Rechercher
Rechercher

Campus - INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Une solution made in Lebanon pour réviser efficacement

Une solution made in Lebanon pour réviser efficacement

Raymonde Akiki. Photo DR

Voilà une nouvelle positive qui devrait rendre en partie le sourire aux jeunes Libanais en cette période de crise. Deux étudiants de 20 ans, Raymonde Akiki et Oliver Tannous, en 3e année à l’Institut national des télécommunications et de l’informatique (INCI) de l’Université Saint-Joseph (USJ), ont mis au point une solution intelligente baptisée Viktorina-AI. L’objectif de cette application, qui a obtenu le premier prix au concours en intelligence artificielle de l’AI Ready Academy : permettre aux lycéens, bacheliers et jeunes universitaires de réviser, mémoriser et apprendre efficacement. « En tant qu’étudiants, nous avons trop souvent de longs paragraphes à mémoriser, beaucoup de données à assimiler, des dates, des mots-clefs et des termes techniques à retenir. Les révisions peuvent être réellement difficiles. C’est donc pour remédier à ce problème qui nous touche de près que nous avons pensé à une méthode qui pourrait améliorer notre capacité à mémoriser l’information, à une technique qui nous permettrait de nous tester nous-mêmes », avance Raymonde Akiki. S’appuyant sur le rappel actif (Active Recall), un concept qui consiste à stimuler activement la mémoire, plus particulièrement à consolider la mémoire à long terme pendant le processus d’apprentissage, Viktorina-AI permet en effet de générer systématiquement des questions avec leurs réponses respectives à partir d’un texte ou encore d’un paragraphe tiré d’un cours que fournit l’usager. L’application web a été développée dans le cadre d’un programme éducatif organisé par la compagnie Zaka AI en partenariat avec Microsoft et auquel les deux universitaires ont pris part. Étalé sur trois mois, le parcours AI Ready Academy ambitionne d’initier des jeunes toujours en études aux principes fondamentaux de l’informatique en nuage (cloud computing), de la science des données et de l’intelligence artificielle, de les outiller des compétences et des savoir-faire nécessaires, et de mettre le pied à l’étrier aux projets qui le méritent. Pour cette édition de « Ready, Set, Hack Competition », il a rassemblé des équipes mixtes regroupant 130 étudiants de plus de 25 universités en provenance de 7 pays différents de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA).

« C’était une expérience belle et enrichissante, mais pas toujours facile », précise Raymonde Akiki. En effet, l’équipe de Viktorina-AI, composée à la base de six personnes, s’est rapidement résumée à deux. Une contrainte supplémentaire qui est venue s’ajouter à la pression des examens à l’université. Cependant, ni l’effectif réduit ni le stress n’ont réussi à entamer l’enthousiasme du duo. « Ce parcours nous a permis de comprendre comment l’intelligence artificielle fonctionne au niveau technique et de nous familiariser avec les différentes étapes pour aboutir à une solution et obtenir en plus une certification de Microsoft », ajoute-t-elle.

« Durant un peu plus de deux mois, nous avons consacré sept heures par semaine pour travailler sur notre projet. Il s’agissait d’un apprentissage autodirigé, mais, chemin faisant, nous avons profité d’un suivi et d’un accompagnement personnalisés », explique pour sa part Oliver Tannous.


Oliver Tannous.. Photo DR


Une belle propulsion sur le marché du travail

L’aventure ne s’arrête pas là pour les deux lauréats récompensés, entre autres, pour la créativité et la qualité « commercialisable » de leur idée. Ils bénéficieront en effet d’ici de peu de sessions de mentorat, à raison d’une session par semaine pour une durée de deux mois, sachant qu’ils disposent d’un an seulement pour perfectionner leur solution avant de l’exploiter via une plateforme web. « Là, tout devient très sérieux. Notre site est payant. C’est pourquoi nous envisageons de l’optimiser et d’ajouter de nouvelles fonctionnalités afin d’accroître sa rentabilité, mais nous chercherons surtout à le sécuriser », précise Oliver Tannous. Une belle propulsion sur le marché du travail pour ces jeunes concepteurs.




Voilà une nouvelle positive qui devrait rendre en partie le sourire aux jeunes Libanais en cette période de crise. Deux étudiants de 20 ans, Raymonde Akiki et Oliver Tannous, en 3e année à l’Institut national des télécommunications et de l’informatique (INCI) de l’Université Saint-Joseph (USJ), ont mis au point une solution intelligente baptisée Viktorina-AI. L’objectif de cette...

commentaires (3)

Excellente et ravivante initiative!! Merci les jeunes!!

Wlek Sanferlou

23 h 47, le 26 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Excellente et ravivante initiative!! Merci les jeunes!!

    Wlek Sanferlou

    23 h 47, le 26 mars 2021

  • Très ingénieux !

    MGMTR

    00 h 23, le 26 mars 2021

  • BRAVO

    COVARRUBIAS MARCIA

    08 h 12, le 25 mars 2021

Retour en haut