Rechercher
Rechercher

Politique - Tribune

La France tient ses promesses, concrètement

La France tient ses promesses, concrètement

L'ambassadrice de France, Anne Grillo (Photo Dr)

Il y a trois mois, le 2 décembre, le président de la République française organisait, avec le secrétaire général des Nations unies, la seconde conférence internationale en soutien à la population libanaise, après celle du 9 août. Les engagements pris à ces occasions ont été tenus et même dépassés. Les aides promises ont permis de faire face à la majeure partie des besoins immédiats. Vous le savez, dès les heures qui ont suivi l’explosion du 4 août, vous avez pu compter sur l’appui inconditionnel de la France.

L’élan de solidarité a été massif, rapide, unique. « Parce que c’est le Liban. Parce que c’est la France », a déclaré le président Emmanuel Macron à son arrivée dans Beyrouth dévasté. Depuis, la France a engagé plus de 47,5 millions d’euros pour venir en aide aux Beyrouthins, en santé, en aide alimentaire, en reconstruction d’écoles endommagées, en restauration du patrimoine, à la remise en état du port.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Ce soutien d’urgence était et reste nécessaire. Mais il ne peut pas se substituer à la mise en œuvre des réformes attendues aujourd’hui par les Libanais pour avoir un État qui garantisse leurs droits de citoyens et réponde à leur aspiration légitime de vivre décemment dans un Liban uni, souverain, en paix. La France a fait la promesse aux Libanais de rester à leurs côtés. Elle l’est, et elle est prête à les accompagner dans leurs choix de demain.

Dans l’immédiat, le redressement commence par la formation d’un gouvernement sans délai, prêt à travailler sérieusement. L’urgence de la situation sanitaire, économique et sociale exige un sursaut et que tous les acteurs politiques assument enfin leurs responsabilités.

Lire aussi

Il est temps de parler de la ligne bleue

Pour sa part, par des actions concrètes, la France continue d’honorer ses engagements, en s’adaptant aux besoins des Libanais. Trois mois après la conférence de décembre, notre aide se poursuit donc là où elle peut être directement utile. Ainsi, dans les jours qui viennent, elle se matérialisera dans trois domaines.

Tout d’abord, une aide exceptionnelle de 1,1 million d’euros sera accordée à des organisations assurant une aide directe aux habitants de Tripoli et de ses environs, dans le Akkar notamment, en matière d’aide alimentaire et sanitaire. En allant à Tripoli, j’ai été frappée par la marginalisation de la deuxième ville du pays, pourtant si riche par sa diversité et par son histoire, alors qu’elle pourrait apporter beaucoup, par son potentiel et par le talent de sa jeunesse notamment, au développement et au rayonnement du Liban.

L’autre urgence reste évidemment la situation sanitaire. Dans les tout

prochains jours, la France fera un nouveau don d’équipements sanitaires de première nécessité dans la lutte contre le Covid-19. Financés par le centre de crise et de soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères et acheminés par la compagnie CMA-CGM, ces équipements permettront de soutenir des hôpitaux libanais, des centres de santé primaire et des organisations participant à cette réponse d’urgence, comme la Croix-Rouge libanaise.

Enfin, dans la continuité de la participation française à la reconstruction de Beyrouth, je signerai lundi 8 mars une convention avec l’Unicef d’appui à la réhabilitation de l’hôpital public de La Quarantaine, gravement touché par l’explosion sur le port.

Amis Libanais, la France est fidèle ; la France est déterminée. Elle a été, elle est et elle sera toujours là, à vos côtés. Que cette constance soit, dans cette période difficile, un gage d’espoir, même si elle ne peut remplacer les réformes nécessaires au changement que vous attendez. Elle est en tout cas la marque de notre indéfectible attachement à vous.

* Anne Grillo est l'ambassadrice de France au Liban.


Il y a trois mois, le 2 décembre, le président de la République française organisait, avec le secrétaire général des Nations unies, la seconde conférence internationale en soutien à la population libanaise, après celle du 9 août. Les engagements pris à ces occasions ont été tenus et même dépassés. Les aides promises ont permis de faire face à la majeure partie des besoins...

commentaires (8)

Il faut avouer que c’est la France qui est en permanence au chevet du malade LIban qui agonise et qui attends les soins intensifs alors qu’il n’a plus le sou. Il y a beaucoup de d’initiatives directes et indirectes payées par la France comme le la pré-étude avec la société Française RecyGroup pour le nettoyage du port de Beyrouth et le recyclage des débris de l’explosion. Un coût d’environ un million d’euros.

PPZZ58

09 h 49, le 07 mars 2021

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Il faut avouer que c’est la France qui est en permanence au chevet du malade LIban qui agonise et qui attends les soins intensifs alors qu’il n’a plus le sou. Il y a beaucoup de d’initiatives directes et indirectes payées par la France comme le la pré-étude avec la société Française RecyGroup pour le nettoyage du port de Beyrouth et le recyclage des débris de l’explosion. Un coût d’environ un million d’euros.

    PPZZ58

    09 h 49, le 07 mars 2021

  • Nous ne pourrons nous débarrasser des traitres qui bloquent le pays sans la révélation de leurs crimes et vols commis à l’encontre du peuple et de la nation. C’est le rôle de tous les pays où cet argent a transité ou a atterri et les preuves d’attentats et de crimes commis par ces derniers et qu’ils détiennent dans les dossiers dormants alors que nous pourrions avec des preuves les licencier de la façon qui convient séance tenante. Merci quand même la France même si ce ne sont que des paroles pour apaiser nos douleurs on prend faute de mieux en attendant des actions concrètes.

    Sissi zayyat

    17 h 52, le 05 mars 2021

  • Et notre pays est pris en otages par quelques personnes assis sur leurs trônes et d'autres terrés dans leurs caves !

    PAUL EID

    10 h 24, le 05 mars 2021

  • Malheureusement la mafia politique libanaise le fait rien pour " aider la France a aider le Liban" pour paraphraser les propos de M. Jean-Yves Le Drian.

    Tabet Ibrahim

    09 h 36, le 05 mars 2021

  • UN CRI DU COEUR DE LA FRANCE QUI TOUCHE PROFONDEMENT LES MASSES MAIS NE TROUVE AUCUN ECHO CHEZ LES CLIQUES MAFIEUSES QUI ONT EN OTAGE LE PAYS ET LES CITOYENS. AIDEZ-NOUS POLITIQUEMENT A NOUS EN DEBARRASSER POUR SAUVER LE PAYS. MERCI A LA FRANCE.

    L,EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 37, le 05 mars 2021

  • "Dans l’immédiat, le redressement commence par la formation d’un gouvernement sans délai, prêt à travailler sérieusement." -> Dans l'immédiat, le redressement commence par l'organisation d'élections législatives anticipées sous surveillance internationale, c'est là que la France a un rôle primordial à jouer. Simple question à Mme Grillo: Nous saluons l'intérêt que votre pays et votre gouvernement porte au redressement du Liban. Mais cela fait maintenant plus de 6 mois que vous tenez le même discours sur l'urgence de former un nouveau gouvernement. Vous avez largement eu le temps de constater qu'il est impossible de former un gouvernement compétent avec la majorité parlementaire actuelle au Liban. Si un employé en CDD est incompétent, on le remplace par un autre, sans attendre la fin du contrat. Donc pourquoi vous obstiner à attendre la fin du CDD prévue en 2022, qui a d'ailleurs toutes les chances de s'auto-proroger ? Jusqu'à quand allez vous éluder cette question capitale ?

    Citoyen libanais

    08 h 27, le 05 mars 2021

  • Merci Monsieur Le Président Macron, merci Madame l’Ambassadrice et merci la France. Rien que de vous lire apporte un grand réconfort.

    Liberté de Penser

    07 h 00, le 05 mars 2021

  • Au nom d’une grande majorité de mes compatriotes dans mon pays d’origine je salut la France, mon pays d’adoption, et je dis simplement merci pour tout ce que la France a fait et continue de faire pour le Liban.

    Ayoub Elie

    03 h 30, le 05 mars 2021

Retour en haut