Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Démissions à la tête de deux syndicats de boulangers

Démissions à la tête de deux syndicats de boulangers

Des apprentis dans une boulangerie au Liban. Photo d’archives AFP

Le président du syndicat des propriétaires de boulangeries du Nord, Tarek el-Mir, et celui de la Fédération des syndicats des boulangeries et du syndicat des boulangers au Liban, Antoine Seif, ont présenté hier leurs démissions, arguant de leur incapacité à faire face à la crise économique et financière que traverse le Liban depuis plus d’un an et demi, impactant l’industrie du pain. Dans son communiqué, Tarek el-Mir a notamment justifié sa démission en dénonçant « l’indifférence des responsables face à la réalité de l’industrie du pain au Liban » et se disant « incapable de faire avancer les intérêts du secteur ». De même, Antoine Seif a souligné « les fluctuations constantes du taux de change qui affecte les boulangeries », signalant au passage « la hausse des prix du blé » sur le marché international.

Le ministère de l’Économie et du Commerce modifie régulièrement le prix et le poids du paquet de pain arabe, afin de faire face à la conjoncture actuelle. Ainsi, début février, pour un paquet pesant 930 grammes minimum, le prix maximum de la « rabta » avait été établi à 2 500 livres libanaises, au lieu de 2 250 livres pour 900 grammes à la mi-janvier, et celui de 450 grammes minimum fixé à 1 750 livres, à la place de 1 500 livres pour 400 grammes à la même période. Le prix et le poids du pain avaient été modifiés la première fois en mai 2020, passant de 1 000 à 900 grammes et le prix de 1 000 à 1 500 livres. Les importations de blé sont subventionnées par la Banque du Liban depuis octobre 2019, au même titre que celles de carburant, de médicaments et de matériel médical, mais l’exécutif table sur une rationalisation de ce système, financé jusqu’ici par les réserves en devises du pays.

Ces démissions interviennent alors que des manifestations ont lieu dans tout le pays depuis mardi dernier, jour où le taux de change entre la monnaie nationale et le billet vert a franchi le cap des 10 000 livres pour un dollar. Le Premier ministre sortant Hassane Diab a affirmé que le pays est « au bord de l’explosion » lors d’une allocution télévisée samedi. La perspective d’une fin des subventions, et donc la crainte d’une inflation, a donné lieu à une prise d’assaut de certains produits de première nécessité donnant lieu à des échauffourées entre clients et employés de supermarché, comme celle ayant éclaté jeudi dernier dans une enseigne de la chaîne Spinneys entre des clients autour de sacs de lait en poudre subventionné, selon une vidéo postée sur les réseaux sociaux. Pour assurer ces marchandises au plus grand nombre, une limite de quantités est imposée aux clients.

Le président du syndicat des propriétaires de boulangeries du Nord, Tarek el-Mir, et celui de la Fédération des syndicats des boulangeries et du syndicat des boulangers au Liban, Antoine Seif, ont présenté hier leurs démissions, arguant de leur incapacité à faire face à la crise économique et financière que traverse le Liban depuis plus d’un an et demi, impactant l’industrie du...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut