principalement « faite maison », Raphaël va penser à transformer sa cuisine. « Je me suis rendu compte qu’à cause du coronavirus, les Libanais abandonnaient leurs animaux dans la rue, craignant qu’ils soient contagieux et passeurs de maladie. De plus, la crise financière a obligé de nombreuses personnes à se débarrasser de leurs animaux domestiques parce qu’ils n’avaient plus les moyens de les nourrir, les croquettes, pâtés et autres friandises en grandes surfaces et chez les vétérinaires devenant très coûteux, puisque indexés au dollar. Pourquoi ne pas cuisiner moi-même pour ces adorables bêtes qui sont un facteur d’équilibre et de calme dans une maison ? explique-t-il. J’avais déjà le savoir-faire. Il me suffisait seulement de me procurer les machines nécessaires et de me trouver un partenaire qui m’aiderait dans la besogne. » C’est avec son ami Karim Mogharbel qu’ils donnent forme à ce projet qu’ils baptiseront le « projet de la dernière chance » en se répartissant les tâches. « Au moins, on aura essayé », dit-il encore. Pour les deux amis, la première étape a consisté à se procurer les machines nécessaires. Puis à contacter les fournisseurs (supermarchés, boucheries…) pour s’approvisionner en viandes, volailles ou poissons, qu’ils prendront soin de bien gratter pour les débarrasser de toute graisse et qu’ils cuisineront avant de les introduire dans la machine. « Nous n’utilisons pas de viande crue, précise Raphaël Nassif, comme il est d’usage dans d’autres pays, car je n’ai pas vraiment confiance dans la viande fournie localement. On ne sait jamais et je tiens à la bonne santé des bêtes. » Enfin, après avoir reçu un certificat du laboratoire de l’AUST confirmant la conformité des produits aux normes sanitaires, il a fallu passer à la troisième étape, celle du packaging, qui risquait d’être coûteux. Là aussi, la solution est trouvée. « Nous avons prévu pour les croquettes un packaging en kraft recyclable que le client achèterait une seule fois et remplirait par la suite. Un autre moyen de faire des économies. Et chacun pourra acheter la quantité qu’il désire. » Aujourd’hui, Raphaël Nassif affirme que le projet est sur de bons rails. Avec, en prime, des accords avec certains vétérinaires et des écoles de dressage de chiens qui distribueront leurs produits sous le label et l’emballage Kitchi Pet, avec un grammage précis. Les clients quant à eux peuvent se fournir directement auprès de la Pet Food Factory qui se situe à Tabaris, en attendant qu’un système de livraison soit mis au point. Dans un contexte d’inflation record, les prix de ce produit made in Lebanon devraient séduire les propriétaires d’animaux. « Notre but, à Karim et moi, n’est pas de faire de l’argent au Liban, mais de pouvoir nourrir sainement les animaux et, ensuite, de nous faire un nom à l’étranger », affirme Raphaël Nassif. Exporter serait un rêve pour ces jeunes entrepreneurs. Un rêve qui semble accessible.

Pour contacter Raphaël Nassif : +96171008018

[email protected]


C’est un parcours de combattant qu’a effectué ce jeune homme aux grands yeux bleus avides de conquérir le monde de la restauration. Après des études d’hôtellerie à l’école de gestion hôtelière Les Roches en Suisse, il fait un stage en cuisine au Mariott de Marbella puis rentre au Liban. Durant plus d’un an, Raphaël Nassif gère le restaurant Toto à Gemmayzé, avant...

commentaires (6)

bravo et mille bravos. Enfin un peu d'oxygène et une initiative qui nous rappelle qu'il existe des gens "qui en veulent" et défient les obstacles

radiosatellite.online

21 h 41, le 31 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • bravo et mille bravos. Enfin un peu d'oxygène et une initiative qui nous rappelle qu'il existe des gens "qui en veulent" et défient les obstacles

    radiosatellite.online

    21 h 41, le 31 mars 2021

  • Bonne initiative mais pourquoi le nom "The Pet Food Factory" ? Un nom en libanais aurait ete mieux je pense. Un jeu de mot sur "Nahr el Kalb" le chien c'est Kalb donc peut etre "Souk el Kalb".

    Stes David

    18 h 02, le 31 mars 2021

  • ca aurait ete bien si vous aviez donne une adresse precise ou un numero de telephone

    Le Herisson

    12 h 17, le 31 mars 2021

  • THUMBS UP !

    Remy Martin

    11 h 43, le 31 mars 2021

  • excellent projet .

    SALEH SROUR / INSTALLMENT & INSURANCE SAL. 2489

    10 h 37, le 31 mars 2021

  • Superbe initiative . Courage et bonne chance les garçons .

    Chaker Tadros

    00 h 25, le 31 mars 2021

Retour en haut