Rechercher
Rechercher

Politique - Gouvernement

Une brèche s’ouvre dans le mur érigé entre Baabda et la Maison du Centre

Le chef de l’État et le Premier ministre désigné auraient jeté du lest sous le coup des pressions internationales et des menaces de sanctions contre l’establishment libanais.

Une brèche s’ouvre dans le mur érigé entre Baabda et la Maison du Centre

Le Premier ministre désigné s’est adressé brièvement à la presse après son entretien avec Michel Aoun Photo Dalati et Nohra

C’est un nouvel espoir que la rencontre entre le chef de l’État et le Premier ministre désigné a insufflé hier, alors que personne ne s’attendait à un dégel aussi rapide dans les relations entre les deux hommes. Si rien n’est encore acquis à ce stade, à part une promesse de se rencontrer à nouveau lundi prochain – ce qui en soi est un léger pas en avant – on peut du moins en conclure qu’une percée a été effectuée sur le plan de la reprise de la communication. Elle serait en grande partie le fruit de nouvelles pressions internationales exercées notamment par Paris, qui aurait brandi avec ses partenaires européens le spectre des sanctions.

Selon les premières informations distillées de part et d’autre, l’entretien qui a duré une heure s’est déroulé dans le calme, mais n’a pas abouti pour autant à des résultats concrets. Les deux hommes sont toutefois convenus de poursuivre les échanges lundi prochain pour parvenir à la formation d’un cabinet le plus tôt possible.

Lire aussi

Sanctions : Paris passe à la vitesse supérieure au Liban

« J’ai évoqué avec le président ma vision pour la formation d’un gouvernement composé de 18 ministres experts et j’ai écouté les remarques du chef de l’État », a annoncé Saad Hariri à sa sortie du palais présidentiel. « Le but essentiel du gouvernement est de mettre un terme à l’effondrement, a souligné le Premier ministre désigné. Il faut regagner la confiance de la communauté internationale », a-t-il dit.

Quant à la présidence de la République, elle s’est contentée de citer brièvement dans un tweet le Premier ministre désigné. « Nous nous sommes mis d’accord pour nous réunir à nouveau lundi et il y aura des réponses quant à la possibilité de former un gouvernement le plus tôt possible », a écrit Baabda en citant Saad Hariri. Selon des sources du palais citées par notre correspondante Hoda Chedid, « aucune mouture complète n’a été proposée », une tâche qui sera probablement à l’ordre du jour lundi prochain.

Des informations que confirment à L’Orient-Le Jour des sources du camp aouniste qui soutiennent que les questions de la « distribution des portefeuilles, de la taille du cabinet et des noms » seront évoquées lors de la prochaine rencontre.

Selon une source proche du courant du Futur, cette visite était principalement destinée à « ne pas pousser les Libanais encore plus au désespoir ». « Saad Hariri a axé son approche du problème sur le facteur humain principalement, réitérant devant le chef de l’État les raisons qui le poussent à s’attacher à cette formule de cabinet », poursuit-on de même source.

En amont de l’entretien Aoun-Hariri, le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, qui mène une médiation pour tenter de rapprocher les vues des protagonistes, s’était rendu quelques heures plus tôt au palais de Baabda, avant de se réunir avec le président du Parlement Nabih Berry, à Aïn el-Tiné. Une double réunion qui devait paver la voie, non pas tant à une solution imminente, mais au bon déroulement du tête-à-tête Aoun-Hariri et à calmer le jeu entre les différents protagonistes, devait-on apprendre de source informée.

Menaces réciproques

Depuis des mois, Michel Aoun et Saad Hariri ne se parlaient plus que par médias interposés, se lançant critiques et accusations mutuelles. Après l’échange d’une extrême hostilité qui a eu lieu mercredi soir entre les deux hommes, le mur du silence s’est tout d’un coup brisé. En dépit des menaces proférées de part et d’autre, et d’une mise en scène laissant croire à un nouveau round d’inimitié, c’est le contraire qui s’est produit.

Le chef de l’État avait haussé le ton mercredi soir en demandant au Premier ministre de céder la place à une autre personne capable de mener à bien cette mission ou de se rendre au palais de Baabda afin de former « immédiatement un gouvernement » en accord avec la présidence. Une menace que Saad Hariri ne s’est pas privé de réinvestir à son compte, invitant le président de prévoir à son tour l’opportunité d’organiser une élection présidentielle anticipée s’il n’était pas disposé à signer le décret de formation d’un cabinet de technocrates non partisans « tel que cela est requis », comprendre : sur la base de la feuille de route française.

Lire aussi

Hassane Diab, Premier ministre malgré lui

Saad Hariri, qui s’est déjà entretenu avec le chef de l’État à seize reprises, estime avoir rempli déjà son devoir constitutionnel en soumettant au président une formule de 18 ministres technocrates qu’il refuse de modifier, même si par ailleurs il se dit prêt à faire preuve de flexibilité autour de certains noms de ministrables.

Baabda rechigne toujours à avaliser cette mouture à laquelle le chef de l’État considère n’avoir pas assez contribué. Il souhaiterait ainsi choisir des ministres qui lui sont proches et élargir le gouvernement pour y inclure 20 membres.

« Il faut reconnaître que l’expérience avec le gouvernement de Hassane Diab n’a pas été concluante. Des ministres comme Nassif Hitti, Marie-Claude Najm et Raymond Ghajar, théoriquement comptés dans notre camp, ont fait preuve d’une indépendance totale », confie un cadre issu du camp aouniste. On en déduit que le président et donc le courant aouniste souhaitent être rassurés quant à la loyauté des « experts » qui les représenteront au sein de l’exécutif. Un point de vue que le chef du Courant patriotique libre Gebran Bassil a expliqué mercredi à l’ambassadeur de Russie Alexandre Rodakov, avec lequel il s’est entretenu pendant plus de deux heures. Le gouvernement mais également les dossiers de la région étaient au menu de l’échange, indique une source proche du CPL.


C’est un nouvel espoir que la rencontre entre le chef de l’État et le Premier ministre désigné a insufflé hier, alors que personne ne s’attendait à un dégel aussi rapide dans les relations entre les deux hommes. Si rien n’est encore acquis à ce stade, à part une promesse de se rencontrer à nouveau lundi prochain – ce qui en soi est un léger pas en avant – on peut du moins...

commentaires (14)

Le mur a été consolidé, et la brèche d'espérance vite obturée par le parrain du régime.

Esber

22 h 02, le 19 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • Le mur a été consolidé, et la brèche d'espérance vite obturée par le parrain du régime.

    Esber

    22 h 02, le 19 mars 2021

  • BRECHE PAR LAQUELLE POURRAIT GLISSER UNE FOURMI ?

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    20 h 05, le 19 mars 2021

  • Les criminels , vous les connaissez, n'ont pas terminé à détruire le pays , quelle honte , Mr. Aoun , Bassil , Berry et le plus grand de tous HN???

    Eleni Caridopoulou

    18 h 26, le 19 mars 2021

  • Les responsables de notre pays, No 1 et No 3 qui sont incapables de s'entendre, chacun étant convaincu qu'il a 100% raison et que c'est donc "l'autre" qui a tort...de même que les deux représentants du CPL et des FL qui s'invectivaient hier soir lors d'une émission à la télévision sont révélateurs de la haine de "l'autre" qui habite ces soi-disant responsables. Cette mentalité lamentable est malheureusement la cause de la descente aux enfers de notre pays, le Liban. - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 52, le 19 mars 2021

  • Nous sommes le peuple le plus humilié du monde.

    Levantine

    15 h 27, le 19 mars 2021

  • La réunion de lundi sera ajournée à la semaine prochaine ou pour Pâques ou la trinité. C’est toi qui cède la place, non c’est toi, non, non c’est d’abord toi. On se croirait dans la cours d’une maternelle alors que le pays est à court d’oxygène pour reprendre vie mais ça n’a jamais été leur soucis principal. Si seulement leur patriotisme était égal à leur ego on n’aurait pas eu un pays en vrac.

    Sissi zayyat

    14 h 41, le 19 mars 2021

  • Est ce que quelqu’un peut m’expliquer comment un expert peut être loyal à un parti? N’est-il pas sensé être loyal avant tout à son expertise ?

    Zeineh Nada

    11 h 55, le 19 mars 2021

  • HARIRI SOYEZ FORT ET DUR ET NE PLIEZ PAS AUX INTIMIDATIONS DU BOYCOTTEUR, LE GENDRE ETANT DERRIERE, ET NI AUX MENACES ET AUX PROMESSES FAUSSES DES MERCENAIRES. SOYEZ FERME. LE DROIT, LES LIBANAIS, LES INTERNATIONAUX TOUS SONT DE VOTRE COTE.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    11 h 25, le 19 mars 2021

  • dire que m c najm a demontre une independence vis a vis aoun et pti gendre est faux mais bon les "sources" aounistes n'en sont pas a leurs faussetes. mais alors mr Hitti ? faut mentionner les raisons qui ont fait fuir mr. Hitti non seulement loin de pti gendre mais aussi de tout le gouvernement fantoche .

    Gaby SIOUFI

    10 h 22, le 19 mars 2021

  • Il est clair que notre président gâteux, astiquer par son gendre mafieux souhaitent avoir des ministres indépendants mais dociles !!! cherchez l'erreur. De toute façon tous sont responsables et le Liban est fini en attendant qu'ils disparaissent, mais pour le moment ils s'accrochent pour mieux piller voler et s'enrichir.

    Zeidan

    10 h 10, le 19 mars 2021

  • PRIERE LIRE BALAIERA. MERCI.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 08, le 19 mars 2021

  • QU,ATTENDRE DE AOUN QUI BOYCOTTE, EN FAIT C,EST LE GENDRE DERRIERE, DE BERRY QUI S,ATTACHE AU MINISTERE DES FINANCES ET DU HEZBOLLAH QUI VEUT NOMMER SES MINISTRES, ET DE HARIRI QUI JETTE TOUJOURS DU LEST SOUS LES INTIMIDATIONS ET LES MENACES CAMOUFLEES ET SOUVENT CLAIRES DE GUERRE CIVILE ? LA SCHIZOPHRENIE FRAPPE TOUS CES IGNORANTS ST INCOMPETENTS QUI VEULENT ENCORE GOUVERNER LE PAYS. - CITOYENS LIBANAIS LES REFORMES, LE CHANGEMENT, LA DEMOCRATIE, LA LIBERTE ET LA PROSPERITE NE VIENDRONT JAMAIS DES VENDUS NI SE DONNENT PAR EUX. ILS SER PRENNENT PAR UN SOULEVEMENT, UN TSUNAMI GIGANTESQUE DU PEUPLE QUI BALEYERA TOUTE CETTE CRASSE ET EMPORTERA SUR SON PASSAGE LES ETABLES, LES PANURGES ET LES MOUTONS BELEURS ET ANES SUIVEURS. DEGAGEZ-LES SANS RETARD POUR VOTRE DEVENIR, CELUI DE VOS FAMILLES ET CELUI DU PAYS. C,EST UN DEVOIR EXISTENTIEL !

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 53, le 19 mars 2021

  • "Des ministres (...) théoriquement comptés dans notre camp, ont fait preuve d’une indépendance totale ". Mais c'est tout à leur honneur! C'est exactement ce que l'on attend du futur gouvernement: que les ministres agissent selon ce qu'ils pensent être l'intérêt du pays et non celui d'un parti ou de son chef!

    Yves Prevost

    07 h 51, le 19 mars 2021

  • une equipe ministerielle na pas a rassurer un camp politique , un parti ou quiconque .Mais les Libanais ,tout les citoyens Libanais ,par des mesures , des decisions et des agissements qui rassurent et qui entament le processus de la sortie du marasme actuel et une confiance vers une reprise de la vie quotidienne plus saine

    Jimmy Barakat

    07 h 20, le 19 mars 2021

Retour en haut